Quest-ce que le TDA/H chez l'adulye

Le Blog associé au site www.tdah-adulte.org : Actualité - Méthodes d'épanouissement - Espace d'échange Francophone sur le TDA/H adulte (Témoignages, Solutions, ...)

Leurs mots à eux

     J'ai un moteur dans la tète
J'ai souvent le sentiment d'être un imposteur ...
Je me sens différent, décalé, un extraterrestre
Je suis à la fois idéaliste mais d'une lucidité implacable
J'aimerai un bouton "off" pour arrêter mon cerveau
Il faut que je bloque mes pensées en faisant travailler mes mains

Je rêve souvent que ma valise n'est pas finie et je vais rater un train, un avion ou un RDV
Que d'efforts incessants, de fatigue, de pans entiers de ma vie sacrifiée pour rester le nez au dessus de l'eau
J'ai toujours su que quelque chose qui m'échappait n'allait pas

J'ai l'impression d'avoir dans le cerveau une sorte de purée faite de pensées, de souvenirs, de vide
J'ai toujours envie de regarder un truc qui me fait immédiatement penser à un autre etc.

Impossible de bloquer mon attention, tantôt turbulent tantôt mollasson
Toujours "for the birds" (ailleurs, dans les airs, partout, sauf ... ici)

Je deviens rapidement une expert sur un sujet pointu, puis 6 mois plus tard je ne veux plus en entendre parler

J'ai un chinois qui pédale toujours dans ma tête
J'ai l'impression d'être dans un TGV et de ne pas pouvoir regarder défiler le paysage

C'est comme si j'avais plein de tiroirs dans la tête tous ouverts en même temps
Je parviens facilement à faire des choses compliquées mais je me noie facilement dans un verre d'eau
Je suis un peu bizarre mais la vie est belle quand même

Pour regarder la TV,  Il faut que je bloque mes pensées en faisant travailler mes mains (tricot facile, canevas)
J'ai du mal à cuisiner quand on me parle (c'est l'un ou l'autre)

Toujours le chaos dans ma tète, les oublis, les plats qui brulentRemplir un cheque
Trouver une enveloppe, un timbre, aller au bureau de poste, c'est très compliqué ...

Démarrer un projet c'est banal, en démarrer 5 à la fois, ca c'est mon sport

Apprendre l'accordéon, faire de la dentelle... mes passions sont courtes mais j'en ai toujours de nouvelles
Est-ce que j'ai une identité dans toutes mes contradictions ?

Je trouve enfin la réponse à mes problèmes, je savais depuis toujours qu'il y a avait une explication
Mille fois merci pour cette étude , je me sens libéré



+ Vos mots à vous ci-dessous en commentaire .(1 phrase courte seulement ici ...)

111 commentaires:

  1. J'ai 48 ans et je me cherche encore! Dans ma tête je tourne toujours en rond quand viens le temps de prendre une décision.

    RépondreSupprimer
  2. je sais,depuis mon enfance,que je peut exceller quelque part,alors je sonde,je sonde et re-sonde ,persuadé que cela n'arrivera jamais... jim 30 ans

    RépondreSupprimer
  3. J'ai les studios d'Hollywood et Bollywood dans ma tête...

    RépondreSupprimer
  4. J'aime ma difference, merci de l'aimer aussi! Enfin des mots qui m' explique...merci d'avoir fait cette recherche♡♡♡♡♡

    RépondreSupprimer
  5. J'ai 32 ans et je sais enfin qui je suis grâce à ce site. C'est merveilleux, tout s'explique, je suis spéciale, mais ça peut devenir un véritable atout! yeahhhhh!

    RépondreSupprimer
  6. Chez moi tout est un perpétuel recommencement. Impossible de bâtir sur des bases solides car je remets toujours tout en question, me lasse vite et abandonne

    RépondreSupprimer
  7. je n'ai pas suffisamment de bouches pour exprimer simultanément en mots mes idees

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exactement ce que je pense!

      Supprimer
  8. J'ai un TGV dans la tête, un vélo dans les mains.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai l'impression d'être sur un réseau autoroutier équipé d'échangeurs qui redirigent mes pensées dans d'autres directions. Mon cerveau me fait penser à un sopalin 3 épaisseurs qui absorbent tout ce qui m'entoure (visuel, auditif, olfactif.

    RépondreSupprimer
  10. j'ai la tête tellement pleine que je n'ai plus de place pour y faire rentrer quoique ce soit, plus de place..et pourtant je suis pas super intelligent ni spécialement cultivé..

    RépondreSupprimer
  11. J'ai parfois l'impression de devenir folle, Tant de chose, un flux inimtérompu et rapide de chose qui passe dans ma tête sans réussir à en attraper une seule car celle d'a coté vient la percuté, encore et encore, voir toute ces info et etre incapable d'y toucher. C'est comme le coeur d'une tornade tout s'envole, et tourne d'une puissance et vitesse et l'on est impuissant.

    RépondreSupprimer
  12. Je hais les rendez-vous!

    Sortir de chez moi me prends au moins 20 minutes juste pour aller au dépanneur! Je fais le tour de mon appartement pour trouver un chandail, puis je cherche un foulard, puis je tombe sur une boucle d'oreille que je cherchais, je vais à la salle de bain (il me semble que l'autre était là) alors je me regarde dans le miroir et voit un poil à enlever. Je m'épile. Je me hais parce que tout à coup je me rends compte que le dep va fermer! Je cherche mes bottes, je sors, toute stressée: pour aller acheter un simple truc! Imaginez quand je dois penser à apporter tel ou tel truc pour un rendez-vous ou pire: que je dois prendre l'autobus! J'ai toujours manqué l'autobus!

    Enfant c'était incroyable comme j'étais dépassée par tout ce qui se passait: complètement dans la lune. Et tellement lente... Je croyais que je n'étais pas intelligente...Ça ne fait pas longtemps que je sais que je le suis.

    Aujourd'hui je me retrouve endettée parce qu'impulsive. Jamais je vérifiais le prix, ni ce que j'avais dans mon compte en banque. Je me suis améliorée beaucoup. Je me prends en main. Mais planifier pour moi, c'est vraiment platte. Triste même. je fais les choses juste quand j'ai vraiment une grande impulsion. Quand j'en ai pas je m'ennuie à mourir. Alors je joue à l'ordi de façon compulsive.

    Personnellement, je prends du speed à petites doses, ça m'aide à faire les choses même quand j'en ai pas réellement envie. Je devrais peut-être prendre du ritalin... Suis-je la seule à m'auto-médicamenter de la sorte?

    Au Quebec,je crois que je ne suis pas la seule... Honnêtement, ça fait vraiment la job comme on dit ici... Mais ça m'inquiète tout de même de ne pas savoir exactement avec quoi c'est fabriqué...

    Merci pour l'espace...ça fait du bien de témoigner! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci,et merci encore, je me reconnais tellement ds la non-organisation quotidienne!

      Supprimer
  13. Je me sens vide depuis quelques semaines. Mais ces périodes reviennent fréquemment depuis des années. Je suis très ébranlé par tout ce que je viens de lire sur ce site, car toutes les caractéristiques me rejoignent. Je suis dans un néant cérébral pour l'instant, incapable de penser, de m'organiser, de penser. Ça ne me tente même pas. J'ai ce terrible sentiment de solitude intérieure. Ce vide est présent pour lire, me souvenir, me motiver, me mettre en action. Même lorsque je suis avec des gens que j'aime, je me sens seul. J'ai l'impression de préparer un voyage, penser à l'itinéraire et acheter mes billets, puis quand vient le temps de l'embarquement je reste là, assied sur un banc, regardant les gens quitter. Je suis figer, incapable de me lever pour aller avec eux. Voilà, c'est comme ça que je me sens présentement. Je n'ai pas de diagnostic, j'attend pour une évaluation. Je sens que je ne suis qu'un individu incapable d'avancer par manque de volonté. Merci à qui de droit.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,
    je m'appel Romain et j'ai 23 ans. Moi aussi je me suis complètement retrouvé dans les symptômes et descriptions et je pense faire d'ici peu un diagnostic chez un spécialiste même si je sens au fond de moi que je suis TDA au même titre que mon frère et mon père. Malheureusement je me retrouve aussi dans les problèmes psychiques: dépressif chronique, hypersensible, troubles de l'humeur, peut être même borderline. J'ai compensé durant mon enfance et mon parcours scolaire en hyperfocalisant par le perfectionnisme mais je me sentais prisonnier et n'avais aucune vie sociale. Ensuite j'ai basculé dans la procrastination et je suis tombé dans l'anxiété et les crises d'angoisse. Je suis comême arrivé en école d'ingénieur. Après 4 ans j'ai quitté la France pour faire une année de césure aux USA (je suis français). Le fait de changer de pays m'a permis de me remotiver. J'ai pu voyager dans le pays et découvrir une nouvelle culture. En rentrant des USA pour terminer ma dernière année avant d'avoir mon diplôme d'ingénieur je me suis tiré une balle dans le pied comme on dit et je me suis barré j'en pouvais plus j'avais perdu la motivation et je voulais changer d'activité. Là je pars faire un stage en Inde de 5 mois dans un domaine différent du mien qui était la Chimie. Je vais certainement reprendre des études (au Québec je l'espère c'est mon rêve). J'ai la passion du voyage et je vais m'accrocher à ça. Je suis excessif en tout et ne suis pas confiance en l'avenir me connaissant instable. Voilà c'est ma vie, par contre j'ai réussi à me faire accepter et avoir une vie sociale grâce à mon humour et mon côté original et décalé même si parfois je me sens enfermé dans ce rôle de trublion. Je vous souhaite bon courage à tous. Peut être on devrait se regrouper ensemble et monter une companie entre TDA avec nos propres règles et dans le respect, sans jugement, sans stress, ... Le rêve!

    RépondreSupprimer
  15. ah oui j'ai aussi envie de tout réformer: l'école qui m'a fait souffrir et dont je tiens en partie responsable de mon état actuel (même si j'assume toute responsabilité pour le reste), la vie en entreprise (les canadiens ont une longueur d'avance je pense à ce sujet. Même aux USA dans la boîte où je travaillais, on nous donnait des cours de yoga et il y avait tout le temps des activités sociales pour mieux se connaître mais en même temps j'ai du très bien tomber car cette institut était classé dans les 100 entreprises où il est le plus agréable de travailler aux USA) et bien d'autres choses par exemple pourquoi les écoles sont si grises, ternes et sentent le moisi, quelles sont les architectes qui conçoivent les écoles (je parle des écoles publics peût être que dans les privées c'est différent quoi que)... Ya plein de choses qui tournent pas rond (en dehors de moi). Ca me rappel d'ailleurs que pour apprendre mes cours j'avais l'habitude de tourner en rond autour d'une table ou de me ballader avec mes cours chez moi, parfois même la tête à l'envers ou dans des positions insolites...Sinon oui parfois je me dis que ma dépression est existentielle ou que j'ai raison d'être déprimé car le monde n'est pas comme il devrait être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord.
      Anne-Cath

      Supprimer
  16. Bonjour,

    J'ai pas mal parcouru le site et vous remercie beaucoup pour votre travail.

    Pour nos proches il semble qu'un constat médical est important pour prouver que notre "état" est médicalement reconnu. Aussi j'aimerai bien avoir plus de détails sur les démarches à suivre pour se faire diagnostiquer. Choisir un psychiatre ? Un psychologue ?
    Comment-vous vous y êtes pris ?

    Merci encore pour votre aide.

    MOOM

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour à tous,
    Je fait mon petit cheminement personnel depuis un moment. Je n'ai jamais vue de psy (si ce n'est le psy divin, mon Dieu) mais je sais depuis longtemps que je suis différente. Quand j'ai trouvé ce site j'ai su, c'était ma vie en live dans toutes ces étapes. Ça a été une délivrance pendant un temps, mais aussi une charge. Et puis je me suis un peu détachée de ça. Néanmoins ça me fait du bien de revenir sur ce site de temps en temps pour savoir que je ne suis pas la seule extra-terrestre à sillonner la France et l'Alsace à la recherche de reconnaissance, à essayer de trouver sa place dans une société inadaptée. En réalité je crois que le problème est surtout environnemental. Nous sommes très dépendants de ce et ceux qui nous entoure. Au final, quand nous sommes aimés et acceptés pour ce que nous sommes et que les choses se passent bien dans nos familles, avec les potes ou à l'école, nous évoluons super bien. Le problème ce n'est pas nous, c'est la France avec son racisme, son moule, son inacceptation de la différence. Si vous avez bien lu les défauts et les qualités, vous saurez que nous sommes des gens extraordinaires avec des talents extraordinaires. Mais notre mentalité et notre culture ont fait qu'on veut que tout le monde soit pareil. Moi je dis "cultivons notre différence et faisons en une force". Je ne dénie pas qu'on peut souffrir d'être rejeté (je l'ai vécu aussi) et d'être différent. Mais il ne faut pas en rester là, il faut aller de l'avant. Si je ne suis pas allée voir un psy c'est justement pour éviter de souffrir d'un mauvais diagnostique, le TDA étant encore très mal connu en France. Maintenant que je me connais, je trouve plein de petites stratégies pour m'en sortir convenablement au quotidien et je suis plutôt heureuse dans ma vie avce mon mari (qui m'aime comme je suis)et mes enfants(merci Pascal!) à part que j'ai du mal à trouver un travail à ma mesure.
    Je crois que ce serait pas mal si un groupe de parole ou une association pouvait être créée en Alsace au sujet du TDA adulte. Plus on se fait connaître et plus on aura d'impact autour de nous. Il faut que les mentalités changent, on a tous des différences et ce n'est pas une tare. Il faudrait que des gens renseignés et pro sur ce sujet en parlent à la télé de telle sorte que nous ne nous sentions plus comme des gens à part mais comme des gens acceptés tels qu'ils sont et intégrés.
    Merci Pascal pour ce site merveilleux qui me permet d'éduquer ma fille de telle sorte qu'elle se sente aimée et acceptée telle qu'elle est. En quelques moi, juste avec plus de patience, d'amour, d'encouragement, de félicitations ma fille a fait des progrès extraordinaires. Maintenant nous savons rire de sa distraction intense et de ses maladresses. Ce n'est pas toujours facile, mais je sais que si je m'y prend assez tôt elle s'épanouira dans sa vie grâce à sa différence.
    Alors voilà, je fais un appel : s'il y a des alsaciens TDA qui lisent ces quelques mots, je serais heureuse de faire votre connaissance.
    Annecath

    RépondreSupprimer
  18. Que ça fait du bien de comprendre un peu plus qui on est

    RépondreSupprimer
  19. C'est la fin du monde chaque fois qu'il faut prendre une décision ou faire un choix

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la fin du monde quand on me dit "non" !
      Et pourtant, je suis loin de la fille capricieuse qui a toujours eu tout ce qu'elle voulait.

      Supprimer
    2. je suis exactement comme ca une intolérance a la frustration ou des fois au contraire ca me fait plaisir qu on me dise non sans savoir pourquoi.. comme si je le meritais..

      Supprimer
    3. Quel vêtements porter le matin peut devenir un véritable clavaire.

      Supprimer
  20. Jusqu'à présent, et même après son décès, j'en ai toujours voulu énormément à mon père pour son despotisme, sa violence, ses colères. Et ma rage était d'autant plus grande que je savais qu'il y avait beaucoup de lui en moi..
    Aujourd'hui enfin, je peux mettre des mots sur ce que je suis et sur ce qu'il était. Grâce à cela, je me sens apaisée par rapport à lui et je le plains de n'avoir pas eu la chance d'entendre parler de TDA.
    Et surtout, je lui ai pardonné tout le mal qu'il a pu me faire.
    Muriel

    RépondreSupprimer
  21. Je fais cent mille choses dans la journée et à la fin j'ai l'impression de rien avoir accompli...

    RépondreSupprimer
  22. Je suis assise impassible sous vos yeux, mais j'ai eu le temps de devenir un oiseau, de sauver le monde et d'inventer un nouveau jeu dans ma tête en moins de 30 minutes.

    RépondreSupprimer
  23. Le plus dur c'est quand je suis fatiguée, tout me stresse, le bruit, la lumière, mes enfants, trop de choses à faire et je ne peux m'y résoudre, je pète un câble pour un rien, je suis hypersensible à tout, et mes pensées qui vagabondent incessamment...ça me fatigue encore plus.
    Alors, vite à la sieste!

    RépondreSupprimer
  24. On se sent spécial, différent, intelligent et en même temps handicapé de la vie quotidienne et du système social, on culpabilise, on donne tout mais on passe à côté, alors on s'isole dans nos excès, ou nos lubies.

    Ce site m'a ouvert les yeux et bouleversée, j'ai tout imprimé et tout surligné! Bravo à l'auteur, qui a su tirer profit de son TDAH pour élaborer un outil puissant d'auto diagnostic et de gestion du quotidien.

    Marine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est aussi comme ça que je le ressent. Et à cet instant précis je me sens juste totalement seule. J'ai beau me connaître, j'ai beau savoir que ça va passer comme toujours...je n'ai toujours pas trouvé la solution pour échapper à ces moments là. Je me résigne à l'acceptation. Ça va passer...Demain sera un jour nouveau.

      Supprimer
    2. éon s'isole dans nos excès, ou nos lubies"

      Je n'aurais pas pu mieux le dire...

      Supprimer
  25. J'ai rarement réussi à arriver au bout de ce que je fais. J'ai jamais pu lire un livre jusqu'à la fin. Au travail, j'ai l'impression, et donne l'impression de travailler très fort. Et pourtant, je n'arrive pas à terminer mes tâches. J'oublie les choses que je dois faire.
    Mon cerveau est à plein régime mais n'est même pas capable de savoir pourquoi je n'arrive pas à finir mes tâches. Dans ma tête les idées filent à 7000 tr/min. Et souvent je les oublie avant même d'avoir eu le temps de les écrire ou de les dire à quelqu'un.
    J'ai découvert il y a quelques jours que j'ai un TDA. Cela m'a soulagé un peu sans toute fois résoudre le problème et surtout le piètre estime de soi que ce TDA m'a laissé depuis mon adolescence.
    Maintenant je comprend tout : aux secondaires, j'étais plus ou moins bon à l'école car il n'était pas nécessaire de faire beaucoup d’effort pour comprendre les leçon, et je me croyais même plus intelligent que les autres et du coup cela m'excuse du fait que je ne faisais jamais mes devoirs. Mais a l'université, lorsque le temps est venu pour s'appliquer aux études et y mettre plus d'attention, je commençais a comprendre que je ne suis finalement pas aussi intelligent que je ne le croyais. Et pire encore, au travail, mon cerveau me donne des idées super géniales pour réaliser les tâches, mais au bout de la ligne, c'est toujours les méthodes conventionnelles que les autres utilisent qui sont efficaces et leur permettent de terminer le travail.
    Tout cela me travaille en ce moment. J'en suis complètement découragé, je suis même a deux doigts de laisser tomber mon travail que j'ai commencé il y a 4 mois (c'est mon n-ième job). J'espère que le médicament que le docteur va me prescrire va me faire des miracles.

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour , j'ai 20 ans , HP & TDAH , éternellement indécise et incomprise . Le fait de fonctionner différement nous rend il incompatible ??

    RépondreSupprimer
  27. J'ai une mémoire vive, oui, mais comme celle des ordinateurs: une nouvelle info efface la précédente...

    RépondreSupprimer
  28. 22 ans - HP & TDAH

    Mes idées se chevauchent : l'une coupe la parole, l'autre dit merde, une troisième annonce la couleur et demande "qui dit mieux?", la suivante nargue le groupe et part en sens inverse de la discussion.

    Le conflit interne est mon quotidien, j'use mon entourage, l'homme que j'aime. Je suis moi-même usée, je lâche prise et Sœur Rilatine ne peut plus rien pour moi...

    RépondreSupprimer
  29. Je ne me souviens pas de mon passé. C'est flou, c'est loin, ça ne fait pas partie de moi. Le présent est là et douloureux. Le passé appartient à quelqu'un d'autre; pas à moi. Je suis, maintenant et pour quelques jours..

    RépondreSupprimer
  30. J'ai des idées et çà me fatigue

    RépondreSupprimer
  31. J'ai enfin trouvé des mots qui décrivent ma situation. Je poste rarement des messages sur internet car trop de phrases me viennent en tête et il me faudrait la nuit pour écrire quelque chose qui me convienne alors je m'arrêterai à ça.
    Merci

    RépondreSupprimer
  32. j'ai 55 ans diagnostiquée a 50 ans, révoltée j'ai passé ma vie a me chercher, je me cherche toujours, j'ai fait gaffes par dessus gaffes une grande partie de ma vie , j'étais inconsciente insouciante, maintenant que je deviens de plus en plus consciente, l'anxiété me tue le tdah va me tuer, je suis au bord du gouffre

    RépondreSupprimer
  33. Je me cherche certes, mais quand je me trouve face à un miroir ; je me dis "ah enfin te voilà, je te cherchais partout" ! l'investigation semble prendre fin à chaques instants, que d'aventures dites moi! lol

    RépondreSupprimer
  34. en lisant les commentaires je remarque que le point commun de tout le monde c'est une intelligence irréfutable, une vrai passion pour la bonne formulation et une tendance a epiloguer ! nos commentaires sont extrêmement long parfois pour dire la meme idée. . On ne sait pas aller a l'essentiel et abréger! lol

    RépondreSupprimer
  35. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  36. Tout d'abord, bonjour à tous,

    Merci à celles et ceux qui liront ce qui suit :)

    Il y a plusieurs semaines, je suis tombé sur cette page très détaillée qui parle du TDAH chez l'adulte. Je remercie du fond du coeur le créateur de cette page, et toutes celles et ceux qui oeuvrent pour faire un monde meilleur, en tendant la main aux autres.
    Le jour où j'ai lu cette page ça a été comme une révélation pour moi et voilà ce que j’ai pensé : "Depuis toutes ces années passées dans le brouillard, à chercher ce qui ne va pas chez moi, je sais enfin ce que j'ai : je suis atteint de TDAH ! Ca n’est pas si grave en fait, c’est juste que je ne vis pas d'une façon adaptée à mon TDAH. Maintenant que j'ai enfin le "mode d'emploi", j'espère que la société et mon entourage sont prêts à comprendre que ça n'est pas toujours possible à l'individu de s'adapter, mais que pour certains handicaps (même s'ils ne sont pas visibles), c'est aussi à la société de faire quelques efforts de compréhension... Qui oserait obliger une personne à courir un 100 mètres avec une jambe cassée ?"
    Les jours et les semaines qui ont suivi, j'ai beaucoup lu à ce sujet, et essayé de mettre en application des méthodes de relaxation (autohypnose, et aussi beaucoup de méditation). En quête de la "paix intérieure" depuis mon enfance, je me suis déjà tourné vers la sophrologie qui m’a fait un bien immense, j’ai aussi lu (ou plutôt commencé à lire plusieurs ouvrages parlant d’accomplissement personnel...)

    Récemment je me suis senti de plus en plus souvent à bout de forces, à bout de souffle, et comme "noyé dans un verre d'eau". Souvent angoissé car le temps défile trop vite, et je voudrais faire tellement de choses… j'ai l'impression de ne "jamais être à la hauteur", je commence beaucoup de choses mais ne finis rien, et bien que j’en aie conscience, ce qui me démotive. C'est pour cette raison que j'ai fait de nouvelles recherches sur Google pour aboutir à cette page.
    En effet, je me suis réellement battu toute ma vie, pour corriger mes problèmes dont je ne parlais jamais, car j'en avais honte.
    Sans aucune prétention, j'ai l'impression d'être quelqu'un de bien, un "doux rêveur" qui, malgré tous ses efforts, ne trouve pas sa place dans notre société, où le rythme est de plus en plus soutenu : Et en France particulièrement, où l’éducation nationale ne laisse pas suffisamment de place à l’épanouissement personnel, en ne cultivant pas nos différences, et ce que chacun de nous a de plus beau à offrir au monde. Comme "Annecath" l’a écrit plus haut "cultivons notre différence et faisons en une force", c’est tout-à-fait possible de le faire ET dans le respect les uns des autres.

    Par exemple : Qu’est-ce qui fait que l’on aime voyager à l’étranger ?
    Le dépaysement que procurent les différences de cultures : si un pays perd ses traditions, il perd son identité. On peut très bien défendre ses traditions, sa culture, et en même temps avoir un profond respect pour les traditions étrangères, ça n’est pas incompatible.
    A l’échelle d’un individu, c’est la même chose qui se passe, chacun doit avoir la liberté de s’épanouir dans son domaine de prédilection, sinon il ne sera jamais heureux…
    Comme le disait si bien ce grand homme, Albert Einstein :
    "Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide"
    Je me suis souvent senti stupide, parce que je suis un poisson, et qu’on m’a dit à l'école, depuis que je suis tout petit, que pour réussir ma vie, il fallait que je grimpe à un arbre... J’ai perdu de nombreuses années pour réussir à atteindre les hautes branches, mais tout le monde sait qu'un poisson ne peut pas survivre longtemps hors de l’eau, un sérieux changement d'orientation est nécessaire.

    Merci et à bientôt pour la suite, en espérant que ça vous ait intéressé. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, je te comprend et suis émue. En espérant que petit à petit il y ait une prise de conscience à plus grande échelle, je te souhaite de trouver les solutions qui te sont assorties. Bonne continuation.

      Supprimer
  37. Bonjour,
    J'ai 57 ans ! je me suis toujours sentie une extraterrestre... mais tout le monde a toujours des petites phrases toutes faites "repose-toi", "vas t'aérer"... qui vous enfonce encore plus !

    J'arrive de moins en moins à gérer mon travail (je suis secrétaire administrative ! juste ce qu'il ne me fallait pas...) et après plusieurs alertes, je suis en plein burn-out. Heureusement, forcée de m'arrêter 2 semaines, j'ai cherché à analyser la cause de ce brouillard perpétuel qui s'accentue avec la fatigue. Sous la pression, j'ai eu l'impression qu'il n'y avait plus personne dans la tour de contrôle et que les avions tournaient dans tous les sens sans pouvoir se poser. Du coup, épuisement total, n'arrivant même plus à réfléchir !!

    C'est très effrayant. J'ai même cru que j'avais Alzheimer !

    Mais heureusement, comme j'ai beaucoup de volonté et que je ne supporte pas de ne pas comprendre, avant de sombrer complètement dans la dépression, j'ai eu comme certains d'entre vous l'idée de taper "trouble d'attention" car il me semblait depuis toute petite que le problème venait de là. Et bingo ! je suis tombée directement sur ce site et tout ce que je lis me correspond tout à fait !! mieux vaut tard que jamais... mais que de dégâts, de doutes et d'incompréhensions !

    Je m'aperçois que j'ai développé des stratégies pour contourner mon problème mais cela m'épuise (listes de contrôle au travail, sortes de rituels pour ne pas perdre les clés ou autres...).
    Je me suis "autogérée" en réduisant mon temps de travail (80 %), j'ai trouvé dans la peinture un apaisement pour me ressourcer... mais le problème me rattrape dès qu'il y a "surcharge" d'infomations à gérer.

    J'ai posé une question sur le site TDAH-France pour connaître le nom d'un médecin de ma région pour avoir un diagnostic et des conseils. Je voudrais faire une thérapie comportementale pour mieux gérer mon travail mais au moins maintenant, je sais contre quoi me battre. C'est déjà énorme !

    Merci de vitre attention et bon courage à tous !

    RépondreSupprimer
  38. Bonjour à tous les extraterrestres hypersensibles et rêveurs qui ont eu la chance de trouver ce site !

    En relisant les messages, dont le mien d'hier, je vois que toute "étourdie" par la découverte du site et de la cause de mon problème, je n'avais pas bien lu les témoignages ! normal, je lis en diagonale quelques mots clés pour me faire une idée car mon cerveau s'emballe... et je perds la moitié des informations en route.

    Je voudrais donc rajouter que je suis très touchée par le contenu de vos témoignages.

    Mars Lebrun a décrit fort justement cette particularité qui nous "rassemble" tous. Je me reconnais totalement dans sa description.

    Céline m'a beaucoup fait rire avec l'idée de la "mémoire vive" de l'ordinateur. C'est tout à fait ça !

    Enfin à tous ceux qui "craquent" (j'en fais partie par moment), je voudrais dire de ne pas perdre espoir.

    C'est facile à dire, me direz-vous !

    J'ai eu hier une discussion avec une amie à à qui j'essayais d'expliquer ma découverte. Cela m'a confirmé que les "autres" (du moins la plupart) ne comprennent pas ce qui se passe dans nos têtes. A ses réactions : c'est parce que tu y penses trop, c'est la fatigue, ça arrive à tout le monde d'avoir du mal à se concentrer, repose-toi..., je me suis dis qu'il fallait trouver des ressources auprès de spécialistes de ce trouble (encore faut-il les trouver) ou de personnes concernées comme ici.

    Le fait de partager nos expériences nous permettra d'avancer et tant pis si on continue à passer pour un extraterrestre dans sa bulle. Il faut continuer à tourner en dérision nos gaffes et oublier la honte.

    Pour ma part, je savais depuis longtemps que je n'avais pas choisi le bon job (je suis fonctionnaire), mais je ne comprenais pas pourquoi je n'y arrivais pas (ou plus). J'étais rongée par la culpabilité et la honte. La différence maintenant c'est que je sais que je ne dois plus avoir honte de mes échecs. Le parcours sera difficile, mais au moins cela me confirme que je dois changer d'orientation ou de poste. Et je vais me faire aider dans ce sens.
    Comme je vois la retraite reculer au fur et à mesure que je m'en approche, il ne faut pas que je me décourage !

    Cela me fait peur, mais c'est vital. Je ne peux pas continuer à faire un travail intellectuel sous la pression et il est hors de question que je passe mon temps en arrêt maladie...

    Courage !

    RépondreSupprimer
  39. Je ne sais pas si je suis hyperactive, mais j'ai simplement l'impression d' "être à côté de la plaque" et de ne pas être faite pour vivre dans CE monde-ci.

    RépondreSupprimer
  40. Comme plusieurs d'entre vous, je suis tombée sur ce site par hasard après que ma mère m'eut dit que je devrais faire des recherches plus poussées sur les troubles de l'attention suite à un travail trop cadrant dont je n'avais pas le profil...quel soulagement de pouvoir expliquer tous mes comportements! Perdre des milliers de choses, oublier des règles, difficulté à résumer, se perdre dans ses idées, avoir des accidents de voiture à répétition, compulser dans l’achat de vêtements parce que le nouveau est tellement plus intéressant que tous ceux que j'ai déjà, avoir une mémoire de travail déficiente, passer pour une nunuche parce que j'oublie une chose qui vient juste d'être dite ou parce qu'on doit me répéter des choses plusieurs fois ( ma mémoire est très sélective!)...et j'en passe.

    Depuis que j'ai lu ce site, je me suis retrouvée et je m'assume davantage dans ma différence. Je peux en rire et travailler avec mes symptômes plutôt que me battre contre eux. J'accepte d'être parfois (souvent!) désorganisée dans mon quotidien et avoir de la difficulté à gérer une liste d'épicerie et surtout...ne pas la suivre! Ou oublier d'acheter ce qu'il y a dessus.

    Je n'ai jamais été dans la norme, toujours un peu différente, juste à côté de la masse mais sans vouloir y entrer car je la trouve ennuyante et peu divertissante. J'ai un style vestimentaire juste un peu marginal que j'exploite encore plus depuis que je sais que je suis TDA et donc, créative. Ce que je savais mais je peux avoir l'excuse du diagnostique...Je me sers maintenant du TDA pour prôner ma différence et en faire un force, faire une différence dans mon petit monde et semer des graines pour en changer une parcelle...

    Merci pour ce site fabuleux qui nous aide à comprendre qui nous sommes et surtout, à trouver notre identité à s'assumer tel que l'on est!

    RépondreSupprimer
  41. J'arrive enfin au bas de la page, en ayant eu l'impression de lire à cloche pied!
    hop un mot par ici! hopla une citation par la! ya des poissons qui montent aux arbres à bollywood alors que ma memoire vive s'épuise! je me suis levée trois fois pr me rendre compte que j'avais pas fermé la voiture, manger trois carrés de chocolat, envie de haribos, et contempler mon salon pr reflechir aux peintures à refaire!
    depuis que je suis môme on m'a tjrs dit "a de capacités mais peut mieux faire", dislexique, des dictées avec des zéros moins vingt!! car les accents j'y ai jamais rien compris! et un jour ,après des mois d'orthophonie je suis arrivée toute fiere de l'école " maman, j'ai eu zéro pile!!"" une belle victoire! Ma mere m'a tjrs dit, si tu 'es nulle en orthographe (ce qui était son cas aussi) il faut etre son propre patron et avoir une secretaire qui corrige tes fautes!
    mes plaisirs étaient de me mettre en boule ds le placard ou sous mon bureau, ou de me lever la nuit , traverser le jardin, marcher pieds nus sur les graviers pointus, et ramasser ds les poubelles ce que ma mere avait jeté la veille contre mon gré, alors que la maison dégueule d'affaires et de meubles inutiles ms on sait jamais ça peut resservir!
    ma soeur, qui n'a jamais quitté la maison familiale apres le décés de ma mere, collectionne les tv au cas ou il y en à une qui tombe en panne!
    et puis l'adolescence ou je me sentais tjrs à coté de mes pompes, en avance, en décallage, à l'ouest, à l'est! à fleur de peau, à pas savoir ds quel pot j'habite! une vache déguisée en fleur, un fleur brut de décoffrage!
    trop grande pr les gens de son age, trop perchée, un peu allumée! je me suis forcée et fondue ds la masse.
    Ms je ne sortais pas sans mon masque et ma cote de maille je n'en menais pas large, peur de croiser des groupes de jeunes ds la rue, peur de rentrer seule ds une boutique au risque que la vendeuse vienne me parler! alors je me grimais, jouer un role, grandir vite, faire l'adulte, mettre la barre encore plus haute, pr etre sur de me casser la figure, choisir des garces comme copines qui m'ont poignardée, m'amouracher du plus innaccessible des mecs à qui j'ai gentillement offert ma virginité, me caresser les dos de mains avec une lame de couteau pour sentir enfin une douleur, frapper ds les poutres en bois qd la parole ne sortait pas,qu'elle m'étouffait de l'interieur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'en ai tjrs voulu à ma mere qui parlait tt le tps, et à mon pere qui ne parlait jamais et s'enfermait ds la musique! elle ne m'écoutait pas, il ne m'entendait pas, ma soeur a fait tres tot des conneries, et moi l'ainée, j'ai vite vite grandie et j'ai décampé rapide de la maison familiale pour faire 10ans d'études, dont 5 premieres années, oui à la fin je le prends à la rigolade!! je me suis cherchée, je me suis perdue, je me suis fait du mal, j'ai testé mes limites, je pouvait picoler sans jamais etre bourrée, je pouvais coucher avec n'importe qui en etant totalement détachée de mon corps, rien à faire de mon enveloppe corporelle, je me suis faite vomir pdt des années, car mon dernier retrenchement était mon tube digestif! le seul endroit ou j'avais encore une action! vomir ou ne pas vomir! tel était la question! et un jour j'ai touché le fond! je n'ai pas réussi à affronter des potes chez qui je devais aller manger une pizza!! trop dur comme combat!
      alors la j'ai pris le telephone et j'ai passer 5ans en analyse! ya celle d'avant et celle de maintenant! j'ai 39ans et 2vies! ms au fond de moi je sais que je suis tjrs la meme ! celle qui a choisi les tongs car moins à coté de mes pompes, tjrs partagée entre l'envie de me poser-pauser! et de fonder une famille une base, et celle de devorer la planete entiere! tellement de belles rencontres à faire, sauver les dauphins, nager avec les requins, pagayer sur le lac titicaca...

      je passe une semaine à rechercher ds mon appart mon ordi de plongée que j'ai en fin de compte planqué ds un carton au fond du garage (ma mere avait bien planqué la telecommande de la tv au frigo!)
      qd on me demande quel sport je fais, un peu tout ms pas vraiment qqchose
      je suis capable d'etre potes avec mes ex, qui m'ont fait souffir et de donner des conseils de grossesse à leurs nouvelles nanas! j'arrive pas à etre rancuniere meme si dedans ça fait tjrs un peu mal, ms rendre service est plus fort que moi!

      Supprimer
    2. alors oui je me rends bien compte que mon adaptabilité, ma legereté, ma souplesse, me permettent de rebondir, de gerer l'urgence, de partir sur un coup de tete.....
      je suis sage femme et qd je travaillais à l'hopital, c'était ts les jours une pochette surprise en arrivant en garde, ms maintenant je suis à mon compte en liberal, et d'un coté j'adore car je fais mon planning à ma guise, je dors tard le matin, arrive tjrs en retard à mes rdv meme si j'ai bidouillé ttes mes horloges, avancé de 15min! ms apres je donne mes tripes à mes patientes, pr trois clopinettes !! et ya cette putain de comptabilité que j'ai découverte en autodidacte, et au moindre nouveau papier administratif, ça y est c'est la faillite, non ouf!! ms à chaque fois je me dit que je repars bosser à l'hosto, au moins, pas de compta qui me pourrit mes we, car à chaque we je la reporte au we suivant!
      qd ma nouvelle comptable (oui j'ai accepté de me faire aider!) m'a demandé combien je payais d'assurance, pff j'en sais rien, combien de vacances par an, pfFFF j'en sais rien!!
      qd je demande à mon meilleur pote mes qualités et défauts, je suis bordelique et reporte à jamais ce que je pourrais faire demain, mais j'ai le coeur sur la main et n'oublie jamais un anniversaire
      il est fou car je suis partie 2ans à l'étranger et j'ai gardé mon meme forfait telephone, à 60e/ms, juste parce que j'avais la flemme de m'en occuper pr le modifier!! il est content mon operateur!! pr etre une fidele cliente, je le suis!

      Supprimer
    3. je deteste les we, car tt le monde est en famille et moi seule avec mes chats, je tourne en rond comme une lionne en cage, et dés fois j'organise des picnics à l'improviste et mes potes st heureusement partants!
      et dés fois ça monte d'un coup, une forçe interieure violente , un tsunami, une défelante, juste parce que ma soeur m'a demandé de gerer des papiers de famille et j'arrive pas à lui dire que ça me fait chier de m'en occuper, et au lieu de l'envoyer bouler, elle me sent contrariée et me propose de faire du rangement chez moi!! et la non ça fait on off ds ma tete à moi, et là l'enveloppe craque, je prend mon vélo et fait 35km de nuit vent de face, juste pour me vider la tete, me secher les jambes ,et ne tenir qu'au mental! je me rends compte que les élements, le vent, l'eau froide, la douche brulante me font le plus grd bien et m'apaisent
      enfin presque car le lendemain tjrs pas calmée j'enchaine sur 10km de roller et 1km de natation! et il est 2h du mat et je m'ennerve contre moi, car suis tjrs skotchée à l'ordi! alors que je sais déjà que demain je serai en retard à mon premier rdv!! je suis déjà en retard à l'avance!
      C'est pas tout les jours facile de vivre avec moi meme.......

      Supprimer
  42. en tout cas je découvre enfin qui je suis et que j'existe, alors que j'ai tjrs eu un profond sentiment d'abandon, inexplicable, mais une cicatrice douloureuse, qui jusque là restait sans non!
    Avec votre site je me réconcilie un peu avec ma mere, car meme si elle n'est plus là, je me rend compte à quel point on se ressemble, et que mon grd pere maternel, que je n'ai pas connu, était apparement un savant fou, un inventeur, mort bêtement renversé par une mobylette alors qu'il revassait..
    j'aimerai ne pas prendre à coeur toutes les catastrophes de la planete, ne plus etre ds la tempete en permanence par gros temps, mais juste portée par une legere brise, profiter, souffler, respirer, et me sentie aimer....
    Désolée d’avoir écrire autant mais c’est là premiere fois que ça sort, en jets, en feu d’artifice, en pétarades, et fanfare et charades ! mille mercisssss juste à ce site d’exister

    RépondreSupprimer
  43. je me sens comme diviser a l'interieur,comme quand on va quelque part et que l'on regarde derriere pour voir si l'on a rien oublie. j'ai toujours ce sentiment de " j'ai oublie quelque chose

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui! Et ce n'est que trop tard que l'on se souvient ce qu'on a oublié...

      Supprimer
  44. 37 ans avec tda et h, au courant depuis 5mois et traité et suivi, et quoi? j'ai crue qu'on m'aiderai mais c'est uniquement en theorie.
    Car ce qui arrive à un diagnostiqué tardif sans famille et livré à elle meme depuis son plus jeune age (je vous laisse imaginer),
    donc sans n'avoir eu de limite et s'etant adapté ainsi mais completement perdue now.
    Tout de mm la tete sur les epaules et cela doit etre pour ça que je suis encore en vie plus le reste :-). mais mon experience fait que je sais que pour les tda/h l'espoir fait plus que vivre +++++++++

    RépondreSupprimer
  45. Je m'appelle franck, et j'ai eu 47ans cet été... A part ça, comme beaucoup ici, j'ai appris trés tôt à faire fasse à des troubles anxieux qui ont de toute évidence générés ce qu'on appelle donc de manière semble-t-il plus couramment aujourd'hui: un TDAH. Bien évidemment j'en étais affecté dans l'enfance; dés ma prime jeunesse, à 6 ou 7 ans. Je fus très rapidement surprotégé maternellement, par une mère elle-même anxieuse pour ces enfants(J'ai une soeur plus jeune de 2 ans; aucun problème pour elle, c'est déjà ça...). D'autant plus que j'avais, et ai toujours, un père plutôt timide et distant, et parfois dans la lune(Certainement lui aussi depuis longtemps...) Toujours en est-il, que mon anxiété s'est aggravé au sorti de l'adolescence, et amené par la suite le diagnostique médical d'un "Trouble anxio-dépressif". Je me suis tourné alors vers un parcours psychothérapique; ce qui ne m'a pas empêché de subir les assauts d'angoisses diverses, et autre état "névrotique", ruminations du passé, et j'en pense, ect... Bref, j'ai très vite connu et reconnu... Un certain "Prozac"! Mais pour autant, il n'y eut pas de "Miracle"; je n'y ai jamais cru du reste: Lucide je pense être, s'il en est... J'ai même testé l'homéopathie, auquel s'adonnait un psychiatre reconverti dans une autre approche de la maladie("Prise en charge globaliste..." dirais-je.) En dehors des cabinets des thérapeutes, ma vie affective(Mais surtout "Effective"...) et professionnelle, ne tenait guère là l'improbable route... Bon, un, deux, trois! Poursuivons!.. Nombre de fois, je me suis senti un "irrécupérable" du destin, une espèce qui n'a sa place que dans les "Limbes", mais pas au grand jour de la vie; dans l'espace des dits "adaptés" et autres "autonomes". Pour autant, je pense que n'ai jamais voulu cautionné le statut de victime me concernant, et je pense que c'est la plus importante des attitudes qui m'a permise de ne pas couler. Aujourd'hui, j'en suis à mon énième contrat professionnel qui s'achève dans une entreprise, où, et peut-être, compte tenu de mon long parcours de lutte pour prendre conscience de la réalité de mes troubles et permis en conséquence de réaliser les dégât occasionné par ce TDAH; tout simplement parce que j'ai d'abord appris à m'accepter avant de pouvoir le cerner. Mon incapacité à m'aimer, le manque d'estime de soi, est à la source de tous ces troubles que j'ai vécu, dans les deux grands versants "régaliens" de la vie que sont l'amour et le travail: J'ai refusé de fuir la réalité de ces troubles; telle est ma vie... J'espère avancer malgré tout "Vers la sortie" bien qu'une nouvelle fois ayant le sentiment d'être dans une ornière à presque bientôt 50 ans... Mais bon, qu'importe le temps s'il est mis à profit pour apprendre à nous aimer mieux et donc mieux nous comprendre; loin de moi l'idée de toutes leçons à donner sur ce chapitre(Essayer de comprendre et d'aimer sa souffrance est finalement la seule manière à mes yeux de donner du sens à sa vie: C'est pour moi vital!! Pour l'instant...) J'essaye de continuer d'y croire, au nom d'une certaine idée de la "Bienveillance", que semble dispenser du reste entre autre ce site de partage. Merci pour cela.

    RépondreSupprimer
  46. Juste "Faire face", hum; "la distraction sans doute"... -franck

    RépondreSupprimer
  47. Salut,
    J'ai découvert le site un peu par hasard et j' ai eu l'impression de comprendre quelque chose de moi. Je me suis dit enfin ! mais c'est bien clair je semble répondre à quasiment tous les critères de TDA ça c'est sûr. Maintenant je vois que j'ai un nouveau chemin devant moi. J'espère que cela va me permettre d'avancer notamment dans le domaine professionnel.
    Est ce indispensable de passer par un diagnostique médical ?

    RépondreSupprimer
  48. Ça fait un moment que je n'étais pas sur le site, happée par ce lourd quotidien infernal. Mais quel plaisir de vous retrouver, amis qui me ressemblent! J'ai eu un plaisir à lire ou plutôt survoler les derniers témoignages : touchants, poignants. Surtout toi sof'ile, j'ai eu grand plaisir à te lire et je me suis donnée la peine de te lire en détail. J'adore ton histoire, je te comprend et même si tu sens "autre" moi je te trouve tout simplement géniale. Nous ne sommes pas faciles à vivre, certes, mais on est des gens EXTRA-ordinaires.

    RépondreSupprimer
  49. A 60 ans je prends connaissance de mon TDAH/I, lourd a assimiler même si j'avais auparavant ressenti quelques aspects,je poursuis actuellement un coaching où sont révélés des mécanismes et schémas préventifs qui demandent un réel investissement mental, le doute est le commencement de la foi dit-on, la verbalisation des émotions couplée au respect de soi et des autres et,un filtrage des activités ouvrent un nouvel horizon.
    Le partage du vécu avec d'autres TDAH est enrichissant!

    RépondreSupprimer
  50. Je ne me comprend pas, mon cerveau ne se comprend pas, c'est carrément un tourbillon dans ma tête tous les jours, toutes les nuits, aucune motivation, une incapacité de concentration ... Je suis une larve avec un cerveau qui tourne à 600 000 Km/H :(

    RépondreSupprimer
  51. Super site, je suis moi même en train de le lire et plus j'avance plus je me reconnais dans tous ces éxemples !
    Ma phrase fétiche en tant que TDAH est

    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ?

    Super site encore merci !

    RépondreSupprimer
  52. Me voilà à 70 ans découvrant que je suis vraisemblablement une TDAH. Je le découvre parce qu'on vient de découvrir que ma petite fille est une TDAH. Je suis désolée pour elle mais pas écrasée d'angoisse. Cette découverte m'explique beaucoup de choses de ma vie, tout à coup. Et je conclus que, finalement, l'âge, les claques que la vie m'a administrées, enfin tout un ensemble de faits additionnés débouchent sur un âge mûr où il est plus facile de vivre qu'à 30 ou 40 ans. Mais je ne pense pas que ce sentiment soit exceptionnel. Ma petite fille va "en baver" mais, si elle a, comme moi à 70 ans, la sensation que sa vie n'était pas banale, qu'elle valait la peine d'être vécue ce sera tant mieux pour elle.
    Il me reste à présent un nouveau projet, (in extremis...!) : tenter d'exploiter ma particularité pour faire que ma vie soit encore savoureuse dans la maison de retraite des derniers kilomètres. Mon projet sera-t-il compatible avec les règlements propres à une structure pour personnes âgées ? J'avoue que j'ai quelques doutes...!
    Je n'ai jamais entendu parler de TDAH vieillards par des personnes compétentes mais j'en ai bien connu un : mon père ! Pensera-t-on d'ici mon admission dans ce type de structure qu'il existe des personnes âgées TDAH ? Dois-je me préparer à ce qu'on m'administre des tranquillisants pour estomper cette différence ? Je crains un peu que ce soit l'inéluctable programme des réjouissances...
    Je verrai moi-même mais, même si ce n'est pas une vie facile, la vie d'une TDAH a du goût. On y frôle parfois l'épouvante mais il y a de l'action, et c'est bien !
    Pourtant, je reste rêveuse, voire médusée: j'étais une TDAH. Je savais que quelque chose clochait dans ma tête mais je ne savais pas d'où venait ces couacs. A présent, je sais. Ma vie aurait-elle pris une autre tournure si j'avais su plus tôt ? Faut-il vraiment déclencher toutes ces procédures pour sauver ces "pauvres" enfants affublés de cette particularité ? Où est le pire : se débrouiller en solitaire pour s'en sortir quand même ou bien se laisser entraîner d'un thérapie à l'autre qui dévorera une partie de l'enfance en vue d'une hypothétique amélioration ? Bien sûr, on redoute l'échec scolaire, on craint que son enfant TDAH ne fasse pas honneur à sa famille par des bulletins scolaires calamiteux. Les bulletins scolaires honorables sont-ils le but de toute une enfance ?
    Mes 70 ans me disent que là n'est pas l'essentiel. Bien sûr, il faut sauver les meubles au mieux mais restons calmes. Evaluons calmement sa différence. Si l'enfant n'en souffre pas et s'il ne fait pas excessivement souffrir ceux qui l'entourent, ne sortons pas l'artillerie lourde pour le rendre bien banal. Je n'ai pas le sentiment d'avoir raté ma vie avec ce TDAH. Tout au plus, ma route a été un peu moins lisse. Je ne me suis jamais ennuyée de vivre et même, c'était étrangement bon à vivre ! Cette phrase sera pour moi celle qui résume mon point de vue de septuagénaire TDAH.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ma mère a 73ans et c'est une vraie TDA (pas H). Mais on a tous fini par l'accepter telle qu'elle est : une super mamie pas comme les autres, qui oublie beaucoup, arrive toujours en retard, toujours indécise, remet tout à plus tard, désorganisée, commence plein de choses et ne termine rien... mais elle a un si bon coeur, elle tellement compréhensive, pleine d'amour et de gentillesse, serviable et généreuse... Même ado je n'ai jamais eu honte de ma mère. J'étais fière de ma mère avec sa créativité et ses dons naturels artistiques. Et puis je lui ressemblait.. En 2012 j'ai trouvé le hic : maman, moi et ma fille sommes TDA sans H. Pas de souci, ma fille est une perle et comme je l'ai déjà dit, je l'aiderai à faire face et l'équiperai contre les "racistes". Pas de psychologue, non, surtout pas. Juste une bonne famille qui l'aime telle qu'elle est, qui l'encourage, la félicite dans ces réussites et accepte ses manquements, défauts ou maladresses (qui est parfait???). C'est sûr elle fait un peu tâche avec ses particularités ou quand elle danse à table tout en mangeant et chantant. Mais c'est pas grave, elle est heureuse, nous aussi et ce que les autres en pensent on s'en tape. J'ai pas envie qu'elle souffre du moule dans lequel on m'a mis pour être comme les autres et être malheureuse. Je me sens tellement plus heureuse depuis que je suis sortie du moule, libre, affranchie et tant pis si ça convient pas à tout le monde. Nous nous assumons c'est tout. Mais tout en respectant les autres, comme l'a dit Mars Lebrun. Je n'attend pas de mes enfants qu'ils soient parfaits ou les meilleurs, ils sont seront ce qu'ils seront que ce soit artiste, peintre, coiffeur ou ingénieur peu importe. Ce qui m'importe c'est qu'ils puissent s'épanouir et je le répète qu'ils soient équipés pour faire face aux difficultés. C'est sûr, le regard des autres c'est pas toujours facile, ce n'est facile pour personne. Mais ma fille sait qu'elle a des parents et un frère qui l'aiment et un Dieu aussi. Anncath

      Supprimer
  53. J'ai comme façon de penser que je suis né a la mauvaise époque, et que je souhaiterais vivre le futur genre dans plusieurs centaines d'années.

    RépondreSupprimer
  54. Des fois, mon cerveau est en total désaccord avec mon corps. Le premier ordonne au second de s'arrêter...Le second n'en fait qu'à sa tête. Mon corps bouge, bouge bouge bouge... Ma bouche parle parle parle... Des fois, c tout le contraire qui se produit. Je m'arrête de bouger, je me tais, et commence à réfléchir, un peu trop, sur toutes les possibilité, sur tout ce qui peut arriver ou non, sur ma façon de parler, j'ai peur de vexer, je culpabilise, il m'arrive d'en perdre le sommeil... TDAH, ça a ses inconvénients c vrai, mais je me sens tellement plus humaine comme je suis... je suis fiancée, j'ai peur, je pense au mariage, et déjà au divorce, mes parents sont décédés, je pense déjà aux décès qui vont suivre... je réfléchi tro, bop tro... seul et unique frein : je me sens incomprise (mais je me félicite tous les jours d'être la personne ke je suis) merci en tout k pour ce blog, merci à 100 km heure

    RépondreSupprimer
  55. Parfois lorsque on me demande d'expliquer quelque chose liée à mon travail, je ressens son explication mais j'oublie les paroles utilisées pour l'expliquer même si je me suis déjà documentée la dessus.

    RépondreSupprimer
  56. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  57. Plus d'un an après, je reviens ici, ce site m'était totalement sorti de la tête (et non ma situation ne s'est pas arrangée), j'ai enfin rendez-vous dans un mois avec un spécialiste (un neuropsy). J'ai eu un premier "casting" avec une infirmière qui a du considérer que je réunissais suffisamment de critères pour me proposer un rendez-vous. C'est un soulagement, une sorte de reconnaissance officielle de ma situation... Cela fait du bien.
    Mais je sais que la route est encore longue pour transformer mes défauts en qualités...
    Courage à tous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou kip1c, j'ai vu que tu consulteras bientôt un neuropsy. Tu pourras raconter comment cela s'est passé ? Tu es passé (e) par ton medecin traitant ? C'est remboursé ? Merci !

      Supprimer
    2. Mon rendez-vous est prévu pour le 20 février, il s'agit d'un service spécialisé dans un HP de Bordeaux.
      Je ne suis pas passé par mon médecin traitant, car il faut avouer qu'en France peu de professionnels connaissent ce trouble (chez l'adulte en tout cas). J'ai trouvé des coordonnées sur le net (au cours d'une de mes longues sessions d’hyper focalisation). J'ai eu une infirmière qui a enregistré mon dossier me prévenant qu'il y avait beaucoup d'attente (en effet elle m'a rappelé un an après). Je ne sais pas encore si cela est remboursé (est ce que le TDA-H est considéré comme une maladie en france?). L'infirmière m'a fait passé un entretien téléphonique pour voir un premier diag (voir si je correspond bien au critères du trouble). Aujourd'hui, je compte les jours, je ne sais pas du tout en quoi va consister ce rendez-vous, mais j'ai besoin de soutient car j'ai l'impression de ne plus rien maîtriser... Je te raconterais comment cela c'est passé. A bientôt.

      Supprimer
    3. J'ai eu mon premier rendez-vous, qui semble confirmer le TDAH, on entre maintenant dans une phase de diag plus poussée, prochain rendez-vous en avril... Il me tarde, car au boulot ça ne s'améliore pas...

      Supprimer
  58. Je suis tête en l'air, je suis toujours entrain de créer des scénarios dans ma tête, ça ne cesse jamais. Aussi, je ne finis jamais ce que je commence : Je suis toujours très motivée au début, mais après, ça commence à m'ennuyer.

    RépondreSupprimer
  59. J ai tellement de mouvement dans ma tête que des fois j ai envie de crier " sortez moi de moi!"

    RépondreSupprimer
  60. Mon esprit est une succession de vide et de tout, je peut aisément passer d'une
    idée formidable à un noir béant, me souvenir d'un moment agréable et revenir dans ce trou noir qu'est mon esprit. je m'en amuse quelques fois mais la plupart du temps cela m'effraie.Je ne me sent pas à ma place dans ce monde ni ne pense l'être dans un autre et pourtant je suis bel et bien ici à vouloir avancer.

    RépondreSupprimer
  61. Je ne comprends pas les gens qui ne remettent pas en question les choses et qui avancent vers un seul objectif. Poursuivre un seul but toute une vie m'est impensable.

    RépondreSupprimer
  62. mon cerveau c'est un ordinateur sans la corbeille, du coup sa s'entasse et je retrouve rien, ou tout c'est vous qui voyer, par exemple j'ai perdu le point, c'est le machin qui permet de finir une phrase, du coup j'en fini aucune, ou alors par un petit point interrogation car avec lui au moins c'est pas finit, car je supporte pas finir quelque chose car on a toujours envie d'en rajouter, se que j'adore c'est commencer, du coup sa s'entasse et l'engrenage est lancé, j'ai toujours en tête le début de ma phrase et même le début de la suivante, mais j'ai pas la fin de la premiére, ni de toutes les autres, et sa c'est chiant, vraiment chiant, a l'écoles les profs n'arrivait a me lire car mes phrases était illisibles,comme celle que je vous écrit là exprès, et je ne pouvais pas me relire, c'était impossible mentalement hier, et difficile aujourd'hui, je remet tout en question, je rêve éveiller en permanence, je fait des résonnement que j'appelle à l'infini tout le temps, c'est comme si j'essayais de compter le nombres de cotés d'un fractal (figure géo avec une infinité de cotés) je suis très timide tout en ne l'étant pas, j'ai l'impression d'étre tout et son contraire, et si comme moi vous avez l'impression d’être tout et sont contraire, plutôt que de faire la somme de tout sa et de vous dire que vous êtes un zéro, regrouper les en 2 groupes, et le zéro deviendra 2 nombres imposant (attention a ne pas prendre sa comme un dédoublement), j'ai toujours eut l’impression d’être en retard et d’être en avance pour mon age. en faite se qui me différentié des autres,c'est que pour moi 10 moins 10 n'est pas égale à 0 mais a 10 moins 10, pour me redonner courage je pense a tout se que j'ai accomplit ( on pensais pas que je pourrais aller au lycée général, aujourd'hui je suis bientot en 2eme année de médecine( je suis dans le numerus à la première partie du concours) avec un bac S spé math pratiquement la mention très bien malgré mes problèmes de dyslexie de concentration et autre (quoi que l'on disent merci les médoc), et a tout mes atouts et sa bordel sa fait du bien, j'aime écouter les musique qui font lever la tête qui sont remplit d'espoir, ah enfin j'ai retrouver le point, désoler de vous avoir fait subir sa, d'étre partit dans tout les sens comme sa, mais c'est la meilleurs façon d'illustrer qui je suis et c'est donc avec le sourire que je finit ma phrase,( pour une fois que je la finit aussi)( ah non tu gâche la fin en la reportant la !!( la encore en faite( et la encore en faite c'est sa un résonnement infini,( tu continue en disant sa( ouai je fait de l'infini sur de l'infini (et la aussi ect) voila mon cerveau venez vous noyer avec moi :D et encore vous n'avez rien vu)))))) .

    RépondreSupprimer
  63. Edit :Un point cest glisser au milieu, faute de concentration ;) mais bon sa illustre encore mieux qui je suis.

    RépondreSupprimer
  64. Votre article m'interpelle. Je me retrouve dans pas mal d'éléments relatés. De plus, une personne m'a faite insinuée cette hypothèse (lors de projets à réaliser, elle me demandait à chaque fois mon avis et finissait par adopter mon idée) ce qui m'a poussé à faire des recherches dessus... Je ne sais donc pas si je suis un adulte HP mais je suis suivi depuis 10 ans car durant mon adolescence j'ai fait des crises de schizophrénie. Stabilisé et sous traitement que je ne prends pas régulièrement car j'ai eu toujours la conviction que je n'allais toujours pas mieux malgré ce traitement. Mon mal être est toujours présent : dépression, anxiété, problèmes relationnels (méfiance/confiance), échec scolaire. Ce traitement aide surtout à canaliser "mon hyperactivité" qui dans l'autre sens inhibe mes capacités. A l'opposé quand je suis au top de mes capacités, je suis quelqu'un de très productif à la limite de l'hyperactivité : idées qui fusent, réponse au tac - o - tac, très réactif dans ce que j'entreprends.
    J'aurais voulu savoir comment aborder ce sujet avec mon thérapeute sans paraître prétentieux. En sachant qu'étant suivi depuis bien 10 ans, si j'aurais été un adulte HP, les psychiatres me l'auraient probablement dit, non ?

    RépondreSupprimer
  65. Bonsoir à tous j'ai 26 ans et pense fortement et encore plus à la suite de vos témoignages être un adulte ayant le syndrome TDA. Je me retrouve exactement dans les commentaires de chacun même si certains diffèrent forcément un peu, mais quelle libération que celle de pouvoir mettre enfin des mots sur mes maux. Si je dois résumer ma vie je peux sans aucun doute dire qu'elle a était bien remplie mais de beaucoup de choses dont avec du recul je me serais bien passé, cette quête d'adrénaline constante et cette impression de n'être comme personne, m'ont énormément poussé à me mettre en dehors du système dans lequel je n'avais l'impression de ne pouvoir avoir ma place. Je suis tombé dans l'alcool, puis dans la drogue avec toujours malgré mes diverses dépravations la lucidité intense de me dire que je valais mieux que ça, j'ai dû prendre énormément sur moi pour organiser mes idées, essayer de définir une ligne de conduite parfaite à laquelle je devais me tenir pour pouvoir m'en sortir, j'ai réussi je ne sais comment à décrocher de toutes mes addictions, de manière régulière tout du moins tandis que mes émotions faisait les montagnes russes tantôt euphorique tantôt gravement déprimé au point d'en faire des tentatives de suicide, tantôt calme polie gentille, tantôt faisant des crises de nerf à me taper avec la violence la tête dans les murs. J'ai compris au bout d'un moment que je faisais essentiellement cela dans le but d'assouvir cette inépuisable quête d'ivresse qui me donnait l'irrépressible sentiment d'être enfin en vie, mais aussi dans le but de me faire du mal cherchant constamment à me punir de ne pas être comme les autres ne pas savoir exister. J’ai passé toute mon enfance, mon adolescence et mon début de vie d'adulte à croiser le regard déçu de mes parents, de mes amis de ma famille ou encore de mes professeur qui passait leurs temps à me répéter: à qu'elle point j'étais bête de gâcher tous le potentiel que j'avais en moi, tandis que je leurs répété inlassablement : » j'aimerais pouvoir vous expliquer mais je ne peux pas, je n'ai pas les moyens de faire autrement que comme ça ». Le TDA je crois que c'est comme quelque chose de coincer dans votre corps qui parait déborder de vous, qui semble vous alourdir vous fatiguer mais vous donne aussi une volonté inébranlable d’aller toujours plus loin et une vision et une appréhension du monde totalement différente de la manière dont les gens autours pourrait le voir, nous avons une sensibilité une émotivité qui ne peuvent nous donner qu'un œil plus avisé sur les choses qui nous entourent, vous vous sentez à la fois prêt à conquérir le monde et même temps vous ressentez le sentiment frustrant d'être coincé dans une réalité qui vous échappe totalement et que malgré toute la bonne volonté que vous puissiez avoir en vous vous ne pourriez aller à l'encontre de ça.

    RépondreSupprimer
  66. Je me qualifierais de tous et son contraire à la fois réunie en un seul corps, incernable aussi bien pour les autres que pour moi-même je suis toujours là où on ne m'attends pas passant du rire aux larmes en un clin d'œil, complétement dans la lune et aussi lunatique et inorganisé au possible, avec un côté très doux et maternel à la fois qui comprends les gens( notamment les enfants avec lesquels je travail aujourd’hui) en un clin d'œil. Je me sent responsable en permanence du bonheur des autres, je ressent ce dont ont besoin les gens et passe mon temps à les aider je me sent comme investie d'une mission quitte à mettre de côté ma personne, parfois ça paye, parfois pas, quand les gens en face sont mal intentionnés cela peut donner lieu à de véritable drame, la vie m'a beaucoup abimé mais je garde toujours le sourire et met un point d'honneur à pouvoir me regarder droit dans les yeux dans la glace chaque matin et à pouvoir me dire que je suis quelqu'un de bien Je suis donc persuadé qu'avec un traitement adapté ce syndrome peut devenir une force, pour vivre ce que nous vivons chaque jour il en faut déjà beaucoup, si le traitement guérie de ces doutes qui nous envahissent en permanence, de ce chahut ininterrompu dans notre cerveau et nous aide à nous organisé, à gérer notre stress, à devenir ce que nous sommes vraiment à l'intérieur de nous, je suis sûre que nous pouvons déplacer des montagnes il faut rester positif, croire en soi et en nos capacités multiples, savoir déjà que nous ne sommes pas seul, que tous ce que je pensais depuis toute petite avait finalement un sens et qu'il existe des solutions et déjà pour moi une réel délivrance.

    RépondreSupprimer
  67. Bonjour, je suis "Anonyme", victime d'un TDA/H depuis tout petit. Je dirai même victime à vie, sachant que cela m'a entraîné l'effet Syndrome de P.Pan, T.O.C., l'isolement, et j'en passe... Je vis avec un colloc, et il me fait souvent la remarque, du style que je ne prend pas mon courage a deux mains pour aller chercher un emploi, or... Tout ce que je sais faire, réellement, c'est de m'incrusté dans un jeu, dans laquelle je fais de la modération, j'organise une équipe, et je fais en sorte d'aider un maximum le personnel du jeu, ils ont tout mon soutient et j'ai tous les leurs. Cela me convient parfaitement,bien que c'est du bénévolat (ce qui ne me permettra pas de subvenir a mes besoins pendant longtemps), j'ai longuement hésité a postuler pour la société dans laquelle je fais du bénévolat, mais ils exigent qu'on parle une deuxième langue... Anglaise. Suite a mon handicap, je ne peux pas "vraiment" apprendre l'Anglais, "manuscritement" parlant c'est possible mais pas à l'oral ni à l'écout. Par ailleurs, je n'ai pas de vie social dans la vraie vie que je suis obligé de m'y réfugier dans le monde virtuel, afin d'être plus à l'aise. Je procrastine énormement, voir... limite a abandonner mes projets ou mes activités, là ou je ressens le moins "d'action" je ne sais pas si ca le dit, mais j'ai également énormément beaucoup de mal à ecrire correctement, que parfois je termine mon texte "court" de cette manière.

    Partie 1 (Anonyme Fl.L)

    RépondreSupprimer
  68. J'ai le sentiment d'être un malade mentale, car ceci est lié a mon passé, depuis que je prenais de la Ritaline, cela m'avait provoqué un T.O.C.... Je viens de l'annoncé a mon colloc et semble que c'est sans importance et que cela n'a strictement rien à voir avec ce que "j'ai", c'est a dire, la "manie". Autre info, j'ai une Hyperthyroïdie, qui n'a pas été traité pendant plusieurs années, car intérieurement je ne veux pas être soigné, mais ces derniers temps... Je constate que ma santé se dégrade de plus en plus, j'hésite alors prendre RDV avec un medecin ou.. Me laisser aller. Ces derniers jours, j'ai ce qu'on appel de la nausée, maux de tête, irritation, tout les mer.des que je peux avoir... Je mange une fois par jour, je dors mal, très mal, je n'ai plus confiance en moi, j'ai besoin d'être guidé... sauf que j'ai tout de même un certain age, et je n'ose pas transmettre l'information à mon colloc qui lui en subit des conséquences et ne semble pas comprendre cette maladie. Je lui dois tout mon respect mais je suis impuissant. Voilà le sentiment que j'ai à l'heure actuel...

    Suis-je fou? Suis-je malade? Suis-je une personne normale qui devrait juste aller voir un docteur pour être médicalement suivi?

    Autre chose, j'ai lu les articles sur Internet, concernant l’hypothyroïdie et l'hyperthyroïdie, car j'ai parfois l'un des deux, je penses que je me rapproche de la Thyroïdite de Hashimoto (Trouble Bipolaire), je n'ai pas encore chercher si le TB et TDA/H ont le même lien, mais je penses que oui. J'ai l'impression d'être sacrément "fini", "foutu" prêt à mourir, j'ai auparavant eu cette intuition, signe de fin, phase terminale entre les 4 murs vertes... Est-ce une prémonition?

    A la minute ou j'écris cet article, j'en tremble de peur, peur de découvrir ce que j'ai ou qui je suis. . .

    Partie 2 (Anonyme Fl.L)

    RépondreSupprimer
  69. Ce blog m'a donner qq sourires, et également un peu de confiance en moi. Je vois qu'il y a des personnes ayant un simple TDA/H sont aussi des personnes normales.

    2 Minutes après avoir écrit ce petit message, je sèche et envie d'envoyer le message afin de passer à autre chose, c'est regrettable... Très fort regrettable de devoir en finir là sachant que j'ai pas mal de chose à dire.

    J'espère qu'un jour je serais quelqu'un de "vraiment" normal, et que je mènerai une vie "normale".
    Sans ces "Manies", TOC, TDA/H et... que mon goitre me fout la paix.
    Dans le cas contraire, je songe a en finir avec sans être soigné.

    Et l'impression... : Mes idées sont comme Lucky Luke, ils viennent plus vite que leurs ombres.

    Fl.L / Partie : FIN.

    RépondreSupprimer
  70. Et parfois ma conscience qui dit...: "je vous détruirai" ( A l'effet en question, l'effet TDA/H et tout les saloperies que j'ai.)
    FI.L

    RépondreSupprimer
  71. J'ai l'impression que mon cerveau c'est la cour du roi Pétaud !!! Des idées qui fusent de toutes parts et se bousculent sans me laisser le temps de vraiment les approfondir. Il y a des moments où je n'en peux plus alors mon seul souhait c'est de sortir de moi-même pour avoir un instant de répit.

    RépondreSupprimer
  72. Je n'ai ni bipolarité (comme ma mère), ni trouble obsessionnelle, ni psychasthénie, ni phobie sociale, ni trouble anxieux généralisée, ni un tempérament mixte. je ne suis pas stupide, ni une fainéante, ni une incapable, ni une bonne à rien. Je ne vais pas devenir folle un jour. J'ai tout simplement un TDA. 35 ans à me poser des questions, à me rechercher, jusqu'à désespérer... enfin le bout du tunnel!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurai pu écrire ces lignes... le chemin est encore long mais je déculpabilise maintenant d'être ce que je suis et peux mettre en place des stratégies pour mieux vivre !!!

      Supprimer
  73. J'ai l'impression de dépenser une énergie folle à surnager pour l'essentiel (Quotidien), et de ne faire ce qu'il me plait que par à-coups, je n'arrive pas à me poser et à savoir ce que je veux vraiment, à me définir pour savoir ce qui me correspondrait le mieux, j'ai le sentiment de ne correspondre à rien et que tout ce que j'entreprend me fait dès lors passer pour un imposteur, ou quelqu'un d'irréfléchi. Je trouve énormément d'occurrences avec mes introspections et mon ressenti de moi-même sur ce site, j'espère pouvoir trouver la clé !

    RépondreSupprimer
  74. Second rendez-vous hier...
    Le diagnostique est confirmé... et c'est un soulagement (assez incongru d'être soulagé en apprenant qu'on a un soucis! ).
    On me propose une aide médicamenteuse pour m'aider à reprendre les reines. Mais déjà, le fait de savoir "officiellement" que je ne suis pas forcément aussi nul que je le pensais (ou du moins pas volontairement), me fait du bien. Reste à faire comprendre ça à mon entourage qui reste septique (il faut dire qu'en France ce n'est pas un problème très connu ni reconnu) et je m'apprête à lutter contre pas mal d'idées reçues.
    Mon prochain rendez-vous est prévu pour mai, après avoir fait un bilan sanguin et une visite chez un cardiologue.

    RépondreSupprimer
  75. J'ai vu ce site et subitement je me suis entièrement reconnu !! Chaque jours qui passent j'essaye d'avancer, de faire au mieux mais c'est vrai que dans ma tête j'ai tellement de choses qui se passent, je suis jamais satisfait je veux toujours plus et je déborde de créativités chaque mots ou même des images qui me ferons tilt dans ma tête je vais les interprété de manière scénaristique et laisser travailler mon imagination et malheureusement cela joue sur ma concentration. C'est assez fatiguant mais je fait avec.

    RépondreSupprimer
  76. Ma vie est une immense créativité mais aussi une remise en question.

    RépondreSupprimer
  77. La semaine dernière ma fille de 8 ans a été diagnostiqué TDAH...on m'a dit que c'est souvent génétique et perdure durant l'âge adulte. .... je sais que ma fille a un comportement qui vien de mon côté familiale. ... j'ai regardé les symptômes des Tdah adulte. ... Ce fut la plus grand révélation de ma vie..... j'ai passé le weekend à lire sur ça. ... wow... je comprends telment ce que je vie à tout les jours... wow.. shu pas folle.... je pensais vraiment que j'avais un problème neurologique grave. .. ma mémoire à court temps sous le stress et la fatigue est vraiment pas bonne... je comprends aussi mes épisode apres mes trois accouchement. .... wow
    J'ai l'impression que c'est une nouvelle vie qui commence

    RépondreSupprimer
  78. Dans la douleur je suis venue sur ce site pour essayer de trouver une explication aux troubles de mon fils de 18 ans et voilà que je me découvre.... à 47 ans, je suis bouleversée, heureuse mais aussi une grande peur m'envahie, tout ce chemin parcouru dans l'ignorance... vais je etre assez assidue pour arriver et aussi aider thomas...

    RépondreSupprimer
  79. Toujours plein de projets, trop, ils sont supers, mes projets, l'impression d'avoir un syndrome échec. Quel artiste je suis ! le public adore mes prestations. Le problème, c'est qu'organiser des tournées, ou chercher quelqu'un qui le ferait, chercher à faire le suivi des programmateurs qui me contactent, ou que j'invite à mes spectacles, même m'inscrire à pole emploi pour pouvoir lancer le début d'un statut d'intermittent, c'est juste impossible ! 42 ans à penser que je suis qu'une feignasse, qui reste bloqué devant un tas de vaisselle sale ou un formulaire à remplir.
    au fond de moi, je sais que je ne suis pas une feignasse, quand j'y suis, je peux travailler quasi 24/24 sur un détail. En revanche, me laver tous les jours, en hiver, c'est trop pénible, trop tout le temps pareil. je me laverai demain... tant pis si ça colle un peu... heureusement qu'à 20 ans j'avais des bons copains qui ont fini par me dire :"ça sent pas bon", comme ça, maintenant, je me lave tout les jours en été (presque). Cool, je ne peux pas faire autrement. J'adore quand je "ne peux pas faire autrement" : dans ces cas là, je suis toujours là, et efficace ! Je suis de gauche, et je me demande si on peut être TDAH de droite. une des multiples pensées qui me traversent d'esprit pendant que j'écris. mes doigts ne vont pas assez vite...je culpabilise de fumer du ash. Ok, c'est moins nocif que l'alcool.c'est cher et puis, ça ramollit. Mais ça empêche mon cerveau d'exploser. Tiens, c'est marrant, très peu de fautes d'orthographe dans toutes vos participations...depuis 10 jours, j'ai découvert ce truc (le tda/h) quel espoir ! ça se soigne ? Pas envie de prendre le "médicament de l'obéissance" si ça doit m'enlever ma créativité, non ! Il faudrait créer un état indépendant et chaotique: la Tdahie. J'aurai voulu que ma fille ne traîne pas les mêmes boulets...tant pis. j'allais vous souhaiter "courage !" mais ça, vous en avez ! allez, je vous souhaite un "courage efficace"

    RépondreSupprimer
  80. j'oubliai, j'oublie et j'oublierai : à 10 ans, j'étais mal dans ma peau, à 15 ans, j'était suicidaire, à 20, soi-disant "maniaco-dépressif" (arythmique !) , à 25 ans, un appétit sexuel trop intense m'a, je crois, provoqué une méga-tumeur hypophysaire opérée, puis récidive de cette tumeur l'année suivante. Ouf, j'ai plus d’hypophyse : ma libido est enfin descendue à un stade "normal". mais j'ai une excuse pour la fatigue. Chouette. Mais pourquoi n'étais-je déjà fatigué avant ? : à 30 ans, je me découvre thalassémique mineur. Cool, une vraie excuse. et puis, quand j'étais jeune, j'ai eu une mononucléose mal soignée. Mais alors, pourquoi suis-je capable de dépenser une énergie folle quand ça me plait ? (ma mère m'engueulait déjà pour ça quand j'avais 8 ans.) est-ce le TDA/H qui m'a provoqué cette tumeur ? Quand était il de la prise en charge de ce trouble, dans les années 60/70. Est-ce pour cela que mon père, "simple" consommateur de stupéfiant, "feignant" hors pair ET tdah s'est retrouvé sous électrochocs à l'HP de Rodez ? bousillé à vie ? voilà quelques réflexions que je vous soumets, maintenant j’arrête de m'occuper du TDAH pour ce soir, sinon je vais encore trouver 2500 trucs absolument fondamentaux à écrire...

    RépondreSupprimer
  81. Pour moi, tout va bien je suis une femme epanouie,j'ai une vie sociale et un boulot que jadore.
    Mais voilà, on me reproche souvent d'être désorganisé et mon mari et ma mère on souvent l'impression que jen ai rien a foutre quand il me parle alors que pas du tout. Je dit aussi souvent ce que je pense même si c'est nul ou un peu bête et je repete souvent ce quon vien de ma dire en changeant la facon de la dire... je n'ai jamais su expliquer a mes proches ni a moi même pourquoi j'étais comme ca. Mais grace a ce site je me comprends beaucoup mieux. Je me retrouve dans de nombreux cas et sa me rassure de voir dautre personnes dans mon cas.

    RépondreSupprimer
  82. bjr je viens de decouvrir votre blog et je le trouve tres interessant ,en gros mon probleme est que mon cerveau est sans arret en questionnement meme avant de m endormir je cogite cogite et cogite a tout et n importe quoi j ai eu un soucis l annee derniere gros troubles psychosomatiques pr les médecins je ne gerais plus aucune de mes emotions l hypothalamus faisait ce qu il voulait en gros ,et depuis je continue a chercher de mon cote car depuis cet incident qui a durer 6 mois environ jai de nvelles sensations assez difficile a expliquer sortes de decharges d adrenaline quand j ecoute de la musique pour la 1ere fois qui me plait ,reelle passion pour tt ce qui est complexe sa m attire et mes pensees fusent tte la journee a tel point que je suis sans arret ds la lune je me prends la tete tt le temps sur des sujets de logique qui pr moi ne le sont pas justement suis je tda/h ? I DONT KNOW

    RépondreSupprimer
  83. Il me semblait bien que je n'étais pas folle, malgré des remarques de mon entourage, qui me disait parfois maniaco-dépressive, bizzare, changeante, impulsive,...
    Je me suis vraiment retrouvée dans les descriptions et cela me rassure.
    Cette différence est difficile mais la comprendre et la maîtriser est une véritable richesse.
    Faudrait-il aussi que les autres la comprenne...
    Un grand merci pour cette étude et pour ces informations.

    RépondreSupprimer
  84. Je suis un alien autant pour les autres que pour moi-même

    RépondreSupprimer
  85. J'ai en fait l'impression que mon cerveau est une sorte de mixeur où mes idées sont toutes mélangées et liées les unes au autres...

    RépondreSupprimer
  86. C'est comme le coeur d'une tornade tout s'envole, et tourne d'une puissance et vitesse et l'on est impuissant.

    RépondreSupprimer
  87. Je pense à tellement de choses à la fois que je ne pense plus à rien. J'aimerai toujours dormir pour ne plus à avoir penser autant.

    RépondreSupprimer
  88. Bonjour.

    Pour ma part si je devais me définir en une phrase qui revient souvent dans ma tête ça serait que j'ai l'impression d'avoir envie de faire des milliers de choses à la foi mais que je n'y arrive pas à cause du boulet qu'est mon corps et que je traine en permanence depuis mon enfance. L'impression qu'il ne veut pas avancer, qu'il est fatigué avant même d'avoir commencé quoique ce soit, alors que j'ai toujours été en bonne santé, que je n'ai jamais eu aucuns handicap que ce soit.

    Au passage merci pour le blog et le site qui, à ma grande stupéfaction, m'ont pour la première fois de ma vie permis de retranscrire à 100% (et j'insiste fortement sur ce point) ce que je suis et qui je suis. C'est très troublant.

    RépondreSupprimer
  89. De ma copine qui dit tout:
    "tu veux toujours tout faire et tu ne fais rien au final. Regardes comment tu es!"

    RépondreSupprimer
  90. je sais apparemment tout faire facilement et suis capable de tout sans jamais en avoir eu réellement conscience...
    mais j'ai seulement conscience que tout ce que je fais ne me mène finalement a rien.. !
    A quoi sert toutes ces aptitudes si finalement elles nous entrainent au fond ?
    Marco.

    RépondreSupprimer
  91. impossible de m'endormir, ma tête invente et crée sans cesse et contre ma volonté... et aucun moyen de mettre à jour cette inventivité...
    marco

    RépondreSupprimer
  92. Une veille orageuse a perturbée ma raison ces derniers temps.

    La trêve avec mon cerveau fut perturbée par une embuscade orageuse.

    Comme une ondée d'été, celle qui en fin d'après midi nous cache des voisins quelques minutes.
    ...

    Celle qui remplit les caniveaux, tambourine sur les toitures, nous imbibe totalement.

    J'en fut secoué de pars en pars.

    M'étant habitué à la clarté des neuf derniers mois, les volets sont restés ouverts sans me douter une seule seconde que cette ondée scrapperait la nouvelle tapisserie, le vaisselier et inonderait les fondations.

    Trois jours durant l'eau entra de partout, au point que j'ai presque cessé de faire fonctionner la pompe, m'avouant vaincu tant le niveau d'eau ne faisait que monter.

    Tant la toiture ne suffisait plus à retenir l'élément hors de la maison.

    J'ai ralenti la cadence, la froideur de l'eau rendait attrayante l'idée du repos.

    Puis j'ai réfléchis, en fait paniqué.

    J'avais pas anticipé cet orage, je ne fut pas du tout préparé.

    J'ai réfléchis, j'ai paniqué.

    Je cherchais le bouchon.
    Je cherchais ... rien
    Je cherchais plus du tout

    J'ai cessé de réfléchir et par le fait même de paniquer et me prépara pour le dodo.

    Mais je suis aussi en guerre avec mon instinct de survie, creux au fond de mes bottes.

    En fait je doit honnêtement avouer que c'est une guérilla impitoyable que lui et moi nous nous livrons.
    Sans doutes une vieille rancœur dont la cause est oubliée depuis des lunes.

    Quoiqu'il en soit, il a pris en otage ma volonté. À la pointe du canon il ordonna la reprise du pompage et que pour une durée indéterminée il prendrait le commandement.

    Je viens de le congédier après quelques jours, semaines d'intérim.

    Il ne reste plus d'eau dans la cave.
    La tapisserie est scrappée.
    Le vaissellier est tout aussi scrap, les fondations probablement à refaire et le toit aussi.

    Je pensais qu'en neuf mois de reconstruction, j'aurais fait une bonne job.

    Mais force m'est des constater que j'ai crissement besoin d'aide


    J'ai abouti ici aujourd'hui sous les conseils d'une amie.

    Calme la donne que de pouvoir le dire ici.

    Olivier

    RépondreSupprimer
  93. J’ai souvent peur de ne pas arriver. J’ai ponctuellement arrivé à faire des choses extraordinaires

    RépondreSupprimer