Quest-ce que le TDA/H chez l'adulye

Le Blog associé au site www.tdah-adulte.org (+ ebook PDF) : Méthodes d'épanouissement - Espace d'échange Francophone sur le TDA/H adulte (Témoignages, Solutions, ...)

Conseils Eviter les pieges du TDA/H

Conseils détaillés dans les catégories : Eviter les pièges que vous tend votre TDA/H

Eviter les écueils
Attention aux facteurs qui nous rendent improductifs et malheureux à travers l'hyperactivité ou l'hypoactivité.
L'emballement émotionnel dans les 2 sens
► On passe facilement de l'état enthousiasmé par une nouveauté (idée, projet, relation) puis impatient, puis déçu, puis frustré, puis amorphe, puis éventuellement déprimé quelques jours. Au fil des années les périodes enthousiastes diminuent par rapport aux périodes déprimantes si on n'a pas su se construire sur ce qui fait du sens pour nous, souvent par manque de constance. Il faut apprendre à prendre du recul par rapport aux désirs exagérés, liés souvent à l'attraction de la nouveauté, et qui nous coupent de nos projets en cours, de nos conversations en cours, de nos obligations quotidiennes. Ne garder que celles qui sont à la source de nos vraies réalisations et qui sont alignées avec nos valeurs, besoins, talents, compétences, ... (vous connaissez maintenant!). Notre capacité à foncer devient alors une vraie force.
► Apprendre aussi à minimiser nos moments "OFF", nos idées noires car cela remonte toujours. On a mis en place au fil du temps une capacité à toujours s'en sortir, puisque par définition cela nous arrive souvent.
► Il faut appendre aussi à observer l'émotion négative au moment ou elle arrive dans notre corps, plutôt que de penser à la cause de cette émotion et en vouloir à la personne qui nous l'a provoqué. Il faut donc se concentrer intensément sur la boule que l'on a dans notre ventre ou dans notre gorge par exemple, et cette boule va rapidement diminuer et s'en aller en même temps que l'émotion générale et les pensées négatives correspondantes.
► Notre composante hyperémotive et hypersensible nous fait vivre nos semaines avec des émotions dans les deux sens, qui s'enchainent comme des montagnes russes.  Beaucoup des solutions de ce tableau atténuent ces amplitudes, notamment la relaxation ou la méditation, pour prendre du recul, stabiliser nos émotions et notre hypersensibilité, et aller vers plus de sérénité, mais aussi plus de performance de par une nouvelle régularité.
► Cela marche aussi pour les purs hypo-actifs qui n'ont quasiment pas de périodes enthousiastes dépassant la minute, déprimés ou simplement rêveur de jour (day dreaming), avec toujours un truc dans la tète qui les coupent de la réalité à chaque instant. Certaines de ces solutions vont les mettre rapidement dans l'action.
AddictionsAddictions
► Nous sommes potentiellement parmi les plus personnes les plus en danger avec la dépendance à des substances licites ou illicites qui entrainent une dépendance physique ou psychologique. En effet nous avons des problèmes neurologiques pour secréter la dopamine, le neurotransmetteur de la volonté et de l'envie. Cela peut nous conduire vers la prise de produits interdits qui ont beaucoup d'effets  secondaires et entrainent une dépendance.
Outre les problèmes avec la loi, toute thèse sur l'utilisation de la marijuana qui serait bénéfique pour le TDAH est folklorique et dangereuse, même si certains adultes TDAH en accoutumance sur ces produits ne peuvent pas faire autrement que de l'utiliser notamment pour s'endormir. Le cannabis est aujourd'hui le plus grand fléau des adolescents TDAH à qui on a laissé croire que ce n'était pas dangereux. Or ce produit a des répercussions importantes sur la concentration et la motivation générale, même si une utilisation maitrisée et occasionnelle peut favoriser la convivialité en diminuant l'anxiété sociale au même titre que l'alcool.
Le plus grand piège pour les TDAH fortunés est la cocaïne qui va leur donner l'impression de "fonctionner normalement" comme ils disent, pendant quelques heures et avant la claque de la redescente. Il y a aussi l'énorme risque avec l'addiction psychologique qu'elle leur  procure, qui peut empêcher les endorphines et la dopamine d'être secrétées naturellement pour tout le reste de leur vie. No Way pour l'extasy, qui peut entrainer des lésions irréversibles.
Dans le chapitre des addictions physiques avec beaucoup d'effets secondaires, Il y a aussi l'abus de nourriture avec l'obésité qui guettent les adolescents et adultes TDA/H, l'alcool et la nicotine comme on le verra plus bas mais aussi des médicaments comme on va le voir ci-dessous.
Comportement addictifs
► On peut parler de comportements addictifs à partir du moment où le temps qu'on y passe a pour conséquence un manque de contact réel avec les gens, et une activité cérébrale incessante qui entraine un repli sur soi, avec beaucoup d'interruptions sur nos tâches liés à nos objectifs.
► Il y a d'abord la dépendance psychologique à une activité. Puisqu'ils ne peuvent pas s'accrocher facilement à des activités normales, ils vont souvent se réfugier dans 1 ou 2 activités qu'ils vont pratiquer  intensivement, et qui peut les rendre psychologiquement dépendants, les éloigner de leurs objectifs ou d'une vie en relation avec les autres plus épanouissante.
Au chapitre des comportements addictifs pas dangereux immédiatement sur la santé, citons ce que nous offre aujourd'hui les technologies modernes, la télévision mais aussi les consoles de jeux (fléau pour les adolescents TDAH), plus insidieusement les Smartphones (iphone, blackberry) et surtout l'ordinateur et internet avec un surf à outrance sur le web à travers les moteurs de recherche (Google), msn, facebook, twitter et autres forums et blogs divers. Il y a peu d'élus parmi les blogers qui veulent en vivre, beaucoup s'y noient sans revenus financiers, la plupart ne décollent pas et on voit souvent des blogs contenant 1 ou 2 messages écris le jour de leur création, il y a du TDA/H souvent derrière ...
On sait maintenant que les jeux vidéo ne développent qu'une attention visuelle, et au contraire vont diminuer ensuite la faculté d'attention sur des tâches de base. En effet les jeux vidéos sont conçus pour maintenir facilement la concentration et rendent paresseuse l'attention naturelle nécessaire pour avancer dans la vie.
A noter que certaines personnes vivent assez bien cette vie virtuelle et solitaire. La technologie de communication moderne peut être dans ce cas un allié pour gagner sa vie (télétravail) et s'affirmer auprès des autres avec internet.
Enfin un comportement addictif qu'on ne remarque pas toujours est la "travaillite" ou "wokaholism". C'est le fait de travailler trop, de faire des heures le soir. Dans le meilleur des cas ils en sont passionnés, mais souvent ils font beaucoup d'heures pour pallier à de mauvaises performances et rattraper le temps perdu à rêver ou à stresser, ou à cause d'un manque d'intérêt général pour l'après boulot, ou encore par manque d'assurance et ainsi se rassurer car il faut bien gagner sa vie.
Vouloir se stimuler à tout prix au lieu de se relaxer.
On pourrait penser qu'il faut trouver tous les moyens pour stimuler son cerveau afin de résoudre le déficit d'attention et augmenter le bien-être. Certains font du sport à outrance, d'autres abusent de toutes sortes de stimulants, on se dope avec du café ou de la nicotine, on augmente les doses de ritaline si on a une prescription de ce médicament. Cela peut être une bonne stratégie pour quelques heures et au maximum 2&3 jours, mais on va aller au delà de nos capacités et atteindre la zone rouge (comme un mini burnout) avec du stress ou une fatigue qui nous sont fatals.
Alors qu'une stratégie de relaxation et d'équilibre général va être payante rapidement et durablement car elle permettra d'optimiser en permanence ses fonctions cognitives et son équilibre émotionnel. Les stratégies pour être plus zen vont de la respiration à la méditation en passant par certains compléments alimentaires et une bonne hygiène de vie (sommeil, sport, ...). C'est aussi un nouvel état d'esprit qui nous fait baisser notre agitation mentale à chaque instant comme par exemple faire une balade dans un parc à l'heure du déjeuner, mais aussi plus simplement se concentrer sur les nombreuses tâches manuelles et répétitives que l'on fait tous les jours (voir + loin la pleine conscience). Même les hypo-actifs, qui paraissent mous, ont besoin de se relaxer car ils sont très agités dans leur tètes.
Des stimulations sont toutefois nécessaires aux adultes TDA/H pour se concentrer, il faut les rechercher plutôt à travers des facteurs de motivation positifs et naturels (Voir "Facteurs de motivation" plus haut).
Attention aussi à la télévision et à la radio  qui nous donne l'impression de nous vider la tète, ce qui n'est pas le cas. Une émission ou un film violent, stressant,  pessimiste ou hyperactif (comme le journal télévisé ou radiodiffusé) induira le même état interne dans notre cerveau à court et moyen terme. A long terme nos 90% de pensées TDA/H parasites seront ensuite le reflet de ce que l'on a laissé entré au quotidien par la force de la répétition. Soyez donc sélectif dans tout ce qui rentre par vos yeux et vos oreilles quand vous allumez la télévision et la radio, privilégier les programmes calmes et enrichissant, drôles et positifs. Ecartez-vous de la télécommande.
La médicamentation exagérée ou prolongée
Certains adultes TDA/H se lancent dans une médicamentation (voire auto-médicamentation) systématique et exagérée, après avoir constaté que toute molécule avait un effet très significatif sur eux (concentration, gestion du stress, régulation de l'humeur...). Même si cette démarche peut avoir un sens à un certain moment de sa vie pour sortir la tète du trou, ce n'est pas souvent une solution viable à long terme.
En effet les médicaments ont des effets secondaires ou apporte des modifications de comportement, voire de personnalité difficiles à maitriser et qui peuvent être très dommageable.  Par exemple la ritaline a souvent des effets secondaires de nervosité et quelquefois de paranoïa. Certains ont provoqués un divorce préjudiciable ou se sont endettés à cause du  méthylphénidate, par excès de confiance en se fixant des objectifs trop haut, et pensant que l'effet positif des premiers mois allait continuer toute la vie sans effets secondaires. Toutefois, un certain pourcentage d'adulte TDA/H, peut-être moins de 20%, semblent fonctionner mieux et durablement avec ces stimulants donc pourquoi pas le prendre sur le long terme, avec des jours ou des périodes sans médicament pour toujours garder la conscience de l'effet du médicament. Il est préférable d'essayer de se passer de la ritaline, en gardant dans la poche un comprimé au cas où, et de la pendre que quand c'est vraiment nécessaire.
De leur coté les antidépresseurs enlèvent souvent à long terme l'appétit d'entreprendre (et l'appétit sexuel) même s'ils agissent tel un coussin de sécurité en empêchant les chutes d'humeur ou l'hypersensibilité. Enfin les anxiolytiques qui détruisent des vies entières quand ils sont pris à haute dose sur le long terme (pb de mémoire, sommeil altéré et réveil difficile, addiction très forte). Le pire est l'utilisation conjointe de plusieurs médicaments, par exemple le calmant pour contrer les effets secondaires du stimulant et vice-versa, ainsi que les cocktails chimiques de toute sorte pour retrouver le sommeil.
Il faut avoir conscience de la modification cognitive et comportementale qu'apporte un médicament, pour s'adapter rapidement, et aussi l'arrêter s'il amène plus de problèmes que de solutions. Certains restent accrochés au souvenir des premiers effets positifs d'un médicament et continuent de le prendre sans se rendre  compte que leur vie s'écroule petit à petit, à cause justement du (ou des) médicaments. Il faut savoir remettre en cause à tout moment le médicament si on traverse une mauvaise passe ou si on n'évolue plus dans la vie.
Enfin attention à la toute puissance des laboratoires pharmaceutiques qui ont une influence considérable sur les médecins, les psychiatres et même les associations TDAH. Ils mettent un peu trop en avant les solutions médicamenteuses, même s'il est certain que cela peu aider à un certains moment de sa vie et notamment chez les enfants trés handicapés par ce trouble comme on le verra plus loin. Mais les médecins en général font ce qu'il ont appris pendant leurs études, c'est à dire essentiellement diagnostiquer et prescrire des médicaments. C'est aussi une souvent une solution qui arrange le patient qui n'a pas d'effort à  fournir pour trouver ses propres solutions plus naturelles.
La spirale négative
C'est cette impression que l'on est paralysé et que l'on va sombrer car notre cerveau est incapable d'assurer le quotidien même si on ne déprime pas. Se rappeler que l'on fonctionne par cycle et que l'on s'en sortira grâce à un nouveau cycle et donc une nouvelle motivation. Cela peut se faire rapidement en prenant une forte décision, pas impulsive si possible, comme l'arrêt d'un job incompatible au TDA/H.
Une fin de cycle met en évidence tous nos problèmes d'attention par manque de motivation. S'installe  alors une capacité à stresser et à angoisser très supérieure à la moyenne des gens, et toute tâche ou relation devient un problème. Malheureusement certains adultes TDA/H passent presque toute leur vie dans cet état par peur de la précarité (Les fonctionnaires TDA/H ...)
la peur de la pression

la peur du danger

La peur de l'échec

La peur de se lancer

La peur de s'engager
Se rappeler qu'une certaine pression est nécessaire pour bien fonctionner donc ne pas se créer méthodiquement un environnement sans pression et sans risque. Se rappeler que le danger (exemple : démission ou licenciement) quand on y fera face nous galvanisera sans doute, nous permettant éventuellement de repartir sur un nouveau cycle (par exemple un nouveau job) donc ne pas être inquiet à l'avance, et au contraire se réjouir à l'avance de tout ce qui nous sortira de la routine.
On a peur de l'échec alors que la plupart des gens qui réussissent ont eu beaucoup d'échecs. On apprend beaucoup de ses échecs, et le fait de n'avoir jamais eu de grands échecs peut être limitant car on l'appréhende tellement que cela nous paralyse. Hors les TDA/H réagissent assez bien en général après un échec, ils font rarement de longues dépressions comme beaucoup de gens (sauf s'ils ont cette commorbidité en eux). Cela leur permet en effet de repartir sur une nouvelle route prometteuse. Peut-être aussi parce qu'ils ont été habitués à tellement de petits échecs dues à leurs différents symptômes. Quand on sait qu'on peut remonter après un grand échec, cela nous rend plus fort pour la vie entière. Donc l'échec n'est pas échec mais c'est une source de développement personnel si on cultive un équilibre au quotidien.
Certains, notamment les hypo-actifs restent absorbées par leurs pensées et émotions, cela provoquent une inaction qui renforce encore leurs pensées négatives. Se lancer dans une activité, très temporaire si elle n'est pas adaptée au TDA/H, est souvent le meilleur remède pour retrouver l'attention et une certaine dynamique.
Beaucoup d'adulte TDA/H ont aussi la phobie de s'engager sur le long terme avec une société, un conjoint, des tiers. C'est un peu normal car on manque de confiance en nous, et on connait nos faiblesses pour garder la motivation et l'élan du début sur du plus long terme. Mais il ne faut pas que cela nous paralyse et nous empêche d'avancer dans la vie. Il faut peut-être prévoir des portes de sortie possible à l'avance, si c'est possible expliquer aux gens comment on fonctionne pour ne pas les décevoir par la suite, et ne s'engager que sur des projets qui respectent nos valeurs/besoins/talents/désirs comme on l'a vu plus haut. Prévoyez notamment d'avoir une certaine autonomie et indépendance vis à vis des autres, car ainsi ce sera beaucoup plus durable.
l'impulsivité destructrice
A l'autre extrême, les adultes TDA/H ayant la composante impulsive vont "envoyer tout péter" à la moindre occasion ou encore pire au moment d'atteindre leur but (l'exemple des examens ou le candidat ne se présente même pas). Ils peuvent se lancer à fond dans un nouvel objectif et abandonner à cause d'une simple remarque d'un tiers, ou à cause d'un simple obstacle qui leur parait sur le coup infranchissable, peut-être due à la fatigue causé par cette hyper focalisation.
Certains pratiquent la politique de la terre brulée où il leur faut sans cesse un nouveau territoire et repartir à zéro. Il faut ressentir ses états internes et ses émotions s'aggraver afin de les anticiper et préparer une sortie moins brutale, même si celle-ci s'avère la bonne solution. Toute forme de relaxation freine cette impulsivité.
La recherche obsessionnelle de solutions
Certains d'adultes TDA/H passent leur vie à chercher des solutions pour leur déficit d'attention, vous en faite peut-être partie si vous êtes arrivé ici. Félicitation mais est-ce que vous allez vraiment appliquer ce qui est écrit sur ce site (ou d'autres) concernant votre TDA/H ? Cela va passer par de grandes décisions sur le style de vie, l'hygiène de vie, ou des pratiques journalières de relaxation ! Ou selon votre tempérament cela passera plutôt par la recherche d'un job compatible TDA/H, ou garder votre job mais améliorer votre organisation en faisant des gammes pour changer vos mauvaises habitude de procrastination. En êtes-vous conscient ? Il va falloir vous y investir durablement.
Chercher des solutions est peut être devenu votre passion et même votre personnalité principale, vous cherchez sans arrêt un truc miracle qui va tout résoudre d'un coup. Cela vous est arrivé dans le passé, pendant une semaine vous vous êtes senti super bien grâce à un nouveau truc et surtout son effet placebo associé. Cela vous a fait peut-être fait avancer à un moment de votre vie,  mais vous avez sans doute tendance à chercher de manières obsessionnelles de nouvelles solutions au lieu d'expérimenter sur la durée celles qui ont déjà marchées pour vous et qui vous permettrait de profiter enfin de la vie, de sortir, de mettre en œuvre vos progrès. Arrêtez de repartir à zéro avec de nouvelles recherches de solutions avec internet, ce qui devient une addiction. De même votre bibliothèque est peut-être déjà remplie de livres de développement personnel, de diététique ou de spiritualité méditative, que vous avez tous lu jusqu'à la 3eme page ... Car c'est le toujours le livre suivant qui est le plus intéressant ...
Les solutions que vous trouvez pour éviter l'ennuie deviennent elles même ennuyeuses ?  ou plus grave vous les oubliez, happés par de nouvelles découvertes ? Soyez en sûr, si le sport ou la relaxation vous aident, cela vous aidera toute la vie donc il faut pratiquer régulièrement et raisonnablement, quitte à les faire varier (changement de sport ou de type de relaxation/méditation). D'autre part les solutions comme celles de ce tableau marchent en synergie donc il est plus efficace d'en pratiquer plusieurs en parallèle, et ne pas les transformer en addiction comme faire du sport à outrance ou de faire des retraites méditative de plusieurs semaines qui vont vous couper du monde.

11 commentaires:

  1. c'est d'une limpidité éclairante pour mon système limbique
    merci

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Je viens de consulter votre site et je m'y retrouve totalement.
    J'ai cette tendance à passer du coq à l'âne et je suis trés impulsif.

    J'ai fait deux BTS ou je n'ai que le niveau (pas le diplome), ils n'ont aucun rapports entre eux (Conception de produits industriels, Assistant technique d'Ingenieur), de meme pour mon bac STI genie des matériaux.
    J'ai finalement opté pour une école d'ingénieur en Informatique ou je me retrouve plutôt satisfait. mais je n'ai fait que les 4 premieres années, par manque d'intérêt sur les cours de dernière année.
    Tout évolue chaque jours, je trouve des sujet et idées qui me passionnent, les appliquent et passe à autre chose.

    Ma force : Je suis curieux de tout, je me remet toujours en question et je critique mon propre travail.
    Je ne supporte pas le travail mal fait et j'ai tendance à tout recommencer depuis le début pour ne pas toujours aller au bout des choses.

    Ces deux dernières années, j'ai changé 3 fois d'emploi et finalement, je travail comme free-lance et cela me convient parfaitement.
    Je travail à cheval sur plusieurs projets et sous forme de forfait pour simplifier ma gestion et mes rentrées d'argent.

    Mes cycles de sommeil et d'alimentation sont hyper chaotique, je peux enchainer 15h de travail sans manger, tout comme je peux perdre du temps ou de la motivation à finir ce que j'entreprend et ne rien faire de productif. (comme aujourd'hui)

    J'ai aussi des tendances a l'excés et à l'impulsivité sur des achats et des décisions, je fais basculer mon train de vie en fonction de mes humeurs. Je réagis parfois trop vite pour parler sans réfléchir. Je suis aussi trés anxieux ce qui me vaut des crises de tétanie régulières.

    J'aime les extremes, travail de dernière minute, je sors des idées au dernier moment, qui me donnent envie d'aller plus loin, mais je ne prend pas le temps de les réaliser. Partir loin, mes vacances ne sont jamais reposantes, jungle, montagnes, trekking.
    Je me sens capable de réaliser de grandes choses, mais les idées qui défilent me désoriente.

    Merci d'avoir recensé toutes ces infos sur ce trouble de l'attention.
    Moi qui pensait etre un cas à part, je sais désormais que je ne suis pas le seul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toute pareille! J'ai quand même réussi à avoir 2 licences grâce à un QI élevé qui m'a aidée à compenser. Et pour ne pas ressembler à ma mère j'ai réussi à manger et dormir à des heures ritualisées et convenables. Pour le reste, je suis impulsive, rêveuse, irréfléchie, insouciante, colérique par moment, à l'aise dans les dates butoirs, artiste, créative, très peu sûre de moi quand je ne maîtrise pas le sujet, etc. Mais à 32 ans avec 2 bacs +3, 2 enfants, je n'ai toujours pas trouvé ma voie professionnelle. Je me disais souvent que je suis un réel gâchis pour la société! Ne pouvant plus accepter le poids de cette culpabilité j'ai d'abord cherché des réponses pour ma fille qui est TDA. Et quoi!!! J'ai découvert ce site qui est l'histoire de ma vie (en grande partie) et maintenant je pense que j'ai enfin aussi des qualités et qu'elle peuvent devenir des atouts dans ma vie. Ce site va me permettre de trouver ma voie et ma place dans la société. Et oui, c'est vrai, ça fait énormément de bien d'être enfin comprise, de savoir que je ne suis pas seule, que même si je suis "bizarre, versatile, fofolle, dépressive, extravertie et j'en passe" et bien je suis quand même quelqu'un de bien et qui a -il faut le dire- beaucoup de valeur!

      Supprimer
    2. Oui tu es quelqu'un de bien :) Merci pour ton témoignage

      Supprimer
    3. Je me reconnais tellement! Je commence à assumer ce que je suis et en rire...et je suis un modèle pour certaines personnes grâce à ma créativité vestimentaire...Je me laisse encore plus aller qu'avant quand je ne savais pas que j'avais un TDA sévère...je suis comme je suis!

      Supprimer
    4. J'en ai les larmes aux yeux. Les TDA qui arrivent à s'aimer et à s'assumer ce serait mon but ultime. En tout cas c'est ce qu'il y a de mieux à faire : accepter, s'accepter, s'adapter, savoir rire de soi. Annecath (l'anonyme du 4 décembre 2012)

      Supprimer
  3. Bonsoir,
    étant hyperactive je suis en désaccord avec certaines parties notamment celle sur les stupéfiants et je me permet de partager une étude portant sur le TDAH et le thc.
    http://mcforadhd.free.fr/TDAH%20Cannabis%20Dr%20Bearman%20Francais.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. normal que certains spécialise sont vigilant avec la ritaline , moi par exemple etant tres jeunes je me suis défoncer , j ai tester plusieurs produits , une adoescence a se perdre , . moi je suis anti médicament , la ritaline ne me donne pas une sensation de défonce sa me gere dans mon appaissement . moi sa fait des Années que je suis hyperactive , ce n est pas source de plaisir a vivre dans la société

      Supprimer
  4. Est-ce Sciemment que vous vous avez incorporé une faute dans le titre de votre blog (Décifit) pour attirer l'attention des visiteurs? Sinon merci à vous car certains points s'éclaircissent.

    RépondreSupprimer
  5. Je me retrouve à 100% dans cette description très juste ! C'est un bon résumé pour ceux qui ne comprennent pas notre manière de fonctionner. Merci pour ce blog !

    RépondreSupprimer
  6. C'est tellement ça ! Et apprendre à s'aimer avec ce cerveau si brillant mais aussi très dictateur. Pas facile tous les jours. Je suis contente de lire ce blogue et de voir qu'on est plusieurs avec les mêmes batailles internes pour maintenir l'équilibre.

    RépondreSupprimer