Quest-ce que le TDA/H chez l'adulye

Ce blog (1ere page ici) est associé au site www.tdah-adulte.org (et son ebook PDF) . Méthodes d'épanouissement - Espace d'échange Francophone sur le TDA/H adulte (Témoignages, Solutions)

En 2020, beaucoup des lecteurs du site www.tdah-adulte.org pensent être aussi HP (Zèbre)

Dans la famille des neuro-atypiques, il y a la surdouance, ou précocité intellectuelle, ou Haut Potentiel Intellectuel (HPI), qui correspond à un résultat supérieur ou égal à 130 sur un test standardisé de Quotient Intellectuel . Le WAIS est l'échelle de Wechsler pour les adultes, qui combine des tests d'intelligence verbale, logico-mathématique et visuelle, ainsi que la vitesse de traitement du cerveau avec. La moyenne du test est à 100, et les individus au-dessus de 130 représentent 2,5% de la population. Beaucoup aiment se faire appeler "Zèbre", car les personnes à haut-potentiel, qui apprennent à bien se connaitre, savent assumer leur différence et se détachent de leur milieu naturel avec splendeur comme cet animal ... 

Cette intelligence hors norme peut poser problème dans l'environnement scolaire ou social, car elle s'accompagne d'un fonctionnement différent. Les caractéristiques des enfants puis des adultes à haut potentiel ressemblent à celles des TDAH : Fort besoin de stimulation, raisonnement global plutôt que séquentiel. Même si les HPI purs peuvent faire les deux et obtenir une bonne carrière professionnelle, leur pensée est majoritairement en arborescence. Certains s'ennuient facilement et vont alors se déconcentrer, ou chercher de la stimulation en perturbant les autres.


Les Zèbres sont souvent pris dans ce piège renforcé par les bonnes intentions de leur entourage, qui peuvent les stresser en voulant les encourager. A force de s’entendre répéter qu’ils sont doués, ils ne sont pas prêts pour les échecs inévitables et ont même éventuellement peur de la réussite. D’autre part, les HP peuvent être déçus de ne pas travailler et arriver à un résultat aussi facilement que lorsqu’ils étaient enfant précoce, dans un environnement moins concurrentiel, et développer là-dessus une procrastination extrême. Mais beaucoup réussissent, du moins sur une période délimitée, grace à leur capacité intellectuelle hors norme.  

La plupart des adultes TDAH et HP (Haut-Potentiel) ont une sensibilité ou réactivité émotionnelle plus forte que la moyenne : ils sont ébranlés par des retrouvailles avec un ami, ou en regardant une scène émouvante dans un film, ou encore une sensibilité extrême envers un inconnu qui semble souffrir. Poussé à l'extrême, ce trait de caractère devient une hyperréactivité émotionnelle appelée l'hypersensibilité. Chez ces hauts-potentiels, on parle de HPE (Haut Potentiel Emotionnel) . On parle aussi de labilité émotionnelle, pour désigner ces émotions et ces humeurs qui vont et viennent au moindre évènement.

Certains HP et/ou TDAH voudraient débrancher leur esprit tellement qu'ils souffrent de se sentir différents, incompris et blessés par le monde qui les entoure. Ils expliquent aussi que leur mental ne leur laisse aucun répit. Ils en ont assez de ces doutes, des questions qu’ils se posent, de cette conscience aiguë des choses, de leurs sens très développés auxquels n'échappe aucun détail. Mais cette perception rapide et augmentée de leur environnement immédiat, ainsi que toutes leurs autres qualités, peuvent provoquer aussi l'admiration d'une personne ordinaire (neurotypique). 

Ce blog (blog.tdah-adulte.org), ainsi que le site www.tdah-adulte.org, sont sans doute implicitement orienté vers une élite TDAH. Dans les faits, parmi les TDAH, il existe presque autant de déficients intellectuels (au sens scolaire et coefficient intellectuel) que de hauts potentiels avec un TDAH. Ceci dit il existe 8 formes d’intelligence dont seulement les 2 premiers sont mis en valeur à l’école et dans les test QI : L’intelligence logico-mathématique , verbo-linguistique, musicale-rythmique, corporelle-kinesthésique,  visuelle-spatiale, interpersonnelle, interpersonnelle (ou sociale) et naturaliste-écologiste . Chacun pourra donc réussir dans sa vie, en lui donnant du sens et en exploitant ses vrais talents, petit à petit, grace à un travail sur soi (voir le manuel d'auto-coaching) qui comprend :
- Des pratiques de bien-être et des changements de comportements pour améliorer son hygiène de vie et son hygiène mental
- Une meilleure connaissance de soi en rencontrant par exemple d’autres HP et/ou TDAH, en tenant un journal de vie sur une période
- En exploitant ses propres évènements de vie qui font bouger naturellement, extérieurement et intérieurement (spirituellement)

Vous avez donc la chance de tomber sur ce blog et le site www.tdah-adulte.org qui est orienté implicitement vers les hauts potentiels (HP) ayant un TDAH (TDAHP), et vice-versa selon votre appellation favorite. Il est bien sûr orienté avant tout pour les adultes TDAH quel que soit leur niveau et leur forme d'intelligence. Profitez donc de ce site quelques semaines au moins avant que votre curiosité vous attire ailleurs ...
Ce post est tout récent (2020). Mettez ci-dessous vos commentaires sur ce lien entre votre HP (Haut Potentiel) et votre TDAH, comment vous le vivez, ce que vous avez déjà mis en place pour vous épanouir, ce que vous aimeriez changer maintenant extérieurement et intérieurement. Vos commentaires seront peut-être intégrés dans les nouveaux paragraphes du site www.tdah-adulte.org sur ce sujet (HP), permettant à ce site de devenir encore plus participatif !

Mai 2021 : Rajout de cette magnifique page du site canadien https://ciddt.ca/ (Centre intégré de developpement de la douance et du talent). Cette page web contiend notament ce tableau comparatif qui rappelle que souvent les comportements des HP et des TDAH peuvent se ressembler mais avec des différences sensibles ou  importantes :


Pascal 😊

22 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je n'ai pas de commentaires à faire mais ce simple message me fait comprendre que je suis HP en plus de mon TDAH.

    C'est un plus pour moi !

    Je vais lire le site associé à ce blog car il est trés complet et le seul qui décrit bien ces 2 aspects de mon fonctionnement. Et il a un manuel d'auto-coaching trés complet que j'ai déjà commencé à lire et à mettre en oeuvre !!!

    Merci aux auteurs !!

    Elodie

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour
    Je suis Tdah, je lis ce site, je fais de hautes études (médecine) et pourtant je ne me considère pas HP, j'ai même du mal au quotidien à tel point que j'ai l'impression d'avoir un déficit en QI.
    Bref, je me questionne, est ce un terme pour rassurer ou réconforter les gens ?

    P.S : Je suis toujours à la recherche d'une fluidité cérébrale, si des gens ont des astuces, je suis preneur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je suis également étudiant et un professeur m'a carrément imprimé un livre : "trop intelligent pour être heureux? L'adulte surdoué" de Jeanne Siaud-Facchin. C'est un ouvrage facile à lire (même si sa lecture peut être désagréable lorsqu'elle nous renvoie à certains échecs douloureux. Je n'ai pas encore terminé ce livre, que je lis en même temps que tdah-adulte.org
      Il m'est donc difficile de vous proposer de la substance, mais votre commentaire me fait penser aux mots que je viens de lire, qui m'ont d'ailleurs renvoyé à certains échecs, mettant en exergue ma différence, me mettant face à une impression d'incapacité, voir d’imbécillité.

      Il est question de dépendance/indépendance à l'égard du champ.
      Deux styles cognitifs différents.
      Une personne indépendante du champ saura, par exemple, situer rapidement une figure géométrique dissimulée dans un ensemble de formes enchevêtrées.
      Il semblerait que l'adulte surdoué soit à l'inverse, dépendant du champ : lorsqu'il y a trop d'informations, il lui est difficile de voir l'essentiel et ne sait pas se défaire de la charge émotionnelle présente. Sur une tâche ouverte, il se perd, il s'éloigne de la consigne, il perd du temps et le résultat n'est pas convaincant...
      Sur une tâche fermée, il semblerait que ce soit l'inverse, le surdoué est d'après l'auteur, rapide, concentré, vraiment efficace.

      Peut-être que ce petit commentaire vous aura aidé à y voir plus clair? C'est la première fois que je m'intéresse vraiment à cette différence qui me caractérise (même si je n'aime pas me considérer comme tel, je trouve ça affreusement présomptueux, prétentieux et j'en passe) et l'extrait que je vous synthétise dans ce commentaire m'a fait l'effet d'une énième claque dans la gueule.

      En espérant cependant que vous trouverez les réponses nécessaires à l'accomplissement de vos objectifs, je vous souhaite une bonne continuation.

      Supprimer
    2. Bonjour Kuroro,
      je me demande ce que tu entend par "fluidité cérébrale"?
      si tu pouvais expliciter et définir un peu plus ça serait peut-être plus facile de cibler des astuces, ou y réfléchir ensemble...

      Supprimer
  3. Merci de mentionner le haut potentiel intellectuel et ses liens avec le TDAH.

    Je suis cependant gênée par le fait que dans votre texte, les HPI semblent mis sur un piédestal et considérés comme "supérieurs" aux autres. Notamment, les expressions "se détacher avec splendeur" ou "élite TDAH" me posent problème, voire me choquent.

    Par ailleurs, je trouve que vous généralisez beaucoup les caractéristiques des HPI et les difficultés qu'ils peuvent avoir. La recherche scientifique montre que tous ne sont pas hypersensibles, par exemple. Une excellente émission de podcast, Méta de choc, a récemment sorti un épisode très complet et rigoureux sur le sujet des HPI (épisode 16), je le conseille à tous !
    Voici le lien : https://www.metadechoc.fr/shocking-16-stephanie-aubertin-hpi

    Bonne recherche,

    M (HPI diagnostiquée et probablement TDAH)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour vos remarques constructives et judicieuses. Vous avez entièrement raison, il n'y a pas d'élite. L'intelligence n'est pas un critère, elle peut rendre même idiot ou malheureux, et n'est souvent là que pour justifier ses propres croyances. Le 1er audio sur le lien que vous partagez explique celà trés bien.

      Pascal

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Ce que je vais écrire là n'est peut être pas vraiment un partage mais un questionnement d'expérience. Je n'ai pas eu de détection effectuée officiellement de HPI et TDAH mais c'est vrai qu'un sentiment de différence avec le monde qui m'entoure et les autres m'a toujours fait me questionner sur cette "gêne" sans pouvoir la comprendre. Dans un premier temps, j'ai été creusé du côté HPI mais récemment la découverte de du TDA/H a été une sorte de révélation.
    Ma remarque serait la suivante. Est ce que si on considère qu'une personne TDA avec hyperactivité a une sorte de dépendance à la stimulation, au mouvement, n'est ce pas dans le cadre d'un HPI un champ de plus, le champ psychique qui puisse être un champ possible d'hyperactivité ? En d'autres terme une personne avec TDA/H et HPI n'aura pas t-elle pas tendance à investir le champ du mental comme champ invisible pour se défouler sans gêner trop les autres ?
    J'ai la sensation que si hyperactivité, j'ai, elle ne semble avoir jamais été relevé car, elle ne semble pas avoir été derengeante étant donné que se besoin d'hyperstimulation ait été "camouflé" par un mouvement psychique plus invisible au yeux des autres. Je pense que j'ai toujours eu ce besoin de compréhension et d'enchantement pour pouvoir agir et sans réel cadrage extérieur j'ai dû apprendre de moi même le sens des apprentissages à l'école par exemple pour pouvoir me donner à fond. J'ai d'ailleurs souvent remarqué que j'avais souvent tendance à être plus à fond que les autres dans tout ce que j'entreprends. J'ai l'impression que le hpi est une chance avec un TDA/H, en tout cas je pense qu'il est important de le saisir ainsi car c'est comme si un énorme moteur avait à son service une grosse machine intellectuelle pour pouvoir se déplacer... Et le seul écueil, sentiment souvent ressenti, serait de ne pas parvenir à réaliser dans le monde réel des projets flamboyants déroulé dans le mental. Alors je crois qu'il ne faut pas hésiter à se faire aider pour ça. C'est ce qui fait, je crois la richesse d'une société. Nous sommes très forts à initier des projets ? Super ! Des personnes sont elles, très performantes à trouver les moyens de les réaliser ! Sans partir dans des débats politiques, prenons l'exemple de nos institutions françaises. Le président donné le cap avec ses idees, et la foule de petite mains doit pouvoir les mettre en oeuvre (ce qui n'est pas sans source de grosses problématiques...). Ce que je veux dire par là c'est que je crois qu'il n'y a pas à se juger ni soit ou les autres mais à apprendre à mieux se connaître pour faire utilisation de son fonctionnement et faire équipe avec les autres pour se mette en marche. Comme un puzzle, nous avons dans trous, et exubérances, tâchons de trouver nos camarades, pour faire un tout. Nous sommes riches de nos différences et le "diagnostique" ne peut que nous permettre de nous comprendre et enfin pouvoir à passer à autre chose pour avancer.

    RépondreSupprimer
  5. Nous ne demanderions pas à un homme sans bras ni jambe de se mettre à confectionner un tricot, mais peut être passera t-il sa vie à essayer d'apprendre à le faire, en vain. Alors peut être soyons indulgents avec nous même TDA/H, prenons consciences de nos faiblesses et aussi de nos forces, acceptons peut que nous n'ayons parfois ni bras, ni jambes, mais que cette acceptation est la première étape pour trouver grave à notre grande créativité, des solutions pour utiliser notre tête, notre cœur et insuffler un peu d'énergie à ce monde un peu fou, et parfois vide de sens... Sans aller jusqu'à un taylorisme, ensembles nous sommes plus fort je crois. En tout cas ça m'aide énormément de le penser et prendre aujourd'hui conscience de mes "manques" ne fait pas de moi quelqu'un de faible, bien au contraire, cela me permet de me relier aux autres et d'être plus ouvert au monde. On n'est pas supérieurs au autres, on est juste différents, et ce n'est pas grave, il faut juste trouver la pièces de puzzle qui nous correspondra.

    Voilà pour mon témoignage, ne sachant pas très bien si il répond à la demande initiale, en tout cas je suis très intéressé par le sujet et ai hâte de voir la suite et d'échanger à ce propos.
    Bien à vous, vous félicitant pour avoir eu le courage de cette précieuse ATTENTION, qui sera, et est déjà peut etre la guerre de demain. (Piste partage peur ceux que ça intéresse: Pour une écologie de l'attention, Y. Citton)

    RépondreSupprimer
  6. bonjour, je n'étais pas au courant que j'étais TDAH HP, et même si je déteste les étiquette, je dois me reconnaitre en tant que tel avec cette pensée en arboresence qui cherche à saisir la mécanique globale. Je comprends que j'ai essayé de rentrer dans les cases établies par l'extérieur, alors que je n'aime pas les cases, ce qui m'a rendu profondément malheureux pendant des années. J'avais l'impression de rester enfermé dans un enclos alors que les possibilités sont infinies. Confronté à la violence et l'indigence des gens "simples" je veille cependant à ne pas les juger Je sors d'un burn out, et commence à envisager ma vie en fonction de mon plein potentiel, avec des gens qui me ressemblent : curieux, ouvert, sans à priori, esprit collectif... merci pour vos articles

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, je n’ai pas consulté et donc pas été diagnostiquée ni TDAH ni HPE mais merci de ce blog car je réalise aujourd’hui en lisant toutes ces infos, ces partages que le dysfonctionnement que je ressens depuis toutes ces années a un nom et que d’autres sont comme moi. Je n’ai pas cherché à exploiter des capacités, début de vie compliqué et perte de confiance en soi, mais j‘ai oscillé entre hyper et hypoactivité, passé ma vie à courir après le temps, après le repos de l’activité cérébrale inarrêtable, incontrôlable, à ressentir et agir dans l’excès et à me demander pourquoi mes valeurs étaient toujours en décalage. Investie à 300% puis faire machine arrière pour ne pas finir en mille morceaux, victime de l’incompréhension des autres, alors que la recherche est juste hyper simple, limpide et bienveillante même si parfois un peu directive ok... le recherche du parfait, en permanence, mais de soi, pas forcément des autres quoique parfois un peu quand même:-) mais avec davantage de tolérance et de patience pour autrui que pour soi....
    De l’intuition oui tout le temps ce qui m’a beaucoup servi dans mon premier métier (infirmière). Pourquoi pas médecin ou véto? Par fainéantise... infirmière était plus rapide, plus facile. J’ai exercé ce métier pendant près de 20 ans, fuyant chaque fois les procédures imbéciles, la hiérarchie bêtifiante insoutenable qui allaient à l’encontre des valeurs mêmes de la médecine et de l’humain. J’ai fini par capituler car la machine vous écrase et je n’ai pas voulu me soumettre. Pas en phase avec mes valeurs. Aujourd’hui éducateur sportif, monitrice d’équitation je suis indépendante et rêve de créer ma structure, créer un vrai havre équestre, où je pourrais y dispenser un enseignement de qualité.
    Les chevaux et les animaux en général m’ont plus appris sur la vie et la communication, sur l’authenticité, la substance de l’essentiel, l’amour et l’émotion, la confiance et l’absolu, et surtout la normalité.
    Et j’essaie de transmettre cela tout en continuant d’apprendre chaque jour. Mais la souffrance morale malgré une chance infinie dans cette vie, me rattrape toujours et en lisant ce blog je peux enfin comprendre et avancer davantage. Soulager ce que je pensais être anormal et arriver à peut être canaliser cette énergie excessive et parfois épuisante pour améliorer mon estime de moi, me calmer, et m’en servir de façon positive. Apprendre ce qui est difficile, c’est à dire prendre du recul, contrôler la spontanéité mais sans renoncer à soi. Survivre mais continuer de vivre et aimer avec la même passion. Merci à vous tous. Je vais continuer ma lecture et mes recherches.
    Elisabeth

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour, je n’ai pas consulté et donc pas été diagnostiquée ni TDAH ni HPE mais merci de ce blog car je réalise aujourd’hui en lisant toutes ces infos, ces partages que le dysfonctionnement que je ressens depuis toutes ces années a un nom et que d’autres sont comme moi. Je n’ai pas cherché à exploiter des capacités, début de vie compliqué et perte de confiance en soi, mais j‘ai oscillé entre hyper et hypoactivité, passé ma vie à courir après le temps, après le repos de l’activité cérébrale inarrêtable, incontrôlable, à ressentir et agir dans l’excès et à me demander pourquoi mes valeurs étaient toujours en décalage. Investie à 300% puis faire machine arrière pour ne pas finir en mille morceaux, victime de l’incompréhension des autres, alors que la recherche est juste hyper simple, limpide et bienveillante même si parfois un peu directive ok... le recherche du parfait, en permanence, mais de soi, pas forcément des autres quoique parfois un peu quand même:-) mais avec davantage de tolérance et de patience pour autrui que pour soi....
    De l’intuition oui tout le temps ce qui m’a beaucoup servi dans mon premier métier (infirmière). Pourquoi pas médecin ou véto? Par fainéantise... infirmière était plus rapide, plus facile. J’ai exercé ce métier pendant près de 20 ans, fuyant chaque fois les procédures imbéciles, la hiérarchie bêtifiante insoutenable qui allaient à l’encontre des valeurs mêmes de la médecine et de l’humain. J’ai fini par capituler car la machine vous écrase et je n’ai pas voulu me soumettre. Pas en phase avec mes valeurs. Aujourd’hui éducateur sportif, monitrice d’équitation je suis indépendante et rêve de créer ma structure, créer un vrai havre équestre, où je pourrais y dispenser un enseignement de qualité.
    Les chevaux et les animaux en général m’ont plus appris sur la vie et la communication, sur l’authenticité, la substance de l’essentiel, l’amour et l’émotion, la confiance et l’absolu, et surtout la normalité.
    Et j’essaie de transmettre cela tout en continuant d’apprendre chaque jour. Mais la souffrance morale malgré une chance infinie dans cette vie, me rattrape toujours et en lisant ce blog je peux enfin comprendre et avancer davantage. Soulager ce que je pensais être anormal et arriver à peut être canaliser cette énergie excessive et parfois épuisante pour améliorer mon estime de moi, me calmer, et m’en servir de façon positive. Apprendre ce qui est difficile, c’est à dire prendre du recul, contrôler la spontanéité mais sans renoncer à soi. Survivre mais continuer de vivre et aimer avec la même passion. Merci à vous tous. Je vais continuer ma lecture et mes recherches.
    Elisabeth

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour, je n’ai pas consulté et donc pas été diagnostiquée ni TDAH ni HPE mais merci de ce blog car je réalise aujourd’hui en lisant toutes ces infos, ces partages que le dysfonctionnement que je ressens depuis toutes ces années a un nom et que d’autres sont comme moi. Je n’ai pas cherché à exploiter des capacités, début de vie compliqué et perte de confiance en soi, mais j‘ai oscillé entre hyper et hypoactivité, passé ma vie à courir après le temps, après le repos de l’activité cérébrale inarrêtable, incontrôlable, à ressentir et agir dans l’excès et à me demander pourquoi mes valeurs étaient toujours en décalage. Investie à 300% puis faire machine arrière pour ne pas finir en mille morceaux, victime de l’incompréhension des autres, alors que la recherche est juste hyper simple, limpide et bienveillante même si parfois un peu directive ok... le recherche du parfait, en permanence, mais de soi, pas forcément des autres quoique parfois un peu quand même:-) mais avec davantage de tolérance et de patience pour autrui que pour soi....
    De l’intuition oui tout le temps ce qui m’a beaucoup servi dans mon premier métier (infirmière). Pourquoi pas médecin ou véto? Par fainéantise... infirmière était plus rapide, plus facile. J’ai exercé ce métier pendant près de 20 ans, fuyant chaque fois les procédures imbéciles, la hiérarchie bêtifiante insoutenable qui allaient à l’encontre des valeurs mêmes de la médecine et de l’humain. J’ai fini par capituler car la machine vous écrase et je n’ai pas voulu me soumettre. Pas en phase avec mes valeurs. Aujourd’hui éducateur sportif, monitrice d’équitation je suis indépendante et rêve de créer ma structure, créer un vrai havre équestre, où je pourrais y dispenser un enseignement de qualité.
    Les chevaux et les animaux en général m’ont plus appris sur la vie et la communication, sur l’authenticité, la substance de l’essentiel, l’amour et l’émotion, la confiance et l’absolu, et surtout la normalité.
    Et j’essaie de transmettre cela tout en continuant d’apprendre chaque jour. Mais la souffrance morale malgré une chance infinie dans cette vie, me rattrape toujours et en lisant ce blog je peux enfin comprendre et avancer davantage. Soulager ce que je pensais être anormal et arriver à peut être canaliser cette énergie excessive et parfois épuisante pour améliorer mon estime de moi, me calmer, et m’en servir de façon positive. Apprendre ce qui est difficile, c’est à dire prendre du recul, contrôler la spontanéité mais sans renoncer à soi. Survivre mais continuer de vivre et aimer avec la même passion. Merci à vous tous. Je vais continuer ma lecture et mes recherches.
    Elisabeth

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour, je n’ai pas consulté et donc pas été diagnostiquée ni TDAH ni HPE mais merci de ce blog car je réalise aujourd’hui en lisant toutes ces infos, ces partages que le dysfonctionnement que je ressens depuis toutes ces années a un nom et que d’autres sont comme moi. Je n’ai pas cherché à exploiter des capacités, début de vie compliqué et perte de confiance en soi, mais j‘ai oscillé entre hyper et hypoactivité, passé ma vie à courir après le temps, après le repos de l’activité cérébrale inarrêtable, incontrôlable, à ressentir et agir dans l’excès et à me demander pourquoi mes valeurs étaient toujours en décalage. Investie à 300% puis faire machine arrière pour ne pas finir en mille morceaux, victime de l’incompréhension des autres, alors que la recherche est juste hyper simple, limpide et bienveillante même si parfois un peu directive ok... le recherche du parfait, en permanence, mais de soi, pas forcément des autres quoique parfois un peu quand même:-) mais avec davantage de tolérance et de patience pour autrui que pour soi....
    De l’intuition oui tout le temps ce qui m’a beaucoup servi dans mon premier métier (infirmière). Pourquoi pas médecin ou véto? Par fainéantise... infirmière était plus rapide, plus facile. J’ai exercé ce métier pendant près de 20 ans, fuyant chaque fois les procédures imbéciles, la hiérarchie bêtifiante insoutenable qui allaient à l’encontre des valeurs mêmes de la médecine et de l’humain. J’ai fini par capituler car la machine vous écrase et je n’ai pas voulu me soumettre. Pas en phase avec mes valeurs. Aujourd’hui éducateur sportif, monitrice d’équitation je suis indépendante et rêve de créer ma structure, créer un vrai havre équestre, où je pourrais y dispenser un enseignement de qualité.
    Les chevaux et les animaux en général m’ont plus appris sur la vie et la communication, sur l’authenticité, la substance de l’essentiel, l’amour et l’émotion, la confiance et l’absolu, et surtout la normalité.
    Et j’essaie de transmettre cela tout en continuant d’apprendre chaque jour. Mais la souffrance morale malgré une chance infinie dans cette vie, me rattrape toujours et en lisant ce blog je peux enfin comprendre et avancer davantage. Soulager ce que je pensais être anormal et arriver à peut être canaliser cette énergie excessive et parfois épuisante pour améliorer mon estime de moi, me calmer, et m’en servir de façon positive. Apprendre ce qui est difficile, c’est à dire prendre du recul, contrôler la spontanéité mais sans renoncer à soi. Survivre mais continuer de vivre et aimer avec la même passion. Merci à vous tous. Je vais continuer ma lecture et mes recherches.
    Elisabeth

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, je n’ai pas consulté et donc pas été diagnostiquée ni TDAH ni HPE mais merci de ce blog car je réalise aujourd’hui en lisant toutes ces infos, ces partages que le dysfonctionnement que je ressens depuis toutes ces années a un nom et que d’autres sont comme moi. Je n’ai pas cherché à exploiter des capacités, début de vie compliqué et perte de confiance en soi, mais j‘ai oscillé entre hyper et hypoactivité, passé ma vie à courir après le temps, après le repos de l’activité cérébrale inarrêtable, incontrôlable, à ressentir et agir dans l’excès et à me demander pourquoi mes valeurs étaient toujours en décalage. Investie à 300% puis faire machine arrière pour ne pas finir en mille morceaux, victime de l’incompréhension des autres, alors que la recherche est juste hyper simple, limpide et bienveillante même si parfois un peu directive ok... le recherche du parfait, en permanence, mais de soi, pas forcément des autres quoique parfois un peu quand même:-) mais avec davantage de tolérance et de patience pour autrui que pour soi....
    De l’intuition oui tout le temps ce qui m’a beaucoup servi dans mon premier métier (infirmière). Pourquoi pas médecin ou véto? Par fainéantise... infirmière était plus rapide, plus facile. J’ai exercé ce métier pendant près de 20 ans, fuyant chaque fois les procédures imbéciles, la hiérarchie bêtifiante insoutenable qui allaient à l’encontre des valeurs mêmes de la médecine et de l’humain. J’ai fini par capituler car la machine vous écrase et je n’ai pas voulu me soumettre. Pas en phase avec mes valeurs. Aujourd’hui éducateur sportif, monitrice d’équitation je suis indépendante et rêve de créer ma structure, créer un vrai havre équestre, où je pourrais y dispenser un enseignement de qualité.
    Les chevaux et les animaux en général m’ont plus appris sur la vie et la communication, sur l’authenticité, la substance de l’essentiel, l’amour et l’émotion, la confiance et l’absolu, et surtout la normalité.
    Et j’essaie de transmettre cela tout en continuant d’apprendre chaque jour. Mais la souffrance morale malgré une chance infinie dans cette vie, me rattrape toujours et en lisant ce blog je peux enfin comprendre et avancer davantage. Soulager ce que je pensais être anormal et arriver à peut être canaliser cette énergie excessive et parfois épuisante pour améliorer mon estime de moi, me calmer, et m’en servir de façon positive. Apprendre ce qui est difficile, c’est à dire prendre du recul, contrôler la spontanéité mais sans renoncer à soi. Survivre mais continuer de vivre et aimer avec la même passion. Merci à vous tous. Je vais continuer ma lecture et mes recherches.
    Elisabeth

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour, je n’ai pas consulté et donc pas été diagnostiquée ni TDAH ni HPE mais merci de ce blog car je réalise aujourd’hui en lisant toutes ces infos, ces partages que le dysfonctionnement que je ressens depuis toutes ces années a un nom et que d’autres sont comme moi. Je n’ai pas cherché à exploiter des capacités, début de vie compliqué et perte de confiance en soi, mais j‘ai oscillé entre hyper et hypoactivité, passé ma vie à courir après le temps, après le repos de l’activité cérébrale inarrêtable, incontrôlable, à ressentir et agir dans l’excès et à me demander pourquoi mes valeurs étaient toujours en décalage. Investie à 300% puis faire machine arrière pour ne pas finir en mille morceaux, victime de l’incompréhension des autres, alors que la recherche est juste hyper simple, limpide et bienveillante même si parfois un peu directive ok... le recherche du parfait, en permanence, mais de soi, pas forcément des autres quoique parfois un peu quand même:-) mais avec davantage de tolérance et de patience pour autrui que pour soi....
    De l’intuition oui tout le temps ce qui m’a beaucoup servi dans mon premier métier (infirmière). Pourquoi pas médecin ou véto? Par fainéantise... infirmière était plus rapide, plus facile. J’ai exercé ce métier pendant près de 20 ans, fuyant chaque fois les procédures imbéciles, la hiérarchie bêtifiante insoutenable qui allaient à l’encontre des valeurs mêmes de la médecine et de l’humain. J’ai fini par capituler car la machine vous écrase et je n’ai pas voulu me soumettre. Pas en phase avec mes valeurs. Aujourd’hui éducateur sportif, monitrice d’équitation je suis indépendante et rêve de créer ma structure, créer un vrai havre équestre, où je pourrais y dispenser un enseignement de qualité.
    Les chevaux et les animaux en général m’ont plus appris sur la vie et la communication, sur l’authenticité, la substance de l’essentiel, l’amour et l’émotion, la confiance et l’absolu, et surtout la normalité.
    Et j’essaie de transmettre cela tout en continuant d’apprendre chaque jour. Mais la souffrance morale malgré une chance infinie dans cette vie, me rattrape toujours et en lisant ce blog je peux enfin comprendre et avancer davantage. Soulager ce que je pensais être anormal et arriver à peut être canaliser cette énergie excessive et parfois épuisante pour améliorer mon estime de moi, me calmer, et m’en servir de façon positive. Apprendre ce qui est difficile, c’est à dire prendre du recul, contrôler la spontanéité mais sans renoncer à soi. Survivre mais continuer de vivre et aimer avec la même passion. Merci à vous tous. Je vais continuer ma lecture et mes recherches.
    Elisabeth

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour, je n’ai pas consulté et donc pas été diagnostiquée ni TDAH ni HPE mais merci de ce blog car je réalise aujourd’hui en lisant toutes ces infos, ces partages que le dysfonctionnement que je ressens depuis toutes ces années a un nom et que d’autres sont comme moi. Je n’ai pas cherché à exploiter des capacités, début de vie compliqué et perte de confiance en soi, mais j‘ai oscillé entre hyper et hypoactivité, passé ma vie à courir après le temps, après le repos de l’activité cérébrale inarrêtable, incontrôlable, à ressentir et agir dans l’excès et à me demander pourquoi mes valeurs étaient toujours en décalage. Investie à 300% puis faire machine arrière pour ne pas finir en mille morceaux, victime de l’incompréhension des autres, alors que la recherche est juste hyper simple, limpide et bienveillante même si parfois un peu directive ok... le recherche du parfait, en permanence, mais de soi, pas forcément des autres quoique parfois un peu quand même:-) mais avec davantage de tolérance et de patience pour autrui que pour soi....
    De l’intuition oui tout le temps ce qui m’a beaucoup servi dans mon premier métier (infirmière). Pourquoi pas médecin ou véto? Par fainéantise... infirmière était plus rapide, plus facile. J’ai exercé ce métier pendant près de 20 ans, fuyant chaque fois les procédures imbéciles, la hiérarchie bêtifiante insoutenable qui allaient à l’encontre des valeurs mêmes de la médecine et de l’humain. J’ai fini par capituler car la machine vous écrase et je n’ai pas voulu me soumettre. Pas en phase avec mes valeurs. Aujourd’hui éducateur sportif, monitrice d’équitation je suis indépendante et rêve de créer ma structure, créer un vrai havre équestre, où je pourrais y dispenser un enseignement de qualité.
    Les chevaux et les animaux en général m’ont plus appris sur la vie et la communication, sur l’authenticité, la substance de l’essentiel, l’amour et l’émotion, la confiance et l’absolu, et surtout la normalité.
    Et j’essaie de transmettre cela tout en continuant d’apprendre chaque jour. Mais la souffrance morale malgré une chance infinie dans cette vie, me rattrape toujours et en lisant ce blog je peux enfin comprendre et avancer davantage. Soulager ce que je pensais être anormal et arriver à peut être canaliser cette énergie excessive et parfois épuisante pour améliorer mon estime de moi, me calmer, et m’en servir de façon positive. Apprendre ce qui est difficile, c’est à dire prendre du recul, contrôler la spontanéité mais sans renoncer à soi. Survivre mais continuer de vivre et aimer avec la même passion. Merci à vous tous. Je vais continuer ma lecture et mes recherches.
    Elisabeth

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,

    Je confirme, dans mon cas, la corrélation entre HP et TDA/H (tout en prenant en compte le risque de biais ou effet Barnum). En considérant mon parcours et les faits sur une quarantaine d'années, je me retrouve beaucoup plus dans les nuances TDA que celles associées à HP/"Zèbre", correspondant à ce qui est dit dans la page principale : "(...)la nature, qui a horreur du vide, ou les circonstances de vie, ont mis en place des formes d'intelligences pointues du fait de cette activité incessante du cerveau". La dispersion notamment, est une caractéristique forte, avec lassitude une fois le sujet rodé superficiellement. Les ouvrages très (trop?) souvent évoqué pour les HP ne reflètent pas beaucoup de points évoqués ici, positifs ou moins positifs. Une comparaison point par point serait utile, mais j'ai déjà envie de switcher :) à approfondir avec des spécialistes ? Merci pour ce travail néanmoins colossal (et si bien ordonné!). Léa

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,
    J'ai pleuré ce matin en lisant le site et en réalisant que malgré le déni que je portais sur le diagnostic de TDA et HPI en juillet dernier à 44 ans... car j'ai réalisé que je cochais quasi toutes les cases des symptômes et fonctionnements décrits à propos des TDAHP!!
    C'st dur mais c'est aussi un soulagement, je comprends mieux les remarques désagréables des autres (dont mon ex conjoint "insatisfaite chronique" => c'est un des symptômes; toujours besoin de nouveauté, de vibrer...).
    Je comprends mieux pourquoi je ne rentre pas dans les cases, pourquoi j'alterne moments hyper et hypo actifs (élève étourdie..). Pourquoi la nouveauté et la curiosité intellectuelle me caractérisent de puis toujours comme ... retards, oublis, tâches inachevées.
    Pourtant j'ai essayé (et j'essaie encore) le méthylphénidate qui n'a pas les effets escomptés sur l'amélioration de l'attention mais me procure maux de têtes, insomnies et agitation. Bref je n'ai pas trouvé le remède mais j'ai trouvé tellement de pistes de bon sens qui ME CORRESPONDENT sur votre site, adapté jusque dans son architecture aux TDAHP qui vous lisent.
    UN GRAND GRAND MERCI pour le partage!

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,
    J'ai pleuré ce matin en lisant le site et en réalisant que malgré le déni que je portais sur le diagnostic de TDA et HPI en juillet dernier à 44 ans... car j'ai réalisé que je cochais quasi toutes les cases des symptômes et fonctionnements décrits à propos des TDAHP!!
    C'st dur mais c'est aussi un soulagement, je comprends mieux les remarques désagréables des autres (dont mon ex conjoint "insatisfaite chronique" => c'est un des symptômes; toujours besoin de nouveauté, de vibrer...).
    Je comprends mieux pourquoi je ne rentre pas dans les cases, pourquoi j'alterne moments hyper et hypo actifs (élève étourdie..). Pourquoi la nouveauté et la curiosité intellectuelle me caractérisent de puis toujours comme ... retards, oublis, tâches inachevées.
    Pourtant j'ai essayé (et j'essaie encore) le méthylphénidate qui n'a pas les effets escomptés sur l'amélioration de l'attention mais me procure maux de têtes, insomnies et agitation. Bref je n'ai pas trouvé le remède mais j'ai trouvé tellement de pistes de bon sens qui ME CORRESPONDENT sur votre site, adapté jusque dans son architecture aux TDAHP qui vous lisent.
    UN GRAND GRAND MERCI pour le partage!

    RépondreSupprimer
  17. Témoignage Al – Part 1

    Bonjour à tous,
    j'essaie de trouver le courage de prendre contact avec les miens, ma famille de vilains petits canards ou de Phoenix selon les occasions...

    Ce site a été une révélation, après en avoir parlé à 2 thérapeutes ils se sont approprié le site comme outil de travail c'est pour dire...
    D'ailleurs 1 des 2 thérapeutes m'a gentiment refusé ( pas ironique) un suivis car il venait de découvrir son TDAH et selon lui j'en savais plus que lui sur le sujet...
    Cette anecdote démontre, à mes yeux, à quel point il est difficile d'être diagnostiqué et suivis en tant qu'adulte sur ce sujet. Heureusement la tendance change...

    Mais je remarque que plus on creuse, plus les choses devient floues, complexes, et les limites entre chaque caractéristiques plus fines.

    En bref, je pense me situer sur un spectre qui s'éloigne de la norme...
    En plus détaillé, je suis diagnostiquée TDA, reconnue HP et sans avoir réellement de diagnostique mon psychiatre (extrêmement calé sur la question TDAH- HP-TSA) m'a confirmé un TSA (troubles du spectre autistique).

    Ce parcours de diagnostics à débuté il y a 12 ans, à mes 30 ans lors d'un 1er burnout.
    Durant 3 ans, après avoir lu "trop intelligent pour être heureux" ( que j'ai acheté en ayant honte car je trouvais prétentieux de me penser intelligente...)j'ai demandé à ma thérapeute du moment ( une incompétente de 1ère ) de parler de la question du HP .
    Durant 3 ans, elle n'a jamais voulu aborder le sujet et à la fin de notre travail ( quand la confiance était définitivement rompue de ma part) sans avoir fait aucun test ou diagnostic, elle m'a dit que cela concernait surtout les enfants d'être HP et que moi je ne l'étais pas.
    Elle a fini par me coller un trouble de la personnalité qu'elle n'a su m'expliquer qu'en lisant devant moi la définition du DSM- IV...bref...

    Suite à cette expérience qui a failli me conduire au suicide (médication inappropriée et aucune écoute des symptômes dont je me plaignais...Autre histoire), qui m'a empêchée de me soigner du burnout et m'a plongée dans un grand désespoir, j'ai cherché à tout prix un thérapeute qui traite les adultes HP.

    Cela m'a demandé une grande enquête et plusieurs contacts jusqu'à en trouver un dans ma région.
    J'ai eu la chance d'être suivie par lui pendant près de 6 ans et enfin été reconnue comme HP.
    Il a monté un groupe de parole, que je surnomme affectueusement les HP anonymes, auquel j'ai participé activement durant 3 ans.

    Suite à mon burnout j'avais bénéficié d'une aide pour reconversion professionnelle.
    J'ai repris des études dans un domaine totalement opposé à mon 1er métier mais qui détonnait avec ma personnalité : un master en gestion de l'information documentaire.
    Donc, moi qui gérait mon administratif de manière aléatoire, qui par principe était allergique à l'organisation et la planification je me lançais dans le domaine des archives et de la bibliothéconomie!
    Ce qui m'avais attiré était l'idée de la recherche d'information, que mon métier consiste à enquêter tel un détective sur des domaines divers et variés, voilà qui nourrirait ma boulimie intellectuelle...

    Seulement cela a révélé bien d'autres dysfonctionnements et après 3 ans avec mon super psy pour HP , j'ai évoqué la question du TDAH.
    Bien que septique , car selon lui j'arrivais à suivre une discussion , sans couper la parole , durant les séances de groupe, il me fit un premier diagnostic.
    Je lui ai expliqué qu'en effet j'y arrivais, mais que cela avait un coup phénoménal au niveau énergie et qu'après un tel exercice je pouvais dormir 2 jours de suite ou ne plus pouvoir avoir de contact avec personne....
    Suite à un premier test il n'y avait aucun doute, il m'a expliqué qu'en 3 ans il n'avait pas pu s'en rendre compte car mon TDAH était compensé par le HP!!!! et voilàaa.. après c'est nous qui sommes compliqué!

    RépondreSupprimer
  18. Témoignage AL -Part 2
    Ainsi j'ai bénéficié d'un test plus poussé dans un centre spécialisé en neurologie.
    Bien que le bilan de mon QI et TDA soient hétérogènes, ils ont reconnus mon TDA qui biaise d'ailleurs les résultat du QI ...compliqué tout ça...
    En fait non, nous ne sommes pas "compliqués" (comme on nous l'a trop dit...) nous sommes "COMPLEXES" et ça , ça fait peur , même à soi-même...

    J'ai ainsi pu être suivie pendant environ 3 ans pour mon TDA ( enfin après avoir changé 3 fois de thérapeute et fini avec une thérapeute très pro mais hyper normopensante qui a commencé à croire que je faisais parfois des bouffée délirantes et que j'étais psychotique...bref, c'est une autre histoire mais encore un exemple de ce qui nous attends dans ce parcours de recherche de diagnostique et d'aide)

    Durant ce suivis j'ai appris quelque chose d'essentiel:
    je ne savais pas ce qu'était un comportement "normal". Je ne savais pas où était mon curseur, si dans certains cas c'était normal d'agir ainsi ou non.

    Le mixage HP/TDA amène à rendre des choses simple si compliquée.

    J'ai un exemple concret:
    Je suis tombée de ma chaise quand ma thérapeute m'a dit un jour:
    "Moi aussi parfois j'oublie d'ouvrir le courrier et parfois j'ai des rappels..."
    Car pour moi le fait de ne pas gérer mon courrier n'était que l'expression du TDA et mon côté HP (perfectionniste) me disait " Tu ne doit JAMAIS oublier d'ouvrir ton courrier".

    Parallèlement à mes suivis, j'ai fini mon Master, épuisée et pas totalement remise de mon 1er Burnout qui s'était déclenché 4 ans plus tt et j'ai commencé une nouvelle activité professionnelle.
    Je me suis retrouvée dans une situation de nouveauté, avec de longs trajets, des journée de 9h non-stop avec slt 30 minutes de pause pour manger, sans expérience et aucun support logistique ni professionnel. Dans un lieu toxique, dysfonctionnant au possible, mobbée et, apothéose, harcelée par la nouvelle directrice une perverse narcissique dans toute sa splendeur!

    Il a suffit de 7 mois de ce régime pour faire un 2 ème brunout, ou, d'après moi, rechuter dans mon burnout qui n'avait pas été totalement guéris.
    Je ne me suis pas rendue compte de ce qui m'arrivait même si je voyais à quel point c'était extrême, j'en était arrivé à me dire pour tenir (après le "un jour après l'autre", puis "bon , 1 heure après l'autre"..) " une expiration après l'autre...".

    Lorsque je me suis arrêtée je suis tombée dans un gouffre sans fond et je suis morte psychiquement...
    J'ai compris au fil des mois à quel point mon état était grave et que ça allait prendre vraiment beaucoup de temps pour m'en remettre si je m'en remettrai...

    Grace à mon super psy et un autre super psy que j'ai cherché afin de faire de l'hypnose mais qui finalement s'avère mon mentor, mon père de substitution avec qui je peux parler de mes quêtes métaphysiques,j'ai pu,peu a peu, me re-découvrir.

    Car l'avantage de mes brunout c'est qu'ils ont fait exploser la camisole de force dont j'avais moi-même serré les liens ( je sais, l'image n'est pas bonne car l'exercice est impossible, sauf si tu arrives à te remettre la clavicule...désolée pour cette petite digression mais celui-le qui aura lu jusque là et aura souris est le/la même qui donne la raison d'être à ce passage...).

    J'ai pu comprendre ce que j'avais fait pour rentrer dans ces fameuses cases, comment je m'étais toute ma vie sur-adaptée et j'ai pu commencé la quête du "qui suis-je vraiment?"

    RépondreSupprimer
  19. Témoignage AL- Part 3 et fin
    En 2018 au contact de personnes qui se faisaient diagnostiquer Asperger dans mon groupe de parole j'ai pu commencer à me poser des questions plus précises sur toutes ces impressions d'être autiste, questions que je me posais depuis mes 18 ans...

    En me questionnant,avec mon super psy, avec le groupe de paroles, après quelques livres et recherches absorbées ainsi qu'une observation pointue de mes comportements on a enfin reconnus mes troubles autistiques.
    Pour moi maintenant l'image est complète.
    Je peux assez facilement suivant mon comportement reconnaître la tendance TDA, ou le côté HP qui s'exprime ou les limitation dûes au traits autistiques.

    Mais si on mélange tout pour moi ce qui résume mon état c'est : hypersensible et hypersensitive
    De là après on peut trouver tous les bons et mauvais côté de ces caractéristiques.

    Ce qui est intéressant c'est de voir ce qui s'exprime dans chacun de ce traits (HP ou TDA ou TSA).
    Mais la frontière est toutefois si fine et subtile.

    Je commence à voir toute mes limitations et a m'accepter mais je sais que je ne suis qu'à la moitié du parcours.
    Ce qui m'aide c'est la démarche de vouloir me comprendre, d'apprendre à me connaître , de guérir mon estime de moi ravagée par ce parcours (et aussi par de la maltraitance subie durant l'enfance et autres traumas qui se greffent à tout ça), de comprendre de plus en plus ou sont mes ressources, apprendre à demander de l'aide, accepter mes limites, être indulgente avec moi-même...mais à la fois tout cela est très fatiguant et demande aussi un contexte favorable.

    Je viens d'être reconnue comme invalide , la semaine dernière, suite à mon dernier burnout et vu ma réticence à retourner dans le monde du travail mon psy à lancé une demande de rente il y a 2 ans.

    Je l'ai obtenue grâce à lui et après près de 3 ans de souffrances pour accepter ce statut, me retrouver sans rien ni personne durant des mois avec financièrement à peine de quoi pouvoir me nourrir, bref une descente aux enfers propre en ordre, qui, comme je l'ai dit, à permis une mort psychique, a permis que tout ce formatage brûle et se transforme, et que tel le phoenix ce parcours me permette de renaître de mes cendres si ce n'est plus flamboyante, plus moi-même...

    J'ai aujourd'hui une perspective d'avoir une rente (qui permet de survivre) et ne plus devoir penser à "devoir" travailler, une reconnaissance de mes difficultés et limitations (ça va être autre choses de l'assumer auprès de mon entourage et face à la société) qui me permet de m'accepter toujours plus.
    J'ai à peu près enfin 2 ans devant moi pour me consacrer à moi car croyez-moi cela n'est pas arrivé depuis mes 9ans...

    Maintenant le résumé du résumé...

    Aujourd'hui ce que je travaille c'est comment vivre dans la voie du milieu, sortir du "tout ou rien"...

    Pour cela il s'agit de décortiquer chaque pensée, gérer les émotions, acquérir de la sagesse ( à travers les expériences et épreuves de la vie) , toujours plus de pleine conscience, d'introspection et dès aujourd'hui, d'écriture....J'ai compris tout cela,il reste à pratiquer...le plus dur en ce qui me concerne...
    Merci de m'avoir lue et j'espère avoir apporté une petite pierre ( au moins un gravillon...) à l'édifice de ce merveilleux site qu'est Tdah-adulte.org et son blog.
    J'espère avoir éclairé certains, motivés d'autres...
    Je me tiens à la disposition des créateurs du blog et du site ainsi qu'au blogueurs pour partager sur ce merveilleux sujet...

    Bien à vous
    AL

    RépondreSupprimer