Quest-ce que le TDA/H chez l'adulye

Le Blog associé au site www.tdah-adulte.org (+ ebook PDF) : Méthodes d'épanouissement - Espace d'échange Francophone sur le TDA/H adulte (Témoignages, Solutions, ...)

Démarches pour le diagnostic TDA/H adulte

Démarches pour le diagnostic TDAH adulte

Le diagnostic est important pour entamer une démarche de déculpabilisation et de retour à la confiance, il doit être fait par un psychiatre ou éventuellement un neurologue (sauf Quebec). Malheureusement, dans les pays francophones, un faible pourcentage de psychiatres, neurologues et encore moins de médecins généralistes reconnaissent la persistance de ce trouble à l'âge adulte. Les raisons sont culturelles notamment en France ou la vision freudienne fait peu de place à la vision neurologique (l'éternel débat inné/acquis) et les thérapies longues durées sont encore privilégiées par rapport aux thérapies brèves (Thérapies comportementales et cognitives [TCC], pleine conscience, sophrologie, ...). Au Québec, en Belgique et en Suisse (dans ce pays ils utilisent encore le terme THADA),  c'est un peu plus connus développé qu'en France. Dans ces 3 pays, l'ordonnance d'un stimulant (comme la ritaline) peut être fait par une médecin classique mais le diagnostic plus officiel  doit être fait par une psychiatre spécialisé. En France l'ordonnance initiale doit être faite par un psychiatre ou un neurologue rattaché à un hôpital, puis pendant une an, les renouvèlements de l'ordonnance sont faits chaque mois par le médecin traitant. Certains pharmaciens font du zèle et sont prêt à enlever des comprimés si le patient et se présente avec l'ordonnance 2 jours après, alors que sur le principe, ces stimulants ne sont pas plus dangereux que les autres médicaments psychotropes de la pharmacopée.

Les associations des pays francophones (voir liens en bas de cette page) disposent d'une petite liste de praticiens spécialisés. La liste d'attente de ces spécialistes peut être longue (1 à 6 mois) surtout si l'on veut rester sur des consultations à des tarifs raisonnables et remboursables c'est à dire directement à l'hôpital. 2 RDV peuvent être suffisants pour un diagnostic, le dernier devant être en hôpital si le praticien décide qu'un médicament spécifique au TDA/H doit être prescrit. Ce trouble étant décrit dans la bible des troubles psychiatriques (DSM-IV ou CIM-10), les psychiatres procèdent à un diagnostic sous forme d'entretiens (1 à 2) ou couplé avec des tests cognitifs. Officiellement les critères de diagnostic officiels du TDA/H sont les mêmes que pour les enfants (Voir à la fin de la page www.tdah-adulte.org)cette page). Les  neurologues peuvent utiliser l'imagerie cérébrale pour compléter le diagnostic même si l'essentiel est fait sur la base d'entretiens. Les neuropsychologues peuvent faire un bilan neuropsychologique (payant) qui consiste à évaluer les fonctions cognitives à savoir la concentration, la mémoire et les fonctions exécutives (Inhibition comportementale et cognitive, la planification, l'organisation et les stratégies de résolution de problèmes). Aucun de ces tests n'a été développé pour évaluer spécifiquement le TDA/H, et ces tests sont peu sensibles et ne permettent pas d'objectiver la présence des atteintes de ces fonctions exécutives dans la moitié des cas.  A noter que ce bilan neuropsychologique est différent du bilan intellectuel (test QI) que l'on peut demander en plus. En termes de traitement, certains hôpitaux couplent la thérapie médicamenteuse, une thérapie cognitive comportementale (TCC) et un accompagnement avec une infirmière clinicienne.

 
Certains adultes TDA/H en restent à un autodiagnostic car ils en ont quasiment la certitude à la lecture des symptômes et ne veulent pas passer par un hôpital psychiatrique, surtout pour ceux qui n'en souffrent pas au quotidien. Attention quand même car le fait d'avoir seulement un sous-ensemble des symptômes TDA/H peut provenir d'autres troubles comme la dépression, l'anxiété généralisée, les troubles du sommeil, l'épilepsie, Asperger, schizophrénie, autisme, tics, déficience mentale, lésion cérébrale, contexte familial déstructurant et maltraitance lors de l'enfance, ...

Commentez ici votre parcours diagnostic. Ne mettez pas ici d'adresses de medecins ici, pour obtenir des adresses, adressez-vous aux associations (http://www.tdah-adulte.org/#association)

32 commentaires:

  1. J'ai bientôt 30 ans, j'ai passé quelques heures sur ce site (au lieu de travailler) et maintenant j'ai des larmes qui me picotent les yeux...
    Peut-être ne suis-je pas un imposteur (qu'est ce que je peux me le dire parfois), j'ai eu toute les peine du monde à trouver des réponses chez des psys (de toute façon je n'y retournais plus passé le troisième rendez-vous) ou des médecins qui ne savaient me dire que "dépression".
    Ce sont des larmes de "soulagement", peut être que je pourrais enfin mettre un mot sur ce qui empoisonne ma vie. J'ai enfin trouvé un spécialiste, mais il faut compter 6 mois pour un rendez-vous...

    Je me suis vu dans ces témoignages, et j'ai peut être compris pas mal de choses (notamment sur mon enfance et surtout sur celle de ma mère).
    Mais je sais que je n'y arriverais pas sans aide, j'ai peur pour mon boulot (même si je suis dans la fonction publique), et j'ai surtout peur pour ma petite fille.

    Etre "officielemment" diagnostiqué pourrait m'aider à mieux m'accepter, mais soulèverait pas mal de questions concernant les possibles transmissions.

    En attendant mon rendez-vous, j'aimerais pouvoir partager avec certains d'entre-vous.

    Si il y a une phrase qui résumerait ma vie actuellement : "Je me bas continuellement contre moi-même".

    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'être diagnostiqué et je cherche un spécialiste, peut-être pourrais-tu publier les coordonnées de ton médecin... C'est un neuropsychologie qui m'a détecté mais il ne peut rien quand au traitement. Moi aussi j'ai pleuré de joie lorsqu'il m'a annoncé que j'étais hyperactif. Tout se denouai et j'entrapercois désormais un espoir de ne plus être dans un conflit permanent avec moi même! #serenite
      J'ai commencé un traitement homéopathique à base de dopamine, utilisé la méditation dès que je perd pied et commence l'acupuncture samedi.... Je vois déjà des améliorations mais jspr pouvoir résoudre totalement ce problème ! :D

      Supprimer
    2. Ton cas m'interesse,
      pourrais t on dialoguer sur un autre circuit
      cela m'aiderai beaucoup merci..

      Supprimer
    3. Moi aussi si vous voulez discuter

      Supprimer
    4. Moi aussi si vous voulez discuter

      Supprimer
  2. Bonjour et merci pour cette page web Pascal, elle nous rendre libres, en fin!.
    J'ai passée tout ma vie en contre courant, et encore... Je ne retrouve la paix que avec le yoga, les promenades dans la nature, la musique.... Le reste du temps je lutte pour survivre dans ce monde que je n'arrive pas a comprendre, je lutte pour faire semblent, pour me comporter comme les autres attendent de moi, pour me faire accepter, pour que mes enfants soient acceptées, mais même avec mes efforts des fois je n'arrive pas.
    Je suis TDA sans H, diagnostiqué par un neurologue après les tests nécessaires. Le neurologue m'a prescrite une drogue très connue pour cette trouble, m'envoyé à une psychologue qui n'avais aucune idée de TDA, m'a dit que on se revoie dans un mois.. Catastrophe, après tout mon parcours je me retrouve perdue et seule, parce que personne de mon entourage voulait l'accepter. J'ai continue ma recherche de solutions...je, je... Heureusement que je suis comme le Phoenix.
    ...et voilà je vous ai trouvé et j'ai déjà commencé à vouloir suivre vos conseils... On verra si avec ma procrastination j'arrive à être constante, ça c'est beaucoup plus difficile pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. courage j 'ai le meme soucis, je sens que j'ai un énorme potentiel en moi mais je n'arrive pas à affronter ce monde qu'est le notre, mais bon on a des enfants il faur bien faire semnblant!!
      Courage en s'entraidant, on va y arriver j'en suis certains.
      FORCA!!

      Supprimer
  3. Bonjour.
    J'ai 29 ans et vis en Suisse.
    Après une enfance et adolescence ou mon hyperactivité ne faisait aucun doute à mes parents (lorsqu'ils en ont entendu parlé vers mes 15 ans), j'ai passé 10 ans déconnecté de la réalité et encore maintenant c'est compliqué.
    J'ai détruit tout lien avec ma famille dans le but de me préserver, j'ai repris des études après avoir fait un burnout très dur à encaisser après 12 d'activité dans ma profession.

    J'ai énormément de peine à suivre mes cours bien que je prenne du concerta (méthylphénidate) ainsi qu'à me mettre au travail à domicile (presque impossible).
    J'ai peur de ce que sera ma vie mais ma passion pour la musique, la mythologie et quelques projets que j'aimerai développer me font tenir.

    J'ai entamé des démarches auprès (dans l'ordre) de : neurologue (contrôle), psychiatre (comportementaliste pendant 2 ans), un autre psychiatre (peu de séances), un comité de crise lors de mon burnout composé d'un psychiatre, une psychologue et un infirmière et aujourd'hui je vois régulièrement un psychiatre et suis suivi de manière hebdomadaire par un psychologue.
    Je suis arrivé à la première séance avec une liste des caractéristiques des adulte TDAH (que mon premier psychiatre a validé) et n'ai cessé de dire à quel point je sais que c'est exactement ce que j'ai (inattention et impulsivité mais plus l'hyperactivité que j'ai réussi à faire diminuer à votre de temps et de volonté).
    Et pourtant jamais l'on m'a diagnostiqué TDAH. J'ai même été diagnostiqué bipolaire et traité médicamenteuse-ment durant un an (évidemment sans résultat).

    Bien que mon psychiatre accepte de me donner du concerta à une dose où l'effet bénéfique est à peine perceptible, mon trouble ou dysfonctionnement neurologique n'est pas reconnu et ce n'est pas faute d'avoir et de continuer à essayer.

    Dégoûté.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour à tous.
    Je m'appelle Andréa, j'ai 20 ans. Et aujourd'hui, je suis étudiante en première année de licence de maths.
    Je redouble pour la 2eme fois ma première année, non sans regret et sans peine sachant que les maths me passionne.

    J'ai appris il y a trois ans (à l'époque en classe de première), ce qu'était le TDA/H, et me suis tout de suite reconnu dans les symptôme.
    J'en ai parlé à mes parents, ils ne m'ont pas pris au sérieux.
    J'en ai parlé à ma profe principale, la même chose.
    Car pour eux, un TDA/H c'est "le gosse perturbé et perturbant" stéréotypé à outrance qu'on trouve dans les classes.

    J'ai quand même eu mon bac, malgré mon inattention, et ma "bougeotte".
    Arrivé à la fac, j'en ai parlé à mon enseignant référent, qui m'a dit que ce n'était pas son problème, et que je devrais aller voir un médecin ou la MDPH.
    Suivant son conseil, je suis allée à la MDPH de mon département, où on m'a donné un formulaire de RQTH(reconnaissance de qualité de travailleur handicapé).
    Armée de celui-ci, je suis retournée voir mon médecin traitant (qui me connait à peine), lui demandant ce que je devait faire. Et à mon étonnement il m'a dit de retourné à la MDPH et qu'il ne connaissait pas le TDA/H, donc qu'il ne pouvait pas m'aider.

    J'en ai reparlé plus tard à ma mère, qui une fois de plus ne m'a pas écouté, m'a un peu prise de haut, considérant que c'était un caprice et qu'une excuse pour avoir rater mon année de fac.
    à la suite de quoi elle a rajouté "si t'es pas capable de te concentrer, fais un travail ou il y en a pas besoin! Et deviens maçon! Voilà!"

    Avec plus de recherche , j'ai appris qu'un psychiatre pouvait établir un diagnostic.
    Alors aujourd'hui encore, je suis à la recherche DU spécialiste qui pourra m'éclairer.

    Alors que je demande seulement à poser un nom sur ce qui me bouffe la vie. Que je cherche juste à SAVOIR..
    J'ai vraiment l'impression d'avancer seule, à l'aveuglette, et que PERSONNE(!!) ne daigne chercher à m'aider.
    C'est un parcours du combattant, et les gens qui ne sont pas concerné par le TDA/H semble s'en foutre royalement.

    Malgré tout, je me dit que si j'ai reussi à avoir mon bac, je devrais réussir à faire quelque chose de ma vie.
    Je veux être profe, et (entre autre) être capable de déceler ces élèves/jeunes dont les problèmes comme les TDA/H, évolue en creux et ne surgissent vraiment que des années plus tard.
    Être TDA/H est un handicap, c'est dur à vivre, ça mine le moral et ça donne l'impression de n'être bon à rien, mais je veux que ça soit ma force pour avancer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vous avez 2 hôpitaux sur Paris qui établit le diagnostic: St Anne et Debré, mais ce qui sont en avance en terme de recherche et de dépistage du TDAH sont les canadiens (Montréal), il y a beaucoup de conférences sur youtube, il existe également un test spécifique pour aider à établir le diagnostic.

      Supprimer
    2. Merci pour cette précision au sujet des hôpitaux sur Paris qui établissent un diagnostic.

      Supprimer
    3. Salut à tous!!
      Je répond à mon propre message environ 2 ans après. (attention: Roman en approche! ;p)
      Pour "l'épilogue",
      je suis arrivée en 3eme année de licence (de maths), et en route pour devenir enseignante!! ☺ ♥ J'aurais bataillé mais j'ai trouvé un peu plus de stabilité, ou plutôt j'ai appris à avoir un mode de vie stable... ^-^' C'est encore loin d'être parfait, mais bon! quand je vois d'où-que-c'est-que-je-reviens, je relativise je suis déjà plus que soulagée/contente/heureuse!
      Finalement, qu'est-ce qui c'est passé..?
      J'étais restée sur un auto-diagnostique, et je voulais réellement savoir si c'est moi qui fabulait/me faisait des films, ou si mon impression était fondée (au moins pour ma conscience personnelle...). Ne sachant pas qui/quoi contacter j'ai contacté le CMP (centre médico-psychologique) le plus proche de chez moi. On m'a donné un RDV avec une infirmière, à qui j'ai expliqué la situation, ce qui m'avait amené là, mes "problèmes", etc. Post-RDV, elle à fait un bilan à l'équipe du CMP. Ils m'ont ensuite rappelé pour me donné deux RDV: un avec un neuro-psychologue, et un avec un psychiatre. Le premier m'a fait faire des tests, posé des questions générales, et en générale. À la fin de l'entretien, il m'a explicitement dit que J'AVAIS UN TDAH! (imaginez ma joie après des années à chercher des réponses dans le flou.. x3 ^D^) J'ai rencontré la psychiatre une semaine plus tard environ. Elle m'a demandé comment j'envisageais la suite, au niveau de mes études, travail, etc. Elle m'a proposé un traitement médicamenteux (par Ritaline), que j'ai refusé.

      Supprimer
    4. Elle proposé/vivement conseillé/ordonné de voir une des psychologues du CMP/Hôpital (pour gérer des troubles psycho, majoritairement liés à ça, mais pas tous.. ^^"), et une ortophoniste, pour apprendre à gérer ça et composer avec mon "fonctionnement"..
      Du coup, j'ai commencé à voir une psy, plus une ortophoniste une fois par semaine chacune. Les resultats ne s'en sont pas fait sentir de suite, i' faut avouer... Puis, deux mois plus tard environ, je me suis reposé la question "Ritaline". La psychiatre m'a fait faire un bilan cardio avant (ce qui est pas des plus rassurant, faut avouer... ^^") puis je l'ai pris en dose ultra basse (10mg par jour, on peut pas faire moins...) jusqu'à trouver la/une dose correcte. Aujourd'hui, je la prend toujours (sauf oubliS... =w=") mais c'en est miraculeux! :D L'ensemble s'arrange/s'améliore(!!): attention, impulsivité, hyperactivité, tout! x3
      Couplée avec les méthodes que m'a apprise l'orto, ça reste présent, mais tellement moins handicapant au quotidient, je revis!! :D :D :D
      Alors pour conclure tout ça, que dire..?
      Je ne sais pas trop.. ^^" Je pense qu'il faut sauter le pas, et ne pas hésiter à aller consulter/aller voir quelqu'un! Pour ça, on peut s'adresser au hôpitaux psy, CMP, BAPU, ou psychiatre ou service de santé universitaire (entre autre!). Le pas est difficile à passer (enfin, c'était le cas pour moi, en tout cas... ^^"), mais il y a, pour le coup, vraiment une aide et une méga amélioration à la clef, et personnellement, je ne le regrette pas!! :)
      Après, il faut souvent voir plusieurs personnes, être patient, attendre.. et beaucoup/tellement de personne ignore ce que c'est, voir pire, en ont connaissance mais considère que c'est un caprice/une solution de facilité et porte un jugement très dur sur Nous...
      Mais je me dis maintenant qu'il ne faut pas désespéré et, dans un sens, porter sa croix. Accepter que tous le monde ne comprennent pas, n'accepte, dans la mesure du possible, en parler autour de soi pour faire connaitre le TDAH, et avancer malgré tout! (Que ce soit pour Soi ou pour les gens qui ont cherché/cherchent/chercheront à nous aider, et parce que ce ne serait pas honnête non plus de se complaire à dire qu'on en est pas capable! à ce moment là, on donnerait raison à certain, et on ne gagnerait rien...

      Bref aller! je cesse de procrastiner! ;) Bon courage à tous, ne perdez pas espoir!

      Supprimer
  5. Je veux bâtir une tour sans jamais parvenir à dépasser le stade des fondations.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    J'ai été diagnostiqué TDAH il y a 3 ans maintenant à l’hôpital St Anne et atteste que l'équipe qui a posée le diagnostique est "ultra compétente, à savoir le Dr Baylé et la psychologue qui est chargé de rencontrer les patients. Pour information, lors de ce diagnostique, le questionnaire auquel j'ai répondu, et accepté de diffuser les informations a servi de base de données de recherche au sujet du TDAH!
    Je conseille donc à toutes personnes de se rendre dans cet établissement et de me contacter si besoin...

    Il y a également l’hôpital Debré, qui est également réputé. Ma psychiatre actuelle qui me suit mensuellement y officie et est "excellente"...

    Bref, pour faire dans le beauf de supporter de football, alors que je suis supporter marseillais...pour une fois, paris est magique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui cela m'interesse, tes conseils beaucoup, ou peut -on te joindre!!

      Supprimer
    2. Bonjour,

      J'arrive peut-être tardivement dans ce post... Je viens d'être diagnostiquée TDAH mixte et je viens de demander un rdv à ce médecin, à Sainte Anne. J'aurais voulu avoir quelques informations sur le suivi qui, en France, du moins pour les adultes, est encore très insuffisant. Ma psychologue me propose un à deux ans de remédiation cognitive, et quand elle me décrit le type d'exercice, ça me semble infantilisant et pas très stimulant. Je serais très intéressée d'avoir tes retours sur les diverses expériences que tu as eu, et sur les moyens que tu mets en œuvre pour améliorer ton état.

      Merci!!!!

      Supprimer
  7. Bonjour,

    J'ai été diagnostiqué TDAH il y a 3 ans maintenant à l’hôpital St Anne et atteste que l'équipe qui a posée le diagnostique est "ultra compétente, à savoir le Dr Baylé et la psychologue qui est chargé de rencontrer les patients. Pour information, lors de ce diagnostique, le questionnaire auquel j'ai répondu, et accepté de diffuser les informations a servi de base de données de recherche au sujet du TDAH!
    Je conseille donc à toutes personnes de se rendre dans cet établissement et de me contacter si besoin...

    Il y a également l’hôpital Debré, qui est également réputé. Ma psychiatre actuelle qui me suit mensuellement y officie et est "excellente"...

    Bref, pour faire dans le beauf de supporter de football, alors que je suis supporter marseillais...pour une fois, paris est magique...

    RépondreSupprimer
  8. Quel soulagement ces explications à mon ou mes comportements et moi qui pensait etre "mi-lucide mi-dingue" qui plus est unique je comprend mieux que tout n'est pas controlable meme si je persistais a essayer surtout en matiere de relation humaine.
    Me reste plus qu a trouver LE specialiste competent dans mon departement. Merci pour ce blog genial et une fois de plus merci internet.

    RépondreSupprimer
  9. Quand j'ai lu trouble de l'attention, je me suis directement trouvée. J'ai fait un test et j'avais l'impression qu'on me décrivait. Je n'étais finalement pas paresseuse parce que je n'arrivais pas à rester concentrée sur ma feuille, j'ai simplement un trouble de l'attention. Maintenant que je sais ça, je cherche un médecin belge qui pourra m'aider. Me dire que je pourrais enfin réussir ou rater mes études en fonction de mes compétences m'impatiente. Comment s'est de vivre sans se battre contre soit-meme, de savoir ce que l'on vaut, d'arriver à la fin de ses pensées, de ses travaux.... Je ne sais pas, mais ça va enfin venir. Moi aussi j'ai envie de pleurer, j'arrive enfin au bout du calvaire. J'ai l'impression qu'une porte s'ouvre enfin à moi.

    RépondreSupprimer
  10. https://www.youtube.com/watch?v=Od6LwgXk5W0

    RépondreSupprimer
  11. Il y a aussi une consultation pour le TDAH chez l'adulte au CMP du 7eme arrondissement de Paris, 39 rue de Varenne. L'avantage c'est qu'elle est plus récente qu'à Saint Anne ou Robert Debré et la liste d'attente est moins longue. J'y ai été très bien reçu par le docteur Laffont.

    RépondreSupprimer
  12. bonjour a tous, je me prénomme Nadine. j'ai 3 enfants dont des jumeaux de 27 ans. l'un deux a tjs fait figure d'ovni que ce soit a l’école dès la maternelle, ou aujourd'hui dans sa vie sociale et professionnelle (par ailleurs quasi inexistante ou sporadique).Notre parcours pour chercher a l'aider a été long et s'est toujourss solde d’échecs (spy et re-repsy, mdph...) soit parce que nous n’étions jamais correctement épaule, soit peut être aussi par découragement. Notre vie de famille au quotidien devient un enfer. Chacun de nous souffre au quotidien et je vois mon fils s'enfoncer chaque jour un peu plus et nous avec. j'ai lu de nombreux articles concernant ce trouble et ai fait pour lui le test de dépistage rapide sur internet aidé par mon mari et sa soeur. je suis intimement persuadée que mon fils en est atteint. j'ai pris contact avec une bénévole de l'association et attend son appel car j'ai besoin d’être guidé. Aujourd'hui 27 ans de lutte m'ont épuisée aussi bien physiquement que mentalement. mais mon amour pour mon fils lui ne fait que grandir. la phrase de l'un d'entre vous m'a particulierement touché "Je veux bâtir une tour sans jamais parvenir à dépasser le stade des fondations." c'est un bon résumé de mon fils. Personne ne semble le comprendre et le traite de paresseux, il a des conduites addictives et a pu parfois ce montrer violents dans ces paroles... mais mon instinct de mère me dit que non, il n'est rien de cela, il ne maitrise rien de cela, il a seulement besoin d'etre aidé et guidé. moi aussi. merci de votre lecture. j'espere avoir trouvé aujourd'hui le début de ma route au coté de mon fils.

    RépondreSupprimer
  13. MARY R. pour NADINE

    Il y a quelques années, suite à une période de stress, je me suis rendu compte que j'avais un problème de concentration : je n'arrivais pas à bien suivre une conversation, à poursuivre une tache commencée, à bien retenir quelque chose que je venais de lire pour m'en servir après, par exemple un numéro de téléphone ...et j'en passe. Bref, ma mémoire de travail fonctionnait très mal.

    Je savais qu'il y avait plein de thérapies qui aident les personnes souffrant de TDAH, mais je n'avais ni les moyens ni l'envie d'en faire une.

    Heureusement j'ai trouvé un petit bouquin écrit par un psychologue suisse, contemporain de Freud. Le docteur Vittoz a écrit ce petit bouquin à l'intention de ses patients, afin de les aider à mieux gérer leur contrôle mental, et surtout l'attention. Car en fin de compte, comme l'auteur de ce site l'explique si bien, toute maladie / trouble mental a à la base un déficit d'attention.

    Les exercices que le docteur VITTOZ a mis dans son livres, sont simples, à la portée de tous et extrêmement efficaces.
    Ce livre s'appelle : Traitement des psychonévroses par la rééducation du contrôle cérébral
    A cette époque-là, on donnait souvent le nom de psychonévrose :-) à beaucoup de troubles /souffrances psychiques.
    Un titre très mal choisi, sinon le livre aurait attiré l'attention de beaucoup de gens qui pourrait s'en servir à augmenter leur contrôle cérébral, à diminuer leur émotivité, à augmenter leur concentration, attention.

    Vittoz a été au début un médecin généraliste qui s'est spécialisé en psychanalyse, ensuite en hypnothérapie. Mais il trouvait qu'autant la psychanalyse que l'hypnose donnaient des bon résultat mais PAS durables, ce qui faisait que le patient dépendait de son thérapeute, étant obligé de revenir périodiquement voir son thérapeute afin de soigner son trouble et mener une vie "normale", être fonctionnel.
    Alors le bon docteur Vittoz a cherché et a fondé une méthode basée sur des exercices simples qui aident toute personnes, même ceux qui ne sont pas malades, à avoir un très bon contrôle de son mental, de son attention et en fin de compte de SA VIE.

    Les exercices qu'il a crées peuvent être faits en toute circonstance. Pas vraiment besoin pour être chez soi pour les pratiquer. On peut être à son bureau, à son travail, dans la rue ...n'importe où, car un exercice ne dure que quelques secondes et on peut le faire en fonction des nécessités ...quand on sens qu'on n'a pas assez de concentration pour bien faire quelque chose.

    Ces exercices ressemblent à ceux pratiqués en Mindfulness ou les thérapies de la Pleine Conscience, la Sophrologie ...

    Nadine, si votre fils acceptais de pratiquer de temps en temps ce genre d'exercices, les résultat pourraient être perçus assez vite, parfois même après une journée ; cela dépend de la personne et de sa façon de les pratiquer :-)
    Bonne chance avec votre fils !

    RépondreSupprimer
  14. bonjour notre fils de 10 ans présente tous les symptômes du tdah et va être vu par un neuropediatre fin novembre...par contre mon mari qui es mal depuis des annees se retrouve aussi dans ce diagnostique...sauriez sur la picardie s'il y a des spécialiste? merci

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,

    J'ai passé ma vie à construire et détruire tout ce que je faisais. Déménagements, changements de carrière incessants, relation avec les hommes tellement difficiles que j'ai arrêté de rechercher un partenaire. Il y a trois ans, changement de carrière à nouveau puis de pays. Et là, fin de l'aventure. Je me fais virer de mes boulots à répétition. 12 boulots en trois ans. Je découvre enfin il y a une semaine que j'ai le tdah. Diagnostic en cours. Incapable de retrouver un travail présentement car je suis dépressive, je fais des démarches pour toucher des aides pour la première fois dans ce pays. Je voudrais tellement retourner en France auprès de ma famille mais je ne peux pas. Impossible de mettre fin à un contrat de location avant la fin du bail en Angleterre. Pas de clause de sortie. Donc il me reste six mois à tirer ici. Six mois durant lesquels je vais perdre l'argent qui me reste et m'aurait servi à me reconstruire en France. Je déçois tout le monde. Tous ces gens qui m'aident à réaliser un nouveau projet avant qu'inévitablement je m'en détourne et laisse tomber. Mon frère et sa femme m'ont aidée à m'installer ici mais aujourd'hui en ont assez de moi. Ils m'ont vu perdre tous mes emplois (4 fois virée ces 5 derniers mois) et ne me prennent pas au sérieux quand je leur parle du tdah. Je ressens leur froideur et leur mépris, eux qui m'ont tant aidée il y a six mois lors de mon emménagement dans cette petite ville du nord de l'Angleterre. Je suis seule, effondrée, ma vie est un champ de ruines. Je n'ai jamais ni rien construit ni accumulé dans ma vie tellement je suis instable. J'ai été professeur, chargée de communication, formatrice à mon compte, chômeuse très souvent, pâtissière, cuisinière, femme de chambre, agent de production et j'en oublie...
    J'ai 38 ans et je n'ai rien. Ni points retraite, ni petit ami, ni enfants. RIEN. Je n'ai jamais su qui j'étais maintenant je sais que je suis ça : le tdah. Depuis que j'ai découvert ce truc, c'est comme si c'était devenu mon identité. Un poison, une saloperie. Les gens se détournent de moi et moi aussi je voudrais me détourner de moi-même, me séparer d'avec moi, me foutre dehors. J'aimerais croire qu'un jour je verrai le bout du tunnel pour m'installer dans une vie stable et être enfin normale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lee je suis comme vous à la difference que je viens seulement de découvrir ce trouble qui est peut être le mien et que j'ai 3 enfants que j'ai peur de perdre à cause de cette vie en déséquilibre. ...
      sans compter les déchirures permanentes entre qui on est et qui on montre pour coresponder aux autres.
      je suis en France et moi j'aimerais en partir avec mes ptit bouts mais refaire ma vie autrement et mieux....sans sans cesse me demander si je suis bonne ou mauvaise....je ne sais si j'ai juste envie de discuter avec vous ou parce que j'ai connu quelqu'un qui avait le même prénom que vous mais j'aimerais communiquer avec vous en privé. Si vous le souhaitez aussi en tant que naufragées du tda(h) peut être pourrions nous nous soutenir....
      nc

      Supprimer
    2. Bonjour Lee,

      Je n'en suis qu'à l'auto diagnostique mais je me sens comme vous l'impression d'avoir passé ma vie à gâcher ce que je faisais à prendre les mauvaises décisions quand j'arrive à les prendre. A cumuler les échecs la ou j'aurais pu ou j'aurais du réussir. J'ai la chance d'avoir des enfants, et je suis en France mais j'aimerais en partir et refaire ma vie au loin Avec mes enfants. Ne plus être en échec constants en insécurité financière même quand je fais attention. Je me sens proche de vous, je ne sais si c'est par les similitudes de nos parcours ou parce que j'ai connu quelqu'un qui portait le même prénom que vous mais j'aimerais échanger avec vous. Ne serait ce que pour s'épancher ensemble et partager notre empathie mutuellement.
      nch

      Supprimer
  16. Bonjour,
    Savoir que vous êtes TDAH est déjà une avancée, une victoire sur la vie, une explication sur tant de batailles menées auparavant... Qu'elles se soient soldées par des victoires (c'est rares mais cela arrive) ou par des défaites (nombreuses), les éléments déclencheurs peuvent être plus facilement identifiés ! Il n'est jamais trop tard pour consulter /tenter des méthodes alternatives...
    Bon courage

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Anais, je viens d'être diagnostiquée TDA et je suis aussi à la recherche d'un psychiatre belge, as tu des contacts à partager? Bat, Marie

    RépondreSupprimer