Quest-ce que le TDA/H chez l'adulye

Le Blog associé au site www.tdah-adulte.org (+ ebook PDF) : Méthodes d'épanouissement - Espace d'échange Francophone sur le TDA/H adulte (Témoignages, Solutions, ...)

Symptome N°2 : Hyperactivité




2 - Hyperactivité





 

► A l'âge adulte, l'agitation motrice anormale (hyperkinésie) n'est pas toujours là ou n'est pas forcément spectaculaire. Il existe des caricatures mais il s'agit plus souvent d'une agitation de certains membres, une impossibilité de rester longtemps assis ou debout au même endroit, et surtout un enchainement important d'activités inachevées et éventuellement de paroles incessantes, pas souvent opportunes ou réfléchies. Certains disent qu'ils ont l'impression d'avoir plusieurs moteurs à l'intérieur d'eux-mêmes, dans la tête et les jambes.

► Certains suivent toutes leurs idées en même temps et essayent de mener les tâches correspondantes en parallèle, pas toujours avec succès. En plus de leur mental trop productif, c'est aussi souvent les stimuli extérieurs qui les déconcentrent, les fait zapper et les empêchent de mener leurs affaires à terme. Tout cela rythmé par un enthousiasme trop rapide et trop fréquent. Ils sont souvent excessifs dans ce qu'ils pensent et font, étant obligé de mettre la barre très haut pour trouver la motivation et donc la concentration qui les soulage de leurs pensées incessantes, ce qui peut les amener à prendre des risques physiques.

► Ils ressentent une excitation interne permanente qui les empêche de rester tranquilles mentalement et  physiquement. Certains décrivent un bourdonnement incessant dans la tête. Contrairement aux hypo-actifs, ils commencent beaucoup de choses à la fois, mais sans les achever car ils sont très facilement distraits par les stimuli intérieurs et extérieurs, et c'est toujours l'action suivante qui est plus motivante que la poursuite de l'action en cours et préalablement désignée comme prioritaire.

19 commentaires:

  1. Ça ne peut pas être plus claire que cet article.Je me reconnais entièrement a travers ces explications.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Grâce à mon fils, à force de chercher désespérément un "diagnostic" sur son comportement, je n'ai pas réalisé tout de suite, alors que c'était sous mes yeux depuis plusieurs mois, que moi aussi j'avais ce trouble et depuis longtemps, quel soulagement, il y a eu tout à coup un flash ou je me suis revu enfant avec tous ces "soucis" permanents, de me sentir extra-terrestre à cause du regard des autres, honnêtement j'en ai pleuré quand ça m'est apparu comme une évidence. C'était donc ça! TDA!!
    Comment faire pour se faire diagnostiquer TDA lorsqu'on est adulte? Car j'avoue que ce n'est pas toujours conciliable avec la vie de famille, je pense à mes proches, surtout mon mari que je vois péter les plombs et qui a mis du temps à comprendre que je ne le faisais pas exprès… Donc je chercher dans la région parisienne un endroit ou je pourrai me faire diagnostiquer et voir la marche à suivre.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Melanie,

    Il faut s'adresser aux associations ( http://www.tdah-adulte.org/#association ) pour avoir la liste des spécialistes qui diagnostiquent le TDA/H pour les adulte. Il y a en a très peu en France, ils sont presque tous en région parisienne, ils sont rattachés à un hopital et il faut être patient car cela peut prendre plusieurs mois pour avoir un 1er RDV.

    En attendant ce RDV, beaucoup de conseils sur ce site et de méthodes sur ce blog vont te permettre de commencer à remonter la pente, car quoi qu'il en soit, personne ne te t'aideras mieux que toi même pour progresser et, dans tous les cas, bien vivre le fait d'être une extra-terestre comme tu le décrit si bien.

    Pascal

    RépondreSupprimer
  4. J'ai 56 ans et j'ai mené une vie de travail acharné, hyper organisée, toujours avec une oeuvre sur le feu, 4 enfants, un job à grande responsabilité.... J'ai pris ma retraite anticipée , clairement consciente que quelque chose ne tournait pas rond. Je vis maintenant dans un lieu où à priori je devrais me sentir bien, je vais à la piscine deux fois par semaine, je peins , je suis active , je restaure une vieille petite baraque dans la montagne à une heure de route, je n'arrête pas, Et quand je suis dans mon fauteuil devant un film je me lève toutes les cinq minutes... à ce rythme bien sûr je me blesse, douleurs de dos et d'articulations en permanence: ce qui me rend folle car je suis inacapable de rester tranquille. J'ai fait de la sophro, de la gym, vu un psychologue, pris des plantes pour me calmer, rien n'y fait. Je souffre et je ne sais pas comment l'expliquer à mon entourage. Aucun médecin ne m'a aidé jusqu'à présent , et à leur regard j'ai bien compris qu'ils ne prennent pas au sérieux mon cas. Je n'en peux plus. J'ai besoin d'aide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous été hyper organisée, mettez cela à profit en organisant vos actions de calme mental avant vos activités, pas une demi-journée sans un exercice de relaxation, sophro, balade courte dans votre montagne, etc, ... Voir les méthodes d'épanouissement sur ce blog avec le tableau général). Si vous regardez un film hyperactif (90% des films d'aujourd'hui ont moins de 5 secondes par plan d'image) , c'est normal que cela amplifie votre hyperactivité naturelle et que vous leviez toutes les 5mn. Donc sélectionnez des programmes calmes ou faites autre chose plus apaisant et inspirant, écoutez à répétition les livres audios proposés par ce site qui vous transformeront de l'intérieur et augmentez ainsi votre niveau de conscience pour apaisez votre mental et profitez enfin de votre retraite. Laisser tomber le style de vie acharné qui a été sans doute aidant durant votre vie professionnelle mais qui ne l'est plus, il faut respecter ces cycles de vie. Le chemin de la quiétude est un long chemin, et on y trouve de l'intérêt dés le 1er jour. Il suffit d'en faire une priorité.

      Supprimer
  5. Moi j'ai trois moteurs, un dans la tête et deux aux pieds. Cela me rend dingue, c'est très difficile à vivre.
    Je m'aime seulement, lorsque j'ai réussi des choses que les autres ont du mal et/ou prennent du temps à accomplir.
    Sinon c'est une mauvaise vie, j'ai tellement peur que mes rêves ne s'accomplissent!

    Problème de concentration; je n'ai plus le même engouement pour la lecture. Cela m'ennuie. Peut être j'ai trop lu avant...
    Je suis insomniaque; il est trois heures là et je suis sur internet...Les autres ne me comprennent pas! Ma meilleure amie me laisse tomber; elle a raison peut être, je suis trop chiant parfois (Je vous prie de m'excuser pour l'expression).

    J'ai toujours chaud même en hiver. J'écris trop parfois même en sms^^.
    Je suis claustrophobe, hypersensible, impulsif, hypersoucieux, perfectionniste, casanier.
    Je n'aime pas le soleil, suis intolérant parfois, personnel.

    Enfin, je n'ai que des défaut! Une fois, au lycée, un professeur me traite d'extraterrestre, j'étais très choqué; mais parfois, je me regarde, je me demande qu'est ce que je viens faire sur la terre. Je me sens à l'envers de tout...comme le stroumpfs à l'envers héhé!

    Bon, merci d'avoir lu mon mini roman. Espérant que vous vous retrouveriez là-dedans!

    PS: J'ai rencontré d'autres TDA et TDA/H, je pense que je suis le pire à avoir plein défaut et j'étais le seul à bouger tout le temps...Voici ma vie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Chouette,

      J'animais cette rencontre hier ou tu étais présent, et je t'ai trouvé trés attachant, sociable et sincère. Relis ton message et tu comprendra que tu as une trés mauvaise estime de toi et c'est là le principal probleme.

      Prends tes différences avec plus de légereté, rigoles-en, ne te sens pas coupable ou inférieur aux autres et tu verras que celà changera tes rapports avec le monde. Ecoutes en boucle les audios de pensées positives que tu trouveras ici : http://blog.tdah-adulte.org/2011/09/livresaudios.html , spécialement quand tu ne trouves pas le sommeil.

      En plus on a vu hier des solutions concretes pour toi et tes études, enregistres tes cours avec ta voix et écoutes les en marchant et en bougeant puisque tu ne peux pas tenir assis bien longtemps. Tu as besoin de bouger tout le temps, ce n'est pas un probleme à partir du moment ou tu l'acceptes et que tu choisis un métier comptabible avec ce fait.

      Fais-nous un retour sur ce blog dans quelques temps !

      Pascal

      Supprimer
    2. Salut Pascal

      Je ne peux faire mieux concernant mon estime car, je n'ai jamais vraiment réussi mes examens scolaires. Le bac, la fac enfin, je suis perdu.
      Le pire dans tout ça c'est que j'ai envie de progresser mais, il y a quelque chose de bizare qui m'arrête.
      Aujourd'hui ce sont mes deux pieds; j'aimerais tant être calme comme les autres, rester en paix pour étudier, faire des recherches...
      C'est très dur lorsque l'on veut faire quelque chose qu'on aime et on a une simple empêchement toute banale!
      Pourtant, y en a, sans comprendre, qui nous traite de nul!

      J'aimerais pouvoir téléchargé les audios!

      Joey

      Supprimer
    3. Bonjour Joey

      L'estime de soi commence ,peut être, par l'humour ?
      Ou de temps en temps se dire "je m’en fou"?

      Tu n'es pas "nul" puisque tu nous en parle.
      Etre nul c'est ne plus existé et tu existe.

      Vincent

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    mon fils est diagnostiqué TDAH depuis l'age de 10moi maintenant il en a 15 et ces troubles se sont amplifier, il a les
    Les 3 types élémentaires en même temps, ce qui est devenu très compliquer surtout qu'il à fait un rejet à la ritaline,
    le service neuro à proposer d’autre médicaments qui testera, en octobre,

    après avoir lu le site dans tous les sens je me suis rendu compte que son TDAh était de moi, sans le savoir je suis de Type impulsif et sans le vouloir jai mis tous les Symptômes positifs à mon avantage et je m'en sors pas trop mal,

    tous ca pour dire quil ne faut pas perdre espoir, j en suis la preuve jai toujours été rejeter et jai quand même réussi serte il à fallut pas mal d 'année pour que j apprenne à me dominer mais le résultat y ai,
    Maintenant c'est moi qui apprend à mon fils à vivre avec ça maladie

    RépondreSupprimer
  8. bonjour ,
    sur mon ordinateur j'ai toujours une dizaine de fenêtre ouverte , je lie je regarde un film , je fais pleins de chose en même temps mais au final je ne fini rien ... Si je lis quelque chose et que j'y vois une référence que je connais pas je m'empresse d'aller voir de quoi il s'agit , et de fil en aiguille je ne sais plus par quoi j'avais commencé .
    Mon cerveau est tout le temps en ébullition , la nuit je parle , je bouge , le matin je me réveille avec la sensation de ne pas avoir dormi ... Je m'ennui souvent et quand sa arrive je suis dans une grande détresse émotionnelle , je me renferme et deviens agressif . J'ai toujours pleins d'idées mais je suis incapable de les appliquer car je suis très désorganisé , je connais pleins de choses mais je ne suis expert en rien car je n'approfondis jamais ... j'ai l'impression de ne pas pouvoir me passionné pour quelque chose plus de quelque heure ou quelque jours .... J'ai 25 ans et j'ai l'impression de pas avancer , j'ai l'impression d'être différent sa commence vraiment devenir dur moralement ........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis exactement comme toi et j'ai trois fois ton âge. Avec le temps j'ai développé certaines stratégies de vie qui m'on aidé. Mais chaque solution est individuelle. Ce qui a marché pour moi ne veux pas dire que cela va fonctionner pour toi. L'important c'est de tenter de ce prendre en main. Donne toi des objectifs réalisables. Voici ce que je te suggère comme première tentative. Mais avant n'oublie pas une chose importante. Tu as le profile d'un bon "généraliste". Il est plus facile pour toi d'avoir de la "culture générale" car tu t'intéresses à beaucoup de choses sans rien approfondir. Cela est en réalité une force et non une faiblesse. Certains professeurs d'histoire aimeraient bien être à ta place. En passant je passe pour être une excellent professeur d'histoire. Mais le problème vient que tu as une "faible estime de soi". Mais revenons à nos moutons. Voici ce que je te suggère. Demain tu vas te mettre une objectif sur 24 heures seulement. Tu devra te limiter à trouver une façon pour toi de te planifier. Choisi une tache simple. Comme aller voir un ami, aller la bibliothèque ou que sais-je encore, réparer la porte qui couine depuis trois ans. Imagine chacune des actions sur une feuille de papier. Puis planifie chacune des actions en "étape". Étape 1, trouver l'adresse de la bibliothèque...Étape 2 voir le trajet sur google etc. Cela sera ta tache pour demain. Mais ne passe pas à l'action tout de suite. Tu as 24 heures pour planifier. Prend le!!! Puis dans deux jour, passe à l'action. Cela sera difficile !!! Mais tu aura ta liste en main. Suis les étapes que tu as planifié. Il se peu que tu doive modifier ce que tu as planifié. C'est normal. Mais il sera plus facile pour toi d'improviser. Car tu aura une vision d'ensemble du projet. Apprend à passer à l'action. Il faut que tu sorte de ton isolement. Bonne chance!

      Supprimer
    2. Bonjour, merci pour le conseil. J'ai 29 ans et j'ai à peu près le même problème, hyperactif. Je commence une chose et je l'arrête, puis je passe à autre chose. J'ai découvert que je pouvais continuer sur un objectif que lorsque celui ci est très important ou touche un grand nombre de personnes, C'est en ce moment je me dévoue à la cause. La méditation, le développement personnel m'ont beaucoup aidé à être plus calme intérieurement. Quant au côté hypersensible, je me laisse en larmes par moment dans mes prières, dans ces instants je pense au but de mon existence, à l'humanité et au futur, j'essaie de penser grand, de me repentir puis de m'améliorer, et une vague d'émotion découle de mon intérieur pour s'exprimer physiquement par des larmes. Je sens ensuite comme un vide, une satisfaction en moi. Voilà quelques expérimentations que j'ai pu faire. Mais comme notre aîné l'a dit, tout dépend de soi. Apprendre à se connaître soi même et la solution parvient à nous

      Supprimer
  9. Bonjour,

    J'ai "compris" récemment que depuis l'enfance j'étais TDAH, ou une rêveuse permanente qui ne dormait que très peu... Toujours au taquet, dés 4 à 5h le matin jusqu'à minuit ou plus tard, déjà à six ans, soif de lire, apprendre, regarder la télé, intéressée de tout, quelque chose à dire sur tout... Peu ou pas d'amis, hypersensible, neuropsy, dépression à six, douze et 15 ans... Intelligente, plus que la moyenne, aucun sens pratique... Des interros sans faute mais oubli des dernières pages ou réponses... À changer d'écritures, ou de main pour écrire avec des résultats tellement bons à des concours qu'on soupçonnait qu'un adulte l'avait fait à ma place... Humiliant, et humiliée, traitée un peu comme une "folle", avec mes parents qui ont préféré me taire le diagnostic, le fait que les médicaments n'étaient pas pour mes migraines... Et donc moi seule, profondément seule, avec mes idées noires... Adulte, tout pareil, avec un côté cyclotimique, la reine des gaffes et erreurs d'inattention, perdant ses clés 15 fois par jour, impulsive, intuitive, hypersensible, et avec trop d'énergie... Une vie difficile, très n'a rien arrangé... Pour tenir... Ne plus rien ressentir... De la course à pied beaucoup, jusqu'à des 100 kms, et je découvre la méditation... qui m'aide à me recentrer... Qui m'a donné envie d'aller voir un psy... Et voilà toutes ces années de souffrance, solitude, incompréhension, idées noires, éclairées sous un autre jour... Sentiment de tristesse et d'espoir mélangé... Se servir de mes attouts pour me tailler une vie sur mesure... Mélange de peur et d'envie... Juste d'être bien...

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,

    J'ai "compris" récemment que depuis l'enfance j'étais TDAH, ou une rêveuse permanente qui ne dormait que très peu... Toujours au taquet, dés 4 à 5h le matin jusqu'à minuit ou plus tard, déjà à six ans, soif de lire, apprendre, regarder la télé, intéressée de tout, quelque chose à dire sur tout... Peu ou pas d'amis, hypersensible, neuropsy, dépression à six, douze et 15 ans... Intelligente, plus que la moyenne, aucun sens pratique... Des interros sans faute mais oubli des dernières pages ou réponses... À changer d'écritures, ou de main pour écrire avec des résultats tellement bons à des concours qu'on soupçonnait qu'un adulte l'avait fait à ma place... Humiliant, et humiliée, traitée un peu comme une "folle", avec mes parents qui ont préféré me taire le diagnostic, le fait que les médicaments n'étaient pas pour mes migraines... Et donc moi seule, profondément seule, avec mes idées noires... Adulte, tout pareil, avec un côté cyclotimique, la reine des gaffes et erreurs d'inattention, perdant ses clés 15 fois par jour, impulsive, intuitive, hypersensible, et avec trop d'énergie... Une vie difficile, très n'a rien arrangé... Pour tenir... Ne plus rien ressentir... De la course à pied beaucoup, jusqu'à des 100 kms, et je découvre la méditation... qui m'aide à me recentrer... Qui m'a donné envie d'aller voir un psy... Et voilà toutes ces années de souffrance, solitude, incompréhension, idées noires, éclairées sous un autre jour... Sentiment de tristesse et d'espoir mélangé... Se servir de mes attouts pour me tailler une vie sur mesure... Mélange de peur et d'envie... Juste d'être bien...

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,
    Votre site a été une révélation. Ma maman me bassinait en me disant que j'étais une surdouée qui s'ignore car bien qu'intelligente (d'après ses dires et celle des profs), j'étais inadaptée à la vie scolaire. J'ai le souvenir d'avoir adoré l'école étant petite mais de m'y être ennuyée très vite car malgré une soif inextinguible de savoir on ne m'y apprenait pas ce qui m'intéressait, d'avoir été punie souvent car je me levais, je parlais, je dérangeais les autres quand j'avais fini mes exercices. Du collège jusqu'au lycée, ça a été une longue et inexorable dégringolade en terme de notes. Je m'ennuyais ferme, je passais mon temps à révasser ou à dessiner en cours ("toujours dans la lune") et je me suis aperçue qu'en cessant de bosser je me faisais des potes alors qu'avec l'étiquette "bonne élève" j'étais solitaire (et après avoir passé ma primaire à me faire persécuter par les autres et même par une maîtresse, le fait d'avoir des amis m'a fait un bien fou). Je me suis isolée à nouveau en refusant tout net de travailler ce qui était trop rebelle au yeux des autres. Et puis j'ai arrêté le lycée pour travailler. Aucune satisfaction dans le travail, j'en ai changé souvent sans trouver "le graal". J'ai passé toute mon enfance et mon adolescence à dessiner et puis j'ai laisser tomber du jour au lendemain parce que je savais que je ne pouvait pas en faire mon métier, le résultat n'étant jamais à la hauteur de ce que j'espérais réaliser. J'ai passé un an enfermée chez mes parents, sans vouloir sortir, à rester dans mon cocon parce que la vie dehors était trop brutale. Hyper émotive, hyper sensible, des émotions ultra changeantes, un caractère de cochon comme disent mes parents, colérique, zéro patience, une tendance certaine à broyer du noir et à me complaire dans mon malheur. L'arrivée de ma fille a été très dure émotionnellement, j'étais à vif. Grosse dépression post-partum dont je n'ai pas l'impression de m'être remise. C'est ce qui m'a poussée à chercher la cause de mes changements d'humeur, du fait que j'ai de plus en plus de mal à gérer mes émotions, que j'ai l'impression d'être inadaptée au monde des adultes, au monde du travail qui m'ennuie profondément. J'ai trouvé quelqu'un qui me supporte mais je voudrais me sentir mieux pour lui et pour ma fille, j'ai très peur de ce qu'elle peut ressentir avec mes sautes d'humeur incessantes. Je suis tombée sur votre site et j'ai bien peur de "rentrer dans toutes les cases". Ça me rassure de pouvoir enfin mettre un nom sur ce que je suis et j'ai bien l'impression que ma maman est pareille (elle a toujours cherché ce qu'elle avait, a vu de nombreux médecins qui l'ont "diagnostiquée" dépressive, a pris de nombreux traitements qui ont eu des effets désastreux, je l'ai toujours connue à fleur de peau, alternant entre des phases d'enthousiasme, des phases d'abattement et des colères homériques).
    Je suis désolée pour le pavé (et encore je me suis freinée), je suis aussi prolixe à l'écrit qu'à l'oral, je ne sais pas m'arrêter...
    Merci de votre écoute.

    RépondreSupprimer
  12. Je me reconnais totalement dans ce type de personnalité. J'ai 29 ans, biologiste de formation puis ingénieur technologie agroalimentaire, je me permets d'apprendre tout au gré du vent. J'ai maintenant envie de rentrer dans l'humanitaire à travers une formation WASH, puis voyager et découvrir, apprendre. J'en ai soif. Je suis hypersensible tant par mes pensées que par mon environnement. Souvent comme un lion, souvent comme un agneau. Des idées me viennent tout le temps, ce qui fait que je ne sis pas concentré sur l'instant présent. Ca me fait plaisir de savoir que je ne suis pas le seul, aussi d'avoir pris conscience à partir d'autrui de ce qui se passe en moi.

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour a vous tous qui lisait passionnément ce blog !
    Mon temémoignagne aussi va surement vous plaire :D

    J'ai 21ans, et j habite Marseille, je suis programmeur informatique mais je ne travaille que le soir car je fonctionne beaucoup mieux parce-que je suppose que la fatigue réelle ralentit mes penser sinon je suis dans les chou toutes les journées et je manque d'énergie tout simplement car mes pensées sont vaporeuses/floues nombreuses et ne servent a rien dans le présent car elles sont sans fil conducteur et n arrive meme pas a etre exploiter, du coup la rumination s installe et se transforme en anxiété qui aux yeux des médecin passent pour de l hyper-tension et du stress, car bêtement cette anxiété accélère le rythme cardiaque. Finalement s installe une impulsivité et une impatiente puissante a cause des echec incessant. Je voyais donc finalement mes penser comme une issue de sortie utile pour quitter le monde réel auquel je ne correspondait pas et j ai donc abandonner toute determination et jai commencer a rêver eveiller et c est devenue une distraction plus sympathique que les autres, me procure
    Une sensation agréable comme du cotton ressentis au niveau du cerveau et un endormissement leger dans le corps.
    Résultat échec scolaire/social cuisant m'amenant a une déprime a cause des persécution subit par mon entourage

    Mon plus grand defit dans ma vie
    Ca etait de simplement arriver a ecouter une conversation 30secondes et arriver a formuler une reponse. Des annees de travail sur soi même pour a peine écouter une conversation et ne plus passer pour un mongolien atardé.

    Comme vous j ai consulter un généraliste pour commencer une démarche mais pour un petit medecin avec 10 année d etude c est compliqué de comprendre le phénomène en ayant pourtant tout les éléments sous les yeux, les pauvres il leurs faudraient encore 3 siècles de vie pour enfin comprendre que ce n est pas d ordre personnelle et que cela relève d un problème neurologique. A croire que les gens nous voient comme des fainéant menteur qui cherchent la meilleur posibilité pour ne rien faire et moi ce que j ai envie de répondre c est que vous nous n'arrivez meme pas au petit doigt de pied et que si je n avais pas ce problème je vous surpasserai aisément sans problème tellement je m en suis pris plein la gueule et que vous etes tous des flemmards pathéthique.

    Pour étre diagnostiquer vous devez passer par les sous-fifres de la médecine, puis par un neurologue qui lui posera le diagnostique.

    Ma phrase perso :
    La vie est belle quand le cerveau nous l accorde alors ne la gaspillez pas a le fumer et le sous exploiter, c est un bijou.

    Test de QI réalisé le soir : 155 points
    La journée 102 points

    Vous n etes pas seuls


    RépondreSupprimer