Quest-ce que le TDA/H chez l'adulye

Le Blog associé au site www.tdah-adulte.org (+ ebook PDF) : Méthodes d'épanouissement - Espace d'échange Francophone sur le TDA/H adulte (Témoignages, Solutions, ...)

Conseils Amour famille et relations

 Conseils détaillés dans les catégories : Amour , famille et relations

Amours et relations
Les relations amoureuses et sociales peuvent être perturbées par le TDA/H
Rencontre amoureuse

Vie sexuelle

Faculté d'aimer
Le processus de séduction peut être gêné par l'impulsivité du désir et la frustration qui s'en suit, le manque de patience peut les desservir. Les séducteurs et les addictifs du sexe vont enchainer les aventures car la rencontre amoureuse et/ou l'acte sexuel est la seule activité qui leur procure une satisfaction immédiate. Pour d'autre c'est leur hyper-sensibilité ou leur hyper-émotivité qui leur joue des tours en rendant complexe ce processus de séduction.
La drague virtuelle sur Internet peut devenir une addiction pour eux, leurs phantasmes remplacent les vraies rencontres et les vraies relations, cela parait leur simplifier les émotions complexes liées aux vraies rencontres mais à long terme, cela renforce leur solitude et leur manque d'intelligence émotionnelle.
L'addiction sexuelle ou le manque de concentration durant l'acte peuvent être un obstacle à l'harmonie sexuelle. Beaucoup plus de rapports non protégés et de risques de grossesses non voulues (chez les femmes TDA/H y compris adolescente) et de maladie sexuellement transmissibles. Il semble qu'un bon équilibre sexuel soit important pour la créativité (stimulation de l'hypothalamus) et même la concentration. cela diminue nos symptômes négatifs notamment le stress et l'hypersensibilité. Faire l'amour en variant les positions et les lieus est évidemment un bon stimulant pour l'adulte TDA/H.
On le sait maintenant, la faculté d'aimer dépend fortement de la capacité qu'on eu nos parents de nous aimer et de nous exprimer leur amour. Même s'il n'y a pas de lien direct entre cette faculté d'aimer et le TDAH, le fait d'avoir été élevé dans une famille à tendance TDAH a pu créer un climat non propice à la transmission de l'amour parental, comme par exemple une mère ou un père trop submergé par ses propres problèmes liés au TDA/H, et en même temps exaspéré par le comportement TDAH de son enfant.
La meilleure solution pour retrouver cette capacité d'aimer commence par apprendre à s'aimer soi-même avec nos symptômes TDAH à travers la prise de connaissance de ce trouble. Son coté neurologique déculpabilise et beaucoup ont commencé une 2eme vie lors de sa découverte en trouvant progressivement leur voie.  
Vie de couple
Le conjoint non TDAH peut être exacerbé par le désordre dans la maison ou par le manque de présence et d'écoute. Typiquement l'épouse non TDAH se sent souvent ignorée car elle  représente la routine qui n'a pas aucun attrait aux yeux de son mari, du moins en apparence. Le conjoint TDAH va souvent se reposer entièrement sur le conjoint ou ses parents pour tous les aspects pratiques et administratifs. Si c'est l'homme, il va souvent déléguer entièrement la gestion de la maison et des enfants à sa femme qui peut même avoir l'impression d'avoir un enfant de plus. Certains couples sont assez heureux avec ce mode de fonctionnement, notamment si le conjoint non TDA/H aime les tâches routinières ou administratives, ou encore s'il aime les personnalités atypiques ou déroutantes.
► La passion amoureuse souvent très intense au départ se dilapide plus rapidement chez les TDA/H. Il y a plus de conflits (hypersensibilité, impulsivité, incapacité à organiser la vie familiale) et de divorces (inaptitude à la routine et besoin de repartir sur une nouvelle route), ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de couples heureux avec un conjoint (ou même deux) TDAH. Les solutions dans le domaine du couple sont nombreuses et tournent autour de l'évitement de la routine.
► Bien des amours, amitiés, relations familiales ou professionnelles peuvent être détruites par les traits impulsifs du TDA/H. Il ne faut pas hésiter à prévenir votre conjoint (ou votre entourage en général) que vos mots ou vos réactions peuvent parfois dépasser votre pensée. Demandez leur d'être aussi indulgent que possible, sans oublier de vous excusez après coup quand vous êtes allé trop loin, puisque sur le moment vous ne vous en rendez même pas compte. mais ne culpabilisez pas pendant plusieurs jour chaque fois que vous "pétez les plombs", cela fait partie de votre syndrome.
Le conjoint TDAH doit respecter son besoin de prendre de la distance par exemple à travers des déplacements professionnels. On peut aussi avoir chacun son appartement (éventuellement sur le même pallier); Même si c'est une solution onéreuse 16% des couples ('TDAH et non TDAH) vivent aujourd'hui sur ce mode d'indépendance dans nos pays riches, y compris avec des enfants.
► Pour les TDA/H hypersensibles, impulsifs ou violant (intérieurement ou verbalement), essayer des stages de couple, ou spécifiques comme la communication non violente (CNV). Celle-ci nous append à communiquer à l'autre la situation conflictuelle sans en rajouter, puis exprimer ses sentiments correspondants, puis clarifier ses besoins et enfin lui faire une demande réalisable, concrète et formulée positivement. Cela concerne aussi la violence interne de nos émotions que beaucoup d'adultes TDA/H n'expriment pas mais vivent en permanence.
Vie familiale
Depuis l'enfance, la vie familiale d'une personne TDAH est souvent imprégné de ce syndrome qui est héréditaire. L'adulte TDAH était presque toujours un enfant TDA/H, élevé souvent dans un contexte TDAH car souvent l'un des 2 parents était lui-même TDAH. Par exemple, une mère hyperactive ou soufrant du TDAH va accentuer l'hyperactivité et éventuellement  la souffrance de son enfant, ou simplement ne pas lui donner un cadre assez strict (coucher à une certaine heure).
► Dans la majorité des cas l'enfant aura eu plus de remontrance et de punitions que ses frère et sœurs non TDAH, ce qui va se répercuté en un manque de confiance en soi plus tard. Il faudra essayer de ne pas reproduire cette erreur à la génération suivante, en faisant comprendre avec amour à ses propres enfants TDAH qu'ils ont leur particularité propre, tout en les cadrant au quotidien pour leur faire prendre de bonnes habitudes. Beaucoup d'adultes TDA/H ont eux-mêmes des enfants TDAH et, même si ca complique un peu leur existence, ils ont à cœur d'aider leur enfants pour leur éviter les échecs qu'ils ont eut (ou ce qu'il considère comme des échecs ...).
► La découverte de ce syndrome est aussi une chance de se réconcilier avec les membres de sa famille et notamment ceux qui étaient eux-mêmes TDAH (Père, mère, grands-parents, oncle, tante), en considérant que le problème est plus neurologique que éducationnel, et que certains ont eu les mêmes problèmes que vous à leur époque. En effet ce trouble entraine souvent une tension familiale (parents, frère et sœurs, conjoint, enfants) qui se perpétue de génération en génération, il est temps d'arrêter cela ! D'autres part, il est constaté que les adultes TDA/H supportent mal l'agitation naturelle des enfants (TDA/H ou pas), donc cela contribue à compliquer les relations inter-génération dans les familles TDA/H.
Pour les enfants TDAH, les médicaments à base de méthylphénidate (ritaline, concerta) sont souvent bénéfiques, ce qui n'est pas aussi évident pour les adultes comme on l'a vu précédemment. Ils leur permettent entre 6 et 12 ans (quelquefois plus longtemps en débordant sur l'adolescence), de se construire comme les autres enfants (relations sociale avec les autres enfants, apprentissage de la discipline, autonomie pour faire ses devoirs à la maison avec suffisamment de concentration). Ils préparent une adolescence plus épanouie avec moins de risque d'addictions à des drogues, contrairement à ce qu'on pourrait penser. Il faut bien sûr avoir une approche globale avec les enfants TDAH, avec une thérapie comportementale ou de la sophrologie, mais aussi une bonne hygiène de vie, de l'amour et de la fermeté en même temps.
Enfin pour les adolescents TDA/H, il est plus difficile de trouver des solutions et surtout de leur imposer, tant cet âge de la vie est compliqué.  Mais beaucoup des conseils de ce site liés à l'équilibre général sont valables pour les adolescents TDAH.
Relation sociales
L'homme est un animal social donc on ne peut pas s'extraire de la vie de groupe même si c'est tentant quand on a souvent des problèmes avec les autres. On fonctionne mieux à 2 en tète à tète, sans doute parce que c'est plus facile à suivre, plus interactif, plus rapide et qu'on craint moins d'être jugé par un groupe. Quand cela dépasse 3 personnes tout se complique. Certains ne tiennent que quelques secondes dans une conversation même si ca les intéresse. Leur manque d'écoute les amène à couper la parole à travers leur impulsivité avec des propos non approprié. Ils peuvent être gaffeurs. Une autre hypothèse est que leur faible mémoire de travail leur empêche d'attendre leur tour de peur d'oublier ce qu'ils ont à dire.
► Les propos d'usages ou la petite conversation ennuient profondément les points forts des adultes TDA/ La discussion ne va jamais assez vite pour eux, souvent ils comprennent plus rapidement que les autres. Du coup ils s'ennuient et sont dans leurs pensées avec ce qui les préoccupe, ils sont souvent en désaccord avec ce qui vient de se dire et vont le faire savoir, ou simplement le ruminer dans leur tète (hypoactifs), ce qui n'est pas propice à une bonne intégration sociale. Mais ils sont souvent considérés agréables au premier abord s'ils ont conservés leur spontanéité naturelle car les nouvelles rencontres les galvanisent.
► Les relations à long terme sont plus ennuyeuses pour eux et même conflictuelles. Les adultes TDA/H se sentent incompris, ressassent souvent ce qu'on leur a dit quelques minutes avant ou préparent ce qu'ils vont dire sans écouter leur interlocuteur. Leur hyper-sensibilité est comme un filtre qui noirci les propos et les relations qu'on a avec eux. En avoir conscience pour relativiser. Eviter de rester des périodes trop longues avec les mêmes personnes en alternant entre vos différentes relations, cela n'empêche pas d'avoir des relations et amis sur le long terme.
Nos gaffes, nos manquements, nos oublis, notre hypersensibilité et notre manque de confiance ont pu aussi nous mettre en retrait des autres au fil du temps. Grace à notre nouvelle connaissance du TDAH et une meilleure estime de nous-mêmes, nous allons petit à petit savoir affirmer nos besoins propres en cessant d'être toujours gentil (les hypo-actifs), mais sans impulsivité extérieures ou intérieure, en restant dans un cadre de référence lié à certaines conventions de société.
De même que nous avons des besoins très spécifiques liés au TDAH, il nous faut comprendre les besoins de l'autre, même si les stratégies qu'il déploie pour les assouvir ne sont pas dans nos valeurs. Selon son passé, chacun a des besoins interpersonnels qui créent des tensions, ces besoins sont les suivants :
-> Besoins d'inclusion avec l'envie d'être important et la peur sous-jacente d'être ignoré ou abandonné
-> Besoins d'être influant avec l'envie d'être compétent et la peur sous-jacente d'être humilié
-> Besoins d'être ouvert avec l'envie d'être sympathie et la peur sous-jacente de ne pas être aimé
Vie de groupe

Vie de bureau
Les adultes TDAH ne peuvent pas être dans un groupe sans avoir un rôle spécial (chef, expert, gai-luron, ...). Ils naviguent souvent d'un groupe à un autre, d'un milieu social à un autre. Ils ne s'attâchent pas à des étiquettes mais privilégient leur aptitude à être captivé (motivé et concentré) à chaque instant par un groupe, un événement ou un concept. L'exemple typique est celui de l'invitation à un cocktail ou l'adulte TDAH va butiner d'un groupe à un autre sans pouvoir se fixer et s'accrocher longtemps à une discussion.
► Les conversations habituelles les ennuient, ils ont besoin d'entendre ou de voir quelque chose de captivant, ou simplement dans leur centre d'intérêt. Ils vont être souvent contre l'avis général du groupe et préféreront prendre parti pour un membre qui est laissé de coté, aidés par une faculté à décrypter facilement les émotions des autres, sans comprendre vraiment ce qu'il se passe dans leur propre tête. Certains sortent le soir et la nuit, cherchant ce qui va les faire vibrer, mais beaucoup n'y prennent pas un vrai plaisir sans prendre de l'alcool ou une drogue quelconque, n'arrivant pas à se libérer naturellement de leur prison mentale.
► Il est primordial de ne pas se couper des autres et de ne pas tomber dans la solitude. De plus certains ont réellement besoin d'associés, d'amis, d'un parent ou du conjoint pour pallier à leur manque (organisation, tâches administratives, ...) , revigorer leur instincts créatifs et vivre en société tout simplement. Ils ont besoin d'encouragement et de retours positifs sur ce qu'ils font, donc il faut privilégier les activités de groupe qui amènent des gratifications  immédiates, que ce soit au travail, dans les loisirs ou à la maison.
Au travail, la vie de service est un des principaux obstacles à leur épanouissement professionnel pour les raisons citées ci-dessus. Il leur faut privilégier des métiers ou l'on ne côtoie pas tous les jours les mêmes personnes  dans un même lieu, avec si possible peu de réunions sauf si c'est eux qui les conduisent. En effet ils jugent souvent les réunions trop lentes, pas assez efficaces, et peuvent intervenir de manière virulente et peu appropriés avec un temps de retard ou d'avance.
Pour ceux qui n'arrivent pas à contenir leur impulsivité,  quand vous sentez la moutarde qui monte, un bon exercice peut être d'effectuer discrètement une relaxation de type Jacobson en contractant régulièrement et brièvement très fort les jambes ou les pieds, et en suivant ensuite les sensations de leur relâchement. Pour ceux qui préfèrent amplifier et suivre leur respiration, cela leur permettra d'être aussi plus créatifs au moment ou ils auront à intervenir, en plus de la sérénité.

21 commentaires:

  1. Bonjour, je vois avec quel enregie ce site s'est enrichi, remarquable travail sigrid tdah adulte de 50 ans a cramé sa vie faute de diag possible hyper developpement des sphères du langage couplé à une hyper précocité ; sa vie est un rattage total ! Cependant qu'elle a souffert d'être un être éthéré non connecté incapable de voir plus loin dans les conséquences de ses choix et que paradoxalement elle voit bien très bien pour les autres ! bizarrerie de l'hyper perspicaité couplé à l'echec, au final sans appel au someil ne dors pratiquement jamais ni de désir sexuel mais mère de quatre enfants n'a jamais faim ni soif toutes ces déconnexions faisait d'elle la femme pure esprit que rien n'affecte mais que tout touche et démollit. bref une vie comme ça vous use à vouloir mourir. merci pour ce site bien améloiré Bravo SIG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bjr Sigrid.
      Merci pour ton commentaire. Je partage à 200% ce sentiment de d'hyper-perspicacité sans être capable d'intégrer les conséquences de mes choix. La seule différence est du côté de la sexualité où mon besoin est insatiable...Je ressens aussi cette impression d'être éthéré, non ancré dans la réalité. Comme si je vivais et étais une fiction.
      Pendant des années, tout semblait naturel, puis la mécanique déraille, rien ne va plus.
      En effet cela use à en perdre le goût de vivre...
      Courage à toi, courage à nous

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Je voulais remercier l'auteur Pascal pour son travail; plus particulièrement pour son désir de partager et d'aider les autres. Dans mon cas, je trouve ce site pertinent.

    Voici une courte description de mon parcours:
    J'ai été diagnostiqué TDA/H durant mon enfance, puis à nouveau en 2010. Aujourd'hui j'ai 23 ans, je traverse une rupture difficile dû à mon caractère impulsif et une ressente crise avec perte de contrôle de soi, celle de trop... Bref. Cette rupture m'a ouvert les yeux sur un problème que je ne voulais pas assumer, me croyant capable de vivre comme "tout le monde". Le fait est que la socièté tend à standardiser tout, meme les humains. Nous ne sommes pas tous pareil. Acceptons nous.

    Aujourd'hui je prends un peu de recul face à cette "maladie". Je remercie ma copine qui m'a fait prendre conscience de certains traits de mon caractère. Ces commentaires m'ont amenés a réfléchir et à repenser au diagnostic de 2010. J'ai donc décidé d'entreprendre quelques démarches:

    Premierement: J'ai pris rendez-vous avec mon médecin, celui qui m'a diagnostiquer le TDA dans le but de lui parler de mon "caractère" et qu'on évalue ensemble des pistes de solutions.

    Deuxiement: Comme l'auteur le mentionne, les TDA/H ont tendance a etre tres present sur internet afin de chercher de nouvelles solutions a leurs problemes. C'est ce que j'ai fais et je suis arrivé sur ce site; riche, pertinent et dont "l'ambiance" décriminalise le lecteur, cela m'a fait du bien.

    Je crois qu'en jumelant efficacement, les conseils qu'on retrouve sur ce site et un bon suivi médical, on peut passer au travers, trouver sa voie et s'épanouir.

    Alors à ceux qui liront ce message, je vous souhaite bien du courage, de la volonté positive et aussi, surtout, de vous respectez.

    Je finirais par un des commandements de vie de Gandhi, "4. Souvenez vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance."
    Dans mon cas, la perte de cette personne importante m'a ouvert les yeux sur le TDA et je n'y serais pas revenu sans cet évènement.

    TDA/H Anonyme.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Vous avez eu la chance d'être diagnostiqué enfant. Si à l'age que vous avez maintenant et juste après une rupture on vous l'annonçait, vous le prendriez comment ? Une maman de TDAH

      Supprimer
  3. bonjour a tous
    je cherche juste a savoir comment faire pour adopter la bonne attitude avec ma conjointe qui est tdah.
    je voudrai apprendre a l aider,savoir quelle comportement a avoir pour qu on puisse etre heureux tous les deux
    je suis un peu perdu devant ses coleres et ses sautes d humeurs.
    tous les conseils seront les bienvenus.
    merci
    patrick

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tentez l'acupuncture (chez un bon acupuncture). Cela ne fonctionne malheureusement pas sur tout le monde, mais cela m'a énormément aidé. Je suis plus "stable", plus posée, moins dans les émotions extrêmes, moins dans les émotions inutilement fatigantes. Il faut juste bien expliquer à l'acupuncture les conséquences mentales du TDAH sur la vie quotidienne et normalement il devrait savoir quoi faire (je l'espère!). Bon courage!
      Lucy

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Mon conjoint est en cours de diagnostic tdah, je dois également faire face à la gestion de ses émotions, impulsivité, distorsion….nous parlons ouvertement de tous les autres symptômes mais gros déni sur l'aspect émotionnel qui nous vaut régulièrement de grosses disputes mettant en péril notre couple. Nous avons déjà vécu plusieurs séparations depuis 3 ans et traversons à nouveau une grosse crise depuis 2 mois…je ne sais plus quoi faire, comment l'aider ou trouver des solutions si nous ne parlons pas du vrai problème ?
      Merci de votre attention et je suis à l'écoute de vos conseils ou idées !

      Supprimer
    3. Bonsoir, je comprends vos difficultés , moi même ayant été diagnostiqué tdah l'année dernière je vivais de grand moment de dispute avec ma fiancée. Cependant de part ma profession (neuropsychologue) j'ai compris qu'il était possible d'utiliser les côtés positifs du Tdah (créativité, pensé par image). Ce que ma fiancée quand je m'emporte et qui marche assez bien est la reformulation. Ceci m'oblige à stopper mes réflexions et à me poser pour l'écouter. Ça marche assez bien, du coup nos disputes ne dépasse pas deux jours. L'autre choses qu'on a mis en place c'est de différer la conversation quand on voit qu'elle n'aboutit à rien. Genre on se donne rdv dans un café pour discuter , le fait d'être dehors m'oblige à me contrôler. Voilà , voilà j'espère que cela va vous aider.

      Supprimer
  4. Bonjour,
    je fais suite à la rencontre qui a eu lieu hier soir, mercredi 4 sept 2013, à l'Iguana Café. Cela concerne en effet les relations avec la famille et en couple.
    Je suis suivie en analyse par un psy depuis de nb années. J'ai été diagnostiqué phobique sociale et TAG (Trouble d'Anxiété Généralisé). Ca date de bien avant ma rencontre avec mon compagnon. J'ai essayé d'aborder ce sujet avec lui. Ce n'est pas qu'il est méfiant, mais un peu quand même et focalise sur la "quantité astronomique" de médicaments que je prends. Je ne me sens pas à l'aise avec lui sur ce sujet, ce qui fait que je survole régulièrement le récit de mes visites chez le psy ou au CMP (Centre Médico-Psy). Le pire, c'est que je pense qu'il est aussi TDA(H) mais ce n'est pas un pb pour lui. Sa formation (STAPS) et son boulot lui ont permis de trouver un bon équilibre.
    Mardi, il y avait une rencontre méditation. Je ne lui en parle que le matin, ça l'agace, finalement je lui dit que ce n'est pas grave, je garde le petit, et que j'irais à la réunion à l'Iguana le lendemain. Je ne suis pas rassurée à l'idée de rencontrer tous ces hyperactifs. A part "ça", avons-nous des choses en commun ? Je dis que je rentrerais vers 20h30 (RDV à 19h30). En fait je rentre à 22h30 ravie, il est furax, je n'ai pas donné de nouvelles, PARCE QUE j'ai OUBLIE de le prévenir, que je n'ai pas trouvé ça important. Typique de mon trouble de l'attention, mais impossible de lui expliquer : il estime que je peux être inattentive avec les autres, mais qu'il est mon amoureux et donc que cela doit être différent avec lui. Comment lui expliquer que même pour lui, mon trouble est le même, que je ne pense pas à mal, mais qu'en fait je n'y pense pas du tout, j'oublie...
    Voilà le genre d'incompréhension que le TDA peut entrainer dans le couple...
    J'espère le convaincre à venir à une réunion pour comprendre, comme cette jeune femme hier qui accompagnai son homme.

    RépondreSupprimer
  5. kiki
    ce site est tout moi !!!!!!! ma fille de 17 ans en a marre de mon manque de concentration, je suis désolée d'être comme ça envers elle alors je m'excuse auprès d'elle, je lui explique mon désaroi alors je fait des efforts enormes pour satisfaire mes 2 filles quelle galère !!!!!!

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour

    c'est en recherchant des informations sur les hyperactifs que j'ai découvert un certain nombre de symptômes du TDA/H, j'avoue que cela a été plutôt difficile à intégrer car j'y ai reconnu bon nombre de mes difficultés, comportements et postures qui troublent ma vie depuis plusieurs années.... j'ai toujours été conscient de "mes dysfonctionnements" sans toutefois y mettre clairement une explication dessus.
    Quelqu'un pourrait il m'éclairer sur les conditions du diagnostic? qui doit t'on aller voir, un medecin généraliste suffit il , cela se soigne t'il?

    Curieusement cela me fait peur... cela fait tellement partie de ma personnalité que j'ai peur de ne plus me retrouver, d'un autre coté, cela serait un réel soulagement de pouvoir mettre des mots, une explication rationnelle sur ce que je vis. Est ce que cela se soigne?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, moi même ayant été diagnostiqué Tdah j'ai été soulagé car j'ai pu mettre un mot sur mes troubles. Pendant Longtemps j'ai essuyé pas mal de critiques de la part de mes professeurs me traitant de paresseux. Mais cela n'a pas empêché de réussir mes études et d'obtenir un master de psychologie et neuropsychologie.
      La première choses que ma proposé le psychiatre est la médication( ritalline). Pour ma part je ne suis pas trop friands de ce genre de médication. Depuis j'essaye de gérer , d'apprendre à me connaître. Il y a d'autre approche non médicamenteuse comme la thérapie cognitive et comportementale qui elle va se fixer sur la mise en place de stratégie pour compenser les troubles;bien des troubles anxieux s'apparentent au tda\h. Après tout, il y a l'hygiène de vie. Pour ma part le tdah fait partie de ma personnalité ,c'est une manière de penser , de vivre qui est différente. Le plus important est de s'accepter , de découvrir ses forces et de les utiliser pour dépasser les obstacles liés à cette particularité.
      Bon courage.

      Supprimer
  7. Bonjour,

    J'aurai aimé connaitre le TDA/H quand mon fils était enfant ( Il a 20 ans ) Notre vie de famille était chaotique et c'est terminée par un divorce. J'aimai mon enfant mais je ne le comprenais pas. De l’extérieur et vu ponctuellement, les gens pensaient qu'il était capricieux et mal élevé. Ce n'étaient pas des caprices cela ressemblait plus a un mal être. Aucun soulagement possible pour lui. Je me réveillais le matin avec la hantise de ses réactions qui n'avaient pas de raison pour moi. Je m'isolai avec mes enfants car les sorties provoquaient un stress chez lui. C'était très dur pour son frère qui oscillait entre une attirance/fascination et les moments douloureux de violence/exigences. Mon enfant TDAH avait un langage très riche et développé et dès son plus jeune age, ses colères gâchaient tout. Si j'avais eu la connaissance à l'époque, peut-être aurions nous pu l'aider ? Son père ne se sentait pas concerné par les problèmes quotidiens et rentrait le plus tard possible. Pour lui c'était une question éducative : J'étais incapable d'élever des enfants. Le l'ai pourtant fait voir à un neurologue qui m'a renvoyé chez moi prétendant qu'il savait reconnaitre un TDAH de son bureau, sans voir l'enfant rien qu'en tendant l'oreille. Justement mon enfant n'a pas bougé une oreille ce jour de consultation. Je suis restée ainsi seule à subir et craindre les états d'âmes de mon enfant avec la certitude qu'il était malheureux. Mille et un souvenirs plus ou moins douloureux voir violents me reviennent. La peur n'a pas changé, maintenant, comme il est devenu adulte ses actes sont plus graves. Il n'a pas conscience du coté dangereux de ses impulsions, il n'a pas conscience non plus de ses exigences et de la lassitude qu'il provoque. Je croyais qu'il avait trouvé un équilibre il était amoureux et avait trouvé sa voie, il semblait heureux. En réalité il se reposait entièrement sur sa copine qui s'est lassé de jouer les mamans, Il a récemment vécu une rupture sentimentale et tous les symptômes sont revenus puissance 1000. Depuis, il enchaine les défaites et accumule les rejets sans réaliser qu'il est acteur de ses déboires. Il met en cause les autres et n'est pas prêt a entendre qu'il est responsable. L'est-il d’ailleurs ? Il refuse de consulter. Je pense qu'il devrait être vu par un spécialiste. Je ne sais pas comment m'y prendre pour qu'il découvre le TDAH. C'est le seul espoir pour qu'il ait une chance de s'en sortir. Des actes graves ont étés commis car il est capable de rentrer dans des rages incroyables. Les personnes de son entourage souffrent trop. Quel conseil puis-je attendre pour enfin l'amener à consulter ? Merci d'avance si quelqu'un veut répondre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, je vois votre message qui me touche. J'espère que la situation à changé de façon positive pour vous. pour répondre à votre question il existe des centres hospitaliers qui prennent en charge des jeunes adultes ayant un tda\h ( hôpital saint Anne). Sinon des cabinet privé de neuropsychologue peuvent accompagner mais il vaut mieux trouver un professionnel sensible à cette problématique et spécialiste des troubles de l'attention. N'ayant pas encore de cabinet , je peux vous orienter vers l'association tdah France.
      Je comprends votre souffrance , ma situation familiale pendant l'enfance était chaotique, je me sentais emprisonné dans mes pensées et personne ne comprennais ma souffrance , ce n'est qu'à l'âge de 27 ans que j'ai pu mettre un mot sur ce maux. Mais j'ai compris qu'il y a toujours de l'espoir et que chaque situation n'est pas une fatalité.
      Bon courage

      Supprimer
  8. Bonjour,

    J'ai un fils adulte de 21 ans qui est tdah il prend du concerta et du ritalin au besoin. Par contre il est réticent a prendre sa médication lorsqu'il est en congé (probablement a cause des effets secondaires). Ce qui fait qu'il nous cherche les poux pour tout et rien, il se chicane avec sa sœur et nous ses parents, il nous blâme de tout et dit qu'on ne l'aime pas, il menace de quitter la maison, il est agressif nous dit des choses blessantes. Par contre il revient vers nous comme si rien n'était quelques heures ou quelques jours plus tard, sans s'excuser évidemment. Cela arrive de plus en plus fréquemment et nous ne savons plus quoi faire nous marchons sur des œufs en permanence avec lui. Avez vous des solutions? Merci beaucoup!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir l'une des caractéristiques de ce trouble est bien l'impulsivité, les personnes ayant ce trouble peuvent exploser et dire des choses qu'ils ne pensent pas. Ils pensent que les autres raisonnent comme eux c'est à dire que demain est un autre jour . Ayant un tdah je comprends vos inquiétudes. Ne premier pas au premier plan la virulence de ses propos,mais tenter avec calme de lui montrer comment garder son cadre tout en étant calme.
      Bon courage

      Supprimer
  9. Bonjour,

    Je peux comprendre ce que vous vivez. J'ai découvert mon TDAH en me posant la question pour mon fils. En réalité, c'est les site sur le TDAH et les blogs ou les gens expliquent ce qu'ils vivent que j'ai découvert notre particularité. Ca à été une révélation, un nouveau souffle car "ouf", nous ne sommes pas seuls et ce que nous vivons n'est pas vraiment de notre faute. Et si vous lui envoyiez une page d'un site qui pourrai l'éclairer? Lui parler directement de consulter doit lui faire peur. Il doit passer par la phase de compréhension et ensuite il fera ses choix.

    En tous cas, bonne chance, il va s'en sortir et vous y serez pour quelque chose.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour
    Je cherche une réponse à ma question nulle part on ne parle des problèmes d'envahissement de pensées lors des relations sexuelles. Je m'explique je n'arrive pas à "jouir" lors de mes relations sexuelles mon esprit étant "trop"'concentre trop de pensées fusent je pense toujours.. Je suis diagnostiquée tdah je vais prendre un traitement.. Cela va t il changer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Je souffre de la même chose et je suis quelque part rassuré de lire votre commentaire...Je ne suis pas seul! Je viens de comprendre cette semaine que je suis TDAH et chaque jour j'en apprends d'avantage. Avez-vous trouvé une solution a votre problème?

      Supprimer
  11. kiki
    ce site est tout moi !!!!!!! ma fille de 17 ans en a marre de mon manque de concentration, je suis désolée d'être comme ça envers elle alors je m'excuse auprès d'elle, je lui explique mon désaroi alors je fait des efforts enormes pour satisfaire mes 2 filles quelle galère !!!!!!

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,
    Je sollicite votre expérience pour m'aiguiller dans ma relation que j'entreprends depuis presque deux ans avec un compagnon TDAH.
    J'ai appris à gérer avec le temps la "profusion" de ces envies/projets. Mais la sensation de submersion qui l'envahit régulièrement, devant cette foule d'objectifs non atteints, le conduit à de lourds passages de déprime sévère.
    Dans ces moments là, il recherche l'isolement et rentre dans un cercle vicieux de dépréciation de tous les pans de sa vie, y compris son couple.
    Je suis désemparée face au rejet qu'il exprime à mon encontre, en ce sens qu'il me perçoit comme une "chose supplémentaire à gérer" dans ces moments là, au même titre que les impôts ou les factures.
    Pour l'exemple, la semaine dernière il me réaffirmait encore la sincérité et la force de ses sentiments amoureux à mon égard, et suite à quelques jours de froid/distance car il a pris du retard dans son projet professionnel sur lequel il a concentré toute son énergie, il m'a hier déclaré qu'il n'était plus sûr de ses sentiments, car il avait de toute façon "trop de choses à faire".
    J'aimerais l'aider dans ces moments là mais je ne sais pas comment enrayer son mécanisme de rejet-dépression "toute ma vie est naze". Auriez-vous des conseils pour qu'il accepte mon aide, sans qu'il ne me considère plus comme son adversaire ou un "souci supplémentaire" mais comme un soutien/pilier ?
    Je souffre énormément de son instabilité, souffrance que je ne peux lui évoquer afin de ne pas le culpabiliser plus que ce qu'il ne le fait déjà. Merci pour votre réponse rapide.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer